lundi 25 janvier 2010

Cergy (95) : l'envol *** taking flight

Photo inédite du 15.04.09. à 15H05.

Il est un temps où les petits des pélicans se sentent pousser des ailes d'hirondelles. Puis un temps où ils reviennent au nid avec leurs petits de pélicans...

There is a time for kids to feel themselves having swallow’s wings.



Car c'est au loin que nous allons,
depuis la première prunelle
qui but l'ivresse d'horizon ;

Après l'hiver, après le pont,
après les murs des citadelles,
après la dernière question.


- Bifane -

22 commentaires:

  1. 1er yess 1er , je valide tout de suite et je reviens

    RépondreSupprimer
  2. 2nd yes 2nd, bon j'arrête...Papa, pélican fait très attention a ces petits pour leur premier envol....cette muraille de chine (rouge c'était facile a faire) est vraiment magnifique et tu vas pouvoir bien délirer dessus...la nuit elle est fluorescente ? (cela aurait ete une bonne idée)

    RépondreSupprimer
  3. c'est un plaisir de revenir sur cette passerelle qui serait une très belle entrée d'un quartier asiatique.

    RépondreSupprimer
  4. et ça continue! Olivier aujourd'hui m'ouvre la route des commentaires et nous suivons le même chemin...

    RépondreSupprimer
  5. Un lieu magique pour cadrer de superbes images !!!
    Et quand une famille de pélicans à vélo vient à passer c'est encore mieux, surtout qu'il y un petit pélican rouge dans le lot !
    Bisous de bonne journée Cergie !

    RépondreSupprimer
  6. Très photogénique, cette passerelle !

    RépondreSupprimer
  7. Ces pélicans là ont surtout de bons mollets.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai regardé tes 4 derniers posts sur Cergy mais je ne commenterai qu'ici par manque de temps. (Toi, tu peu témoigner que j'ai travaillé même pendant le weekend!)
    Je ne me rappelle pas ce pont rouge (il y en a un qui porte ce nom au Havre) lors de ma visite. Peut-être n'était-il pas aussi visible!
    Pourquoi pas un pont très rouge pour passer sur l'Oise? Géométrique aussi. Je parie qu'on en verra d'autres photos sur Cergipontin et ailleurs dans le futur.
    En tout cas tes photos lui rendent un bel hommage.
    Et moi, je retourne au travail avant de continuer mes visites.

    RépondreSupprimer
  9. It must be great to use that bridge. It looks like a work of art in nature.

    RépondreSupprimer
  10. Un pélican qui mange un pigeon!

    Ce pont à l'air plutôt dangereux pour les cyclistes, avec un trou au milieu...

    RépondreSupprimer
  11. belle série grâce à ce pont qui est une bénédiction pour photographe. Tu l'as pas au lever ou coucher ou dans la brume ???

    RépondreSupprimer
  12. Encore cette perspective et ces reflets rouges au sol, projetés par les garde-corps.
    Ça donne la pêche aux cyclistes !
    Une promenade canalisée et bien protégée, en tout cas !
    La photographe-géomètre s'en donne à cœur joie :) => cadrage, encore, de cette croix blanche, là haut !!!
    "Droit devant soi, on ne peut pas aller bien loin…", disait le petit Prince. Ici, ça fait quand même un bout, pour les p'tits mollets.
    Bonne semaine, Cergie !

    RépondreSupprimer
  13. Magnifique et très photogénique ce pont ! Il me semble qu’en le voyant on ne peut pas s’empêcher de vouloir le traverser !

    RépondreSupprimer
  14. J'avais cette photo depuis presque un an et c'était l'occasion de montrer un autre bout de la passerelle vers les étangs de Cergy. Au bout il y a une barrière qui évite aux cyclistes de faire un grand plongeon ou un vol plané du style saut à ski. Mais de là où on est on a l'impression, du moins avais je l'impression, qu'il n'y a rien et que la passerelle est une piste d'envol.
    Pourquoi le pélican ? A cause de Musset :

    Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,
    Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.
    Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,
    Dans les brouillards du soir retourne à ses roseaux,
    Ses petits affamés courent sur le rivage
    En le voyant au loin s'abattre sur les eaux.
    Déjà, croyant saisir et partager leur proie,
    Ils courent à leur père avec des cris de joie
    En secouant leurs becs sur leurs goitres hideux.
    Lui, gagnant à pas lent une roche élevée,
    De son aile pendante abritant sa couvée,
    Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.
    Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte;
    En vain il a des mers fouillé la profondeur;
    L'océan était vide et la plage déserte;
    Pour toute nourriture il apporte son cœur...
    ETC ETC

    RépondreSupprimer
  15. Elle a l'air de se décliner facilement cette superbe passerelle et elle nous inspire bien, nous les blogueurs.
    Avec un beau poème "entre crochets" à l'appui.

    RépondreSupprimer
  16. Aujourd'hui on inverse le sens...
    J'aime bien tes com s Bien sur toujours très imagés tu iras faire voler un pélican avec des ailes d'hirondelle...Une sorte de manticore ...lol
    Bonne soirée ;))

    RépondreSupprimer
  17. Quelle perspective vertigineuse, et quel dynamisme !
    On a vraiment l'impression que ce groupe va s'élancer d'un tremplin ...vers quoi ?
    Vers l'autre rive ?

    Le vide, comme dans Thelma et Louise ?
    Ton commentaire est plus rassurant que le mien .

    RépondreSupprimer
  18. Olivier me fait trop rire ! ;-)
    Alors, oui, j'ai des tulipes en rayon. Mais là je viens de me mettre au patchwork alors j'ai un peu moins de temps à consacrer à ma boutique de fleurs virtuelle...

    Chez toi, bien que je ne sois pas une grande pédaleuse (j'aime bien marcher en poussant le vélo, sauf quand c'est plat ou que ça descend, et encore, faut pas qu'il y ait de boutiques), je crois que j'adorerais me sentir pousser des ailes (euh, le moineau c'est un peu petit pour moi. Disons, d'albatros).

    Bref, j'ai fini ma phrase proustienne en longueur.

    RépondreSupprimer
  19. Vrai, aussi, qu'on peut imaginer cette passerelle comme une piste de "décollage". Ce que je voyais, hier, comme une croix (l'espace blanc en haut des 2 torris qui suivent) ressemble d'ailleurs fort à un avion qui décolle !... :)
    Le parcours semble tenir également du toboggan... il doit aussi attirer le skate et les patins - s'ils y sont autorisés - et, why not ? la luge avec le verglas... :)

    RépondreSupprimer
  20. J'ai déjà dit que trouve génial ce type d'interventions sur le paysage, soit du point de vue esthétique qui philosophique.
    Je pense qu'un avenir soutenable doit passer dans la réalisation de ces projets.
    Bonne journée Cergie !

    RépondreSupprimer
  21. Cergie! Bonjour! J'ai la nouvelle... Je vais a France en septembre! Nous devons retrouver!

    San :)

    RépondreSupprimer
  22. Car c'est au loin que nous allons,
    depuis la première prunelle
    qui but l'ivresse d'horizon ;

    Après l'hiver, après le pont,
    après les murs des citadelles,
    après la dernière question.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel