mercredi 13 août 2008

Aire du Bois de Bailly (Autoroute A71) : tendresse *** tenderness

Le 27.07.08 à 14H15

Un chêne protecteur, une petite famille, un chien sous une table de pique nique ; un banc, un couple d’amoureux...
J’aime regarder autour de moi lorsque nous circulons. M’immiscer dans ces vies privées qui s’offrent sans fausse pudeur.
Me projeter dans ce passé pas si lointain où nous voyagions avec nos enfants à cinq, à quatre, à trois.
Et à présent à deux. Comme autrefois. Avant eux.

Cergipontin s’arrête quelques temps : nous reprenons la route.
A bientôt...



A protective oak, parents and children, a dog under a picnic table; a bench, a couple of love birds...
How I like to look around me, when we move. To be involved in these private lives which meet your eyes without any false modesty. To project myself onto these not so far-off days, when we travelled with our children five, four, three.
And both of us now. As it was in our past life. Before their period.

Cergipontin takes a break during a while : we are on the road again.
See you soon...

23 commentaires:

  1. les bancs, un superbe theme, on devrait en faire un des themes du mois chez DP, c'est tellement superbe, cela raconte toujours une histoire. belle photo, les ombres sont magnifiques. Tu fais d'une aire d'autoroute (souvent glauque) un endroit poetique, bravo.

    "Dans mon rêve, je sors de l’autoroute.
    Je me gare sur le parking....
    C’est un havre de paix,
    une bulle hors du temps…
    Un concentré d’états d’âmes qui pensent toutes être mortes au tournant...."
    MV5

    RépondreSupprimer
  2. j'ai oublié le principal.....lâcheuse...Encore sur la route....et tu penses au pauvre bloggeur (je suis égoïste, je met cela au singulier, car je ne pense qu'a moi) qui reste, et qui met a jour son pauvre blog que personne ne viendra lire, car tous le monde sera en vacances.....Il est triste le petit bloggeur du mois d'aout, abandonné sur une aire d'autoroute par ces amis virtuels....

    RépondreSupprimer
  3. Mélange de notes suaves et délicates pour ce parfum aux accents nostalgiques..

    RépondreSupprimer
  4. L'arbre est très beau. Une bonne idée de l'avoir englobée dans une aire d'autoroute, s'il n'y avait pas le grillage, à peine perceptible, on pourrait se croire en pleine forêt.

    RépondreSupprimer
  5. Lorsque nous sommes passés à cet endroit, j'ai pensé à ce que racontait George Sand dans son autobiographie que j'ai lue... il y a un certain temps, c'était avant que je bloggue
    ;o)
    George Sand avait une maison (celle de sa grand mère) dans le Berry ; elle a aussi habité Paris étant enfant. C'était une expédition de faire le voyage, cela demandait une halte pour coucher en route et changer les chevaux.
    George Sand a raconté les sombres forêts traversées et les voleurs et brigands de grands chemins qui détroussaient parfois les voyageurs.
    Les corps de certains, qui avaient été exécutés, pendaient à la croisée des chemins à la branche des grands arbres....
    Ce grand chêne était sans doute déjà là du temps de George Sand...

    RépondreSupprimer
  6. 'inquiète Olivier, je serai tjrs là, je ne pars pas en vacances !
    C'est sûrement un endroit calme d'une aire d'autoroute où certains se ressources comme il peuvent avant de reprendre la route.
    Très belle phoo avec ombtres et lumières ! A+ !

    RépondreSupprimer
  7. De la nostalgie du temps passé?
    et oui c'était le bon temps!!!
    Tu es toujours en vadrouille aussi Bon 15 août.

    RépondreSupprimer
  8. Bon, il y a des bloggeurs qui ont le spleen en ce mercredi matin. Je vais aller faire un tour chez l'Olivier et lui tirer la barbe pour le faire sourire. (je ne crois pas qu'il a une barbe...). :-))

    Bon, bon, moi j'arrive toujours avec des commentaires très cons. Mais imaginez un instant le chien sur la table en train de mettre les pattes dans le pic-nic, la photo aurait été bien différente. Non? Les amoureux n'auraient plus été aussi attentifs à leurs câlins, la petite famille aurait été sans-dessus, sans-dessous. Et la quiétude du lieu aurait été un rien troublée. Mais revenons au chien sous la table. C'est un chien bien élevé, ce qui n'est pas le cas de tous les chiens. C'est comme les enfants, s'ils ne sont pas bien élevés, parfois on a envie de les mettre sous la table pour avoir la paix. Bonne route cergie. Je continue la mienne cahin-caha. Le mois d'août s'étire. Nous prenons des routes différents mais nous reviendrons toujours pour dire bonjour aux amis. Olivier on t'aime!!!Bises à toutes et tous

    RépondreSupprimer
  9. Même si tu pars (mais tu reviendras, n'est-ce pas?) Olivier ne sera pas seul, Claude et Delphinium sont là, et moi aussi, car je ne pars pas. N'as-tu pas dit que j'étais en vacances toute l'année?
    Alors, pas d'autoroute pour moi, pas d'aire d'autoroute non plus, pas de table de pique-nique avec chien (ni sans chien), pas d'amoureux sur un banc ou ailleurs.
    Pars, lâcheuse! Et ressource-toi!
    (Et reviens, quand cela t'arrange.)

    RépondreSupprimer
  10. Un banc de pierre contre un banc de bois. Hier et aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  11. j'adore les places pareilles tellement calmes tellement romantiques...

    RépondreSupprimer
  12. Lumière tamisée par l'arbre pour sauvegarder l'intimité de cette "tendresse" là.......
    Pas évident sur une "aire d'autoroute" d'attraper un joli moment comme ça !
    Tes belles images vont manquer, Cergie mais tu vas faire une belle moisson...je te fais confiance !
    A bientôt !
    Belles et bonnes vacances !

    RépondreSupprimer
  13. Commentaire sobre et émouvant...as usual!
    Dans l'autobiographie de G Sand, un détail m'a frappée: ce qu'elle dit à propos de son costume masculin lorsqu'elle est"montée à Paris": non pas provocation ou revendication féministe, mais souci d'économie, par rapport aux toilettes féminines ! Faut-il la croire ?
    Oui, je suis parfois des règles -pour ABC Wednesday- et bien plus sur mon blog "jeudannan" où je me livre à des exercices oulipiens !
    Les contraintes acceptées permettent à mon avis d'aller plus loin!
    A bientôt , j'espère ...
    miss Yves

    RépondreSupprimer
  14. J'oubliais... ce que tu dis de Nantes est également allusif et très mystérieux
    miss Yves

    RépondreSupprimer
  15. Merci, Cergie-Marguerite-Lucie pour ton gentil commentaire à l'occasion de mon 500èmepost. Cela me touche beaucoup. Je t'embrasse et reviens vite !

    RépondreSupprimer
  16. on dit que c'est les meilleurs qui partent mais cette année je crois que ceux qui restent sont particulièrement exceptionnels

    tu te prends pour Téléphone
    Je suis sur la route, je suis en déroute
    Je suis sur la route, et j'en ai rien a foutre
    Je suis sur la route, je suis en déroute
    Je suis sur la route

    RépondreSupprimer
  17. Nice to look at the lives of humans.

    RépondreSupprimer
  18. Je m'aperçois que je n'ai pas annoté cette page.
    Un jour il faudra nous expliquer les méandre de tes BLOGS, j'ai essayé de naviguer dedans est j'avoue, je me suis perdu.
    Bonne vacances donc.

    RépondreSupprimer
  19. Good snap Cergie--I wonder what photos you will bring back from the road!

    RépondreSupprimer
  20. Beautiful Oak! I love those hugh protective trees. They do much for life.

    RépondreSupprimer
  21. i wonder what road you are on at the moment...or perhaps you stopped at a cafe...

    RépondreSupprimer
  22. Bonne route, bonnes vacances, belles rencontres et superbes clichés ;o)
    Bisous
    Adré

    RépondreSupprimer
  23. couocou c'est moi absent mais pour la bonne cause, je t'expliquerai a bientot
    patrick

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel