vendredi 16 avril 2010

Marianne Perrot : hier et aujourd'hui *** then and now

Uzemain, le 05.04.10 à 11H30

 Un homme regardait vivre sa fille (photo), sa famille, sa ville. Une femme expose son père et fait connaître son oeuvre...

 Marianne Perrot est intermittente du spectacle. Selon les engagements, son accordéon l’entraîne sur les chemins de l’Est de la France. Et elle accroche un Paris des quais, des escaliers, des rues, des lampadaires, des enfants, des vieillards, aux murs des salles où elle se produit...

 Marianne est née au pied de la Butte Montmartre. Son père était instituteur dans ce quartier mythique de la capitale. Avec son appareil photo argentique, il partait dans la brume des dimanches matins. Il appartenait au Club photographique de Paris les "30 x 40", créé en 1952 par le journaliste photographe Roger Doloy et dont l’association fut dissoute en 1998. Ce club réunissait des membres éminents, comme Robert Doisneau ou Willy Ronis, et des anonymes, comme le père de Marianne, dans un égal désir de l’échange et du partage...

Uzemain, Marianne enfant. Et parmi "les 3 Dénicheurs", le 03.04.10 à 23H25

20 commentaires:

  1. C'est donc elle à l'accordéon!

    RépondreSupprimer
  2. J'aime assez la conclusion d' Hélène. Tu l'as connaît perso Marianne ?
    C'esu une histoire de famille de sons et d'images.

    RépondreSupprimer
  3. toujours intéressant ces plongées dans un passé proche et qui nous semble si lointain

    RépondreSupprimer
  4. bonjour ma belle, j'aime le cadrage de ta première photo, le contraste entre l'ombre et la lumière est magnifique. Je ne sais pas si j'aime l'accordéon. Il y a des jours où je ne supporte pas et d'autres jours, j'ai envie de crier, "chauffe marcel, chauffe...!"
    Allez, il faudrait que j'aille prendre ma douche. Qu'est-ce que t'en penses? j'ai déjà bu le café et mangé la tartine au beurre et au miel.

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi ne pas le dire en chanson...

    En haut de la rue St-Vincent
    Un poète et une inconnue
    S'aimèrent l'espace d'un instant
    Mais il ne l'a jamais revue

    Cette chanson il composa
    Espérant que son inconnue
    Un matin d'printemps l'entendra
    Quelque part au coin d'une rue

    La lune trop blême
    Pose un diadème
    Sur tes cheveux roux
    La lune trop rousse
    De gloire éclabousse
    Ton jupon plein d'trous

    La lune trop pâle
    Caresse l'opale
    De tes yeux blasés
    Princesse de la rue
    Soit la bienvenue
    Dans mon cœoeur blessé

    Les escaliers de la butte sont durs aux miséreux
    Les ailes des moulins protègent les amoureux
    ...

    Bonne journée A +

    RépondreSupprimer
  6. Des blogs photos, avec des liens, c'est un peu comme un club. Maintenant, on ne parlerait pas de 30*40 mais de 12 millions de pixels.

    PS : je trouve que Delphinium ne se lève pas très tôt pour quelqu'un qui n'est pas en retraite.

    RépondreSupprimer
  7. Je t'ai répondu sur mon blog.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour, Cergie.
    En regardant, j'écoute le silence mais j'entends la musique.
    Tout est si beau.
    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  9. Une petite fille attentive qui cherche une station radio, peut être elle est assise sur le dossier du chaise, l'oreille collée au poste. Une photo à l'honneur chez toi ?
    Quand tu dis "dans un égal désir de l'échange et du partage",on pourrait dire aussi: dans un égal plaisir de l'échange et du partage :-)un peu comme nous, hein ?
    Bisous Cergie, je reviens plus tard, voir ta chèvre apprivoisée

    RépondreSupprimer
  10. Photo d'une photo, génial. ça me plaît.

    RépondreSupprimer
  11. C'est une belle histoire d'amour, artistique et familiale, à laquelle tu rends hommage avec ta sensibilité et ton talent habituels...

    RépondreSupprimer
  12. www.dailymotion.com/video/xlvbj_juliette-greco-accordeon_music

    Il faudrait que je retrouve mes autres billets sur mon nain de jardin

    RépondreSupprimer
  13. Belle et suggestive composition photographique parfaitement liée à un texte, comme toujours aigu et intéressant.
    Bonne fin de semaine Lucie

    RépondreSupprimer
  14. Le regard s'attarde sur cette si belle photo de Marianne enfant! Des jeux de lumières en doublure, j'aime beaucoup beaucoup.
    Un échange, un partage qui a l'air de bien rester dans la famille.

    RépondreSupprimer
  15. Très jolie ta photo et tes 'photos' de vies à la fois ordinaires et éxceptionelles.

    RépondreSupprimer
  16. Cette photo de Marianne est magique. Qui donc parmi les jeunes générations saura ce que c'était que de tourner le bouton en marmonnant zut, il y a encore des interférences...?

    RépondreSupprimer
  17. une belle decouverte je ne connaissais pas, j'aime bcp ta presentation de la photo b&w, tres poetique

    RépondreSupprimer
  18. Merci bcp Daniel de partager aussi avec nous cette chanson, on dirait que tt s'arrange comme les pieces d'un puzzle surtt avec cette photo qui parle trop car c un regard qui voit bcp a ce qui parait avec les yeux comme avec les oreilles...

    RépondreSupprimer
  19. Très émue de découvrir ce site et ces commentaires... Merci à tous! papa va être aussi ému... Marianne

    RépondreSupprimer
  20. Moi, je découvre sur le tard cette magnifique photo de Marianne enfant, Marianne que j'ai connu à 20 ans et qui avait toujours cet air angélique.
    Un inconnu: C

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel