lundi 11 août 2008

Paris 9ème : le code *** door code

Le 10.08.08 à 19H20

C’est le martèlement de son pas qui m’a attirée à la fenêtre. Elle a fondu sur la porte, a composé le code et pénétré dans l’immeuble.
La camionnette de location n’est arrivée qu’après.



It was the pounding of her steps which drew me towards the window. She rushed straight to the door, typed the door code and entered the building.
The rental van only came afterwards.

33 commentaires:

  1. Les faits sont tout à fait avérés, j'espère que vous me croyez sur parole et que je n'aurai pas à faire comparaitre comme témoin un pigeon qui picorait à ce moment là dans la rue...
    ;o)
    C'était un emménagement. Un premier emménagement à deux, sans doute.

    RépondreSupprimer
  2. Tire la chevillette, la bobinette cherra.J'espère qu'elle n'a pas rejoint le loup!!

    RépondreSupprimer
  3. des lunettes noires, pour se cacher, ne pas être reconnu, peut être une amante, venant retrouver un mari volage. Elle tape son code vite, peut être trop vite, elle est trop impatiente, il va falloir le retaper.
    sûrement un premier rendez vous voler, elle veut etre la premiere dans l'appartement pour lui faire la surprise. Elle imagine la chambre, les ombres, le lit. Elle va devoir monter les 4 étages, lentement (ne dit on pas que "Le meilleur moment en amour, c'est quand on monte l'escalier" )..Elle se surprend à chantonner du Caron "j'ai une idée, si on faisait l'amour"...Une belle journée qui s'annonce, dans un immeuble de Cergy.

    Non madame cergie, un pigeon ne peut pas être un témoin valable, on le sait les pigeons sont tous des menteurs et des traites.

    RépondreSupprimer
  4. Quelle photo extraordinaire !
    La lumière oblique qui suit juste le tracé du passage pour piétons, conduisant tout droit à la porte d'entrée où se tient le personnage, c'est tellement énorme qu'on n'aurait jamais osé l'imaginer.

    Et toi tu as vu tout ça, dans l'instant rapide où cette fille a composé le digicode. Et quand après tu nous racontes l'emménagement et que tu rajoutes un peu de romance, "it doesn't getter any better than this" comme disent les gibis.

    On voit que notre ami Olivier fantasme grave sur les aventures de vacances... Cergie, donne-nous des détails : Qu'est-ce qui tu fait dire que c'était un emménagement à deux ? La présence du jeune homme ? Le lit à deux places ?

    Et sinon, tu l'as essayée en noir et blanc, cette photo ? Que donne-t-elle sans le t-shirt vert ?

    RépondreSupprimer
  5. Quelle lumière !!
    elle suis la lumière pour rejoindre ...
    elle a mis un teeshirt vert pour signaler que personne ne l'avait suivi mais dame Cergie est la reine des détective

    RépondreSupprimer
  6. Pourquoi les gens ne te croit il pas sur parole???
    Et puis après tout elle est bien libre de faire ce qu'elle veut cette nana là, nous n'avons pas à supputer sur sa vie privée...
    Bise et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. Et pour continuer sur les parfums et les couleurs, tu m'as fait complètement rêver, Cergie, avec ton histoire de dame qui ne faisait de glace aux fraises qu'à la saison des fraises. Voilà ce que j'appelle du naturel. Ca devait être fabuleux !

    Et quand tu dis qu'elle faisait ses glaces avec l'eau de sa source, ça me fait penser à mon père qui m'a raconté souvent que quand il était petit garçon se promenant au jardin des Tuileries avec son austère grand-mère tout de noir vêtue, il rêvait devant les enfants qui mangeaient des glaces mais que sa grand-mère en se raidissant disait toujours qu'il n'était pas question d'en acheter parce qu'"elles étaient faites avec l'eau du ruisseau" (on voit l'image du "ruisseau" !)

    RépondreSupprimer
  8. delphinium11/8/08 09:31

    j'aime beaucoup l'expression "fondre sur la porte". En général, on fond au soleil, comme la neige, ou les chocolats qu'on essaie d'amener dans le Sud et quand on les déballe ils sont un peu fondus, parce que dans le Sud il fait chaud. Bises

    RépondreSupprimer
  9. Elle avait des chaussures à talon en forme de marteau, elle a dégouliné sur la porte, tellement il faisait chaud dans la lumière des projecteurs. Son t-shirt vert lui est resté collé sur la peau, et c'est seulement une fois entrée dans l'immeuble qu'elle s'est écrié, oh mon dieu, la paparazza ne m'a pas eue cette fois-ci encore.

    RépondreSupprimer
  10. Une entrée lumineuse...Code "fiat lux "
    miss Yves

    RépondreSupprimer
  11. "Il était une fois......."
    Scène de générique pour un film...ou la dernière image......!
    Extra la lumière, le tee shirt, les lunettes, le geste...!
    Tes images me font rêver, Cergie !
    Je crois que je suis un peu jalouse aussi ! :o)

    RépondreSupprimer
  12. méfions nous des conclusions hâtives: peut-être appelle-telle à l'interphone son dentiste, son psy....sa grand mère. En tout cas elle est très élégante dans une grande simplicité. Affaire à suivre.

    RépondreSupprimer
  13. j'espère qu'elle ne s'est pas garée juste en face sinon elle ne pourra pas nier se trouver là à cet instant!

    RépondreSupprimer
  14. Lucie,
    J’aime beaucoup ton appropriation à part entière de cette photo : image et texte. J’avais commencé mon propre scenario, cliqué trop vite et lu les commentaires qui m’ont fait dévier un instant. Pourtant : j’ai repensé à Paris, aux multiples codes à composer avant que la dernière porte ne s’ouvre. On a tout son temps pour savourer le moment qui s’annonce : une grille, une porte lourde à pousser, le bouton de la sonnerie, le dernier palier, Et puis, en dernier, un bruit de clé. L’émotion qui submerge tout. On oublie tout, La Vraie Vie continue…

    Pour cette jeune femme peut-être, un nouveau tournant dans sa vie.

    RépondreSupprimer
  15. Ce n'est plus Cergie, c'est Miss Marple qui observe ses voisins !

    RépondreSupprimer
  16. C'était quoi, le numéro du digicode au 12 de la rue...?
    Alors, c'était un déménagement, un cambriolage ou un adultère ? On aimerait bien savoir.

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Lucie,
    Comme c’est drôle, après une longue absence loin de blogworld, je me retrouve à Cergy au milieu d’un roman ou d’un film qui commence par quelques mots sibyllins tenant les visiteurs en haleine. Ceux-ci spéculant avec des détails croustillants sur la vie de cette mystérieuse jeune fille au tee shirt vert que l’on voit en train de composer son code pour entrer dans son immeuble où elle vient d’emménager… Le décor est tres bien planté !
    En effet, quelle vie peut-elle bien cacher derrière la porte en verre ? Nous attendons la suite…

    RépondreSupprimer
  18. Je dirais comme Miss Yves, une entrée lumineuse et verte fluo. N'entre pas qui veut !
    Cergie , merci pour ton com. Je suis comme ça moi, je fais partager un peu de ma vie aux autres.

    RépondreSupprimer
  19. Cergie, peux-tu jeter un coup d'oeil sur mon billet"code républicain"? J'ai ajouté une fleur de mon jardin dont j'ignore le nom, peut-être le connais-tu ?
    Merci
    miss Yves

    RépondreSupprimer
  20. Love the lighting in this photo.

    RépondreSupprimer
  21. Dennis has no door code. He just sits on the inside and growls.

    Dennis likes a story!

    RépondreSupprimer
  22. Dennis wonders, will you meet your new neighbor? Will you take her for a cup of coffee?

    RépondreSupprimer
  23. Notre fils Etienne nous avait télephoné afin de nous demander d'amener de quoi monter une penderie qui venait de lui être livrée.
    Lorsque nous avons tourné en face du Moulin Rouge, il y en avaient des photographes ! J'ai regardé le ciel, il était gris.
    Patrick et Etienne ont monté la penderie pendant que je feuilletais des exemplaires de Télérama et de Géo. Le temps s'est ensuite merveilleusement dégagé, comme l'atteste le rai de soleil si bien placé.
    Ensuite nous sommes allés diner rue des Martyres, avec vue sur le Sacré Coeur d'un coté, et de l'autre sur une belle lune gibbeuse au dessus des toits de Paris...
    Merci à tous de votre visite.

    I was lucky with the sun setting. Just before the sky was grey.
    I was in the flat of my son who lives in Paris. In Paris it is necessary to know the door code even for visiting friends, aftre the first door, there is another one with the names written and bells. It is impossible to ring the bell if you did not go through the first door...
    This young lady was here for the first time.
    I could understand that afterwards, when I saw the van and a guy arriving, and them both entering together the building...
    Thank you for passing by and writting a comment

    RépondreSupprimer
  24. Hi Cergie,
    We have seen each other many times on Peter & HPY's blog. :)

    I didn't know your blog is so colourful & lively. I can not comment on every post. I liked this picture very much. The falling sun light on the path, the contrasting green compared to otherwise sober surrounding and the unaware girl. Everything is so perfect.

    Thanks for commenting on my blog. Oh, so can we expect something from you on 'treasure' ? It'll be great for my readers & for me to see your photo there.

    Thanks once again & keep coming.

    Cuckoo

    RépondreSupprimer
  25. Oh, Cergie! what magic have you worked here? Prestidigitation digitale!!!!!!!!!!! Je te salue.

    RépondreSupprimer
  26. I can imagine that you would have heard those heels clacking on the pavé. A great composition which spotlights the subject. Do photos reflect reality? No, they reflect our imagination and memories.

    RépondreSupprimer
  27. magnifique composition ; toujours ce talent chez toi de raconter une belle histoire à partir d'une photo... en tous cas bravo pour la compo et l'équilibre des lumières.

    RépondreSupprimer
  28. Très chouette ce jeu de lumière

    RépondreSupprimer
  29. Je me souviens de cette photo .
    Je connais le très beau musée de la vie romantique .

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives