mercredi 17 décembre 2014

L'Esprit de l'escalier - Escalator Wit

Rue de l’Équerre (Paris 19ème), le 14.12.2014 à 12H11

8 - Une oeuvre récente (3-4 mois) et bien intégrée d'Alaniz, déjà polluée par un graffiti...

lundi 15 décembre 2014

La Cour des Voraces - Cour des Voraces

Cour des Voraces, Lyon (Rhône), le 13.06.2011 à 16H02
Tilia a dit : "Trôler", pour moi, c'est un peu l'équivalent du verbe "baguenauder" qu'employait mon père pour dire "musarder" mais, vu que je n'ai jamais vécu à Lyon, je peux me tromper. Quoi qu'il en soit, je leur préfère "flâner", qui me semble plus poétique." Alain a dit : "A Lyon, on ne trolle pas, on traboule !" Fifi a dit : "Quand un mot m'intrigue, j'aime toujours rechercher l'équivalent dans mon dialecte maternel. Je dirais "trôttle" en sarregueminer-platt, ce qui voudrait dire : déambuler sans a priori, sans se presser..."
"Trôler", comme "baguenauder" d'ailleurs, me vient de l'une de mes tantes qui pratiquait couramment le "parler lorrain" et m'y a donc habituée... Je voulais trouver un équivalent à l'anglais "stroll" pour la signification et pour la musique. Tilia, Alain et Fifi ont prêté chacun à leur manière attention à "trôler". Tilia est sensible à la nuance et à la beauté. Alain aime jouer. Fifi cherche l'origine des mots. Qui sait ? "Trôttle" a peut-être donné "trôler" et "stroll" ?


10 - Un petit conseil : avant de descendre la colline et débouler l’escalier de la traboule, monter par le métro à crémaillère de la ligne C jusqu’à la station Croix Rousse...



vendredi 12 décembre 2014

Anonyme - Anonymous

Lyon (Rhône), le 08.04.2007 à 16H07

13 - En anglais on utilise le terme "stroller". En français populaire ce serait "trôler", un terme que j'employais à une époque assez facilement... J'aime trôler. Surtout si je ne dois pas faire attention à l'itinéraire encore moins à la destination. Alors, l'idéal est de ne pas être seule mais bien accompagnée (précédée). L'un après l'autre deux de mes enfants ont habité quelques temps à Lyon, "capitale des Gaules", seconde cité de France après Paris...
S'il est angoissant parfois d'être anonyme dans une grande ville, il n'est pas désagréable d'aller en toute liberté, s'habiller comme on le désire vingt ans de suite avec le même manteau, assister ou non à la messe dominicale, posséder un vieux tacot, sans avoir tous les yeux braqués sur soi...

... à 16H08

Tilia a dit qu'elle "... manque de place pour... stationner" un vélo...
:-)

mercredi 10 décembre 2014

Sur les hauts de la cité - on the Heights of the City


Vers le belvédère du parc de Belleville (Paris 20ème), le 03.10.2013 à 12H41

Si mes calculs sont bons, il reste 15 jours avant Noël. En ce début de décembre, selon Daniel, les petits lutins sont très affairés. Cela nous a valu quelques échanges par commentaires interposés qui m’incitent à sortir ces photos de ma hotte. La Petite P ne le sait pas, mais un porteur bleu à quatre roues est déjà arrivé pour elle par la cheminée (à foyer fermé) près de laquelle elle posera son petit soulier. Daniel dit qu’il aurait très envie lui-même d’un vélo. J’ai trouvé celui qui lui conviendrait : un biporteur pour Papi Noël, comme celui-ci ci-dessous photographié en bord de Seine près du marché de Conflans-Ste-Honorine. Daniel pourrait le commander neuf à la sympathique boutique en ligne où je l’ai fait récemment pour le porteur de la Petite P, comme cet été pour la trottinette verte de Melle A. Daniel pourra commander son biporteur ICI, il aura le choix. J’ai commandé le porteur de la Petite P ICI et la trottinette de Mlle A ...


15 - Le papa de Monsieur O n’a pas besoin de posséder son vélo en propre (ni sa voiture) car il habite la Grande Cité et s'y plait beaucoup. Cependant, il se plaint qu'il est malaisé de trouver un Vélib' disponible aux stations sur les hauts alors que les bornes libres sont rares dans les bas...



Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives