vendredi 23 juin 2017

Insomnia

Paris Bellevil!e (Paris 20ème), le mercredi 21.06.2017 à 3H26

Huit fenêtres sur seize étaient éclairées dans la façade d'en face. Une seule l'était des façades de coté, qui projetait une lumière immense devant laquelle parfois une grande ombre inquiétante passait comme un éteignoir... J'ai pris cette photo juste avant que les volets ne se ferment et que j'aille me recoucher... Ce n'était pas le bruissement de la cour intérieure qui m'empêchait de dormir mais la torpeur étouffante de cette nuit... La nuit la plus courte de l'année. Celle du solstice d'été, mercredi 21 juin 2017 à 06h24 (heure locale à Paris).
Dans "le Parisien" du lendemain jeudi 22, j'ai lu que cette journée, qu'à 3H26 nous avions encore à vivre, serait la plus chaude depuis l'après-guerre (38° à Limoges, 37° à Paris)...

19 commentaires:

  1. Super ta photo !
    Nuit très chaude aussi ici, étouffante, et curieusement hier matin matin il ne faisait que 160 alors que cette nuit fut moins chaude et on avait 20° ce matin à 7h30 -
    A cet heure 9h30 fait plus frais dedans et dehors.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as de la chance d'avoir une maison bien isolée. Nos chambres sont sous le toit aussi il y fait étouffant mais ce matin on supporterait presque un petite laine, la canicule semble être passée...

      Supprimer
  2. Coucou Cergie. J'admire la photo car prendre des photos avec cette luminosité n'est pas facile. Avez-tu un trépied? En tous les cas, je la trouve digne d'une exposition de photo urbaine. Bravo!
    Quand à la nuit du 21 juin, j'ai eu aussi beaucoup de peine à dormir. Il devait faire encore très chaud dehors à L. Je ne suis d'ailleurs pas allée à la fête de la musique. Je n'avais qu'une envie, me mettre devant mon ventilateur et me reposer.
    Tu sais, mon printemps a été tellement perturbé que je n'ai rien vu passer. Et nous voilà en été. Comme le temps passe vite, comme les jours défilent. Décidément, il faut vivre l'instant présent et l'apprécier.
    Je te fais un gros bisou et t'envoie mes meilleures pensées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il parait que le ventilateur est la meilleure solution contre la chaleur, de plus j'ai lu qu'il empêche les moustiques de voler mais tu n'as peut-être pas de moustique ?
      Pas de trépied mais un objectif très lumineux et je me suis calée contre le chambranle de la fenêtre
      Le temps passe très vite cette année encore, j'espère que tu as pu tout de même bien profiter du printemps (ce que je crois au vu de tes photos)

      Supprimer
  3. Ohhhhh. Pardon. "avais-tu"...j'écris trop vite mes commentaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas grave, que celui qui n'a jamais fauté te jette la première pierre (et ce ne sera pas moi)
      Bises affectueuses

      Supprimer
  4. Photo superbe avec ces oppositions multiples! Comme quoi les insomnies sont souvent sources de belles trouvailles en tous genres.
    Avoir une moitié très "ingénieuse" nous a fait passé les journées chaudes sans problème, ce sont ceux de la rue que je plains: l'eau n'est pas, à elle seule, un remède et les locaux frais disponibles ne sont pas souvent accessibles. Près des berges lorsqu'il y a peu de vent n'aide pas non plus.

    RépondreSupprimer
  5. Ventilateurs et draps mouillés accrochés devant les fenêtres...

    RépondreSupprimer
  6. Ta photo pourrait servir d'affiche pour un thriller !!!

    RépondreSupprimer
  7. Quelle poésie dans ton image !!! Le ciel mauve ajoute de la douceur à ce rouge énigmatique et d'une grande force.
    Le vent commence à se lever, nos arbres se balancent...Que vienne la pluie !!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  8. Elle est bien cette photo et résume à elle seule l'atmosphère! Imaginer ce que peuvent faire à une telle heure les occupants des appartements dont les fenêtres sont encore éclairées.......

    RépondreSupprimer
  9. Je parle d'affiche... j'ai retrouvé ce qu'elle me rappelle: l'univers de Loustal !(BD)

    RépondreSupprimer
  10. http://www.loustal.com/

    Tout à fait le style , la lumière, la géométrie de certains de ses albums.

    RépondreSupprimer
  11. J'avais vu cette expo à Cherbourg:

    http://www.cherbourg.maville.com/actu/actudet_-Le-Clair-obscur-de-Loustal-au-musee-_-536811_actu.Htm

    RépondreSupprimer
  12. L'atmosphère de ta photo me fait penser à celle des tableaux d'Edward Hopper, à Night Windows en particulier.

    L'ombre démesurée des volutes d'un appui de fenêtre ajoute du suspense à l'ambiance théâtrale produite par les plis du rideau rouge..

    La nuit du solstice et la suivante je les ai passées blanches, n'allant me coucher qu'aux premières lueurs de l'aube, après avoir copieusement aéré l'appartement.

    RépondreSupprimer
  13. Superbe ta photo ..cela ferait presque peur ..sourires
    Pour les nuits elles sont très dures depuis le debut juin pour nous ..les nuits en camping car sont très pénibles ..
    A la maison nous sommes plus isolés heureusement !
    Bises Cergie

    RépondreSupprimer
  14. Je n’imaginais pas du tout ton environnement comme ça. A voir ton jardin, j’avais le sentiment que vivais dans une oasis de verdure.

    Ici aussi les nuits ont été épouvantables. Dans ma chambre, également sous le toit, il faut ajouter les mouches à la chaleur. Jamais je n’avais été incommodée à ce point par ces cochonneries. J’avais le sentiment d’être un cadavre en décomposition tellement il y en avait qui tentaient des incursions sauvages dans mon nez et mes oreilles.
    J’ai dû suspendre un ruban attrape-mouche au plafond pour être un peu plus tranquille.

    Nous n’avons pas l’habitude de telles chaleurs dans l’Ouest, notre organisme y résiste très mal. Pourtant les paysans ont dû faire les foins et c’était une pitié de les voir sur leurs machines brûlantes sans compter qu’ils devaient en plus faire sans cesse des allers-retours pour donner à boire au bétail qui restait collé aux haies et ne sortait brouter qu’à la nuit.

    Je ne pourrais jamais vivre dans une région chaude en permanence.

    Mon fils nouvellement parisien est aussi très éprouvé par la canicule de la capitale, il respire très mal et il vit sous ventoline. Quand il est venu pour l’anniversaire de son père le week-end dernier, il est allé s’acheter des bermudas. A son travail tout le monde bosse en short  !

    Depuis hier tout semble rentrer dans l’ordre et apparemment les températures ont également baissé en région parisienne mais il faut quelques jours pour que les maisons retrouvent un semblant de fraîcheur.

    Je vais peu sur l’ordi, d’abord depuis quelques semaines le réseau est tellement fluctuant que je perds patience et ensuite les mouches (encore elles) sont attirées par la luminosité et la tiédeur de l’écran (mais aussi par mes bras et mes mains) au point que je pique des crises de nerf.

    Bisous Lucie et bon week-end !

    RépondreSupprimer
  15. Ouf... et dire que l'an dernier à la même époque, il faisait froid et la Seine débordée de partout.
    On ne sait plus sur quel climat compter !
    Les années se suivent mais ne se ressemblent pas.
    Ton image me fait penser au décor du quatrième acte du Barbier de Séville... manque plus que l'échelle.
    Je t'envoie un peu de fraicheur Thaïlandaise, car ici, nous bénéficions d'une brise légère en direct du golfe du Siam qui chassent les nuages et baisse la température.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel