mardi 9 avril 2013

État limite - Border-Line

Éragny-sur-Oise (Val d'Oise), le 31.11.10 à 10H51

C’est comme cela, j’avais envie de cette photo avant de tourner la page de la morne saison... "Border-line" est un titre qui irait bien au chapitre que je pourrais écrire...
Un passage à niveau, surtout lorsqu'il est automatique ; dans un milieu urbain assez dense après que la ville nouvelle se soit développée au-delà de la ligne de chemin-de-fer sur les hauts de la commune ; bien séparée du vieux village qui borde l’Oise... Un tel passage à niveau, de plus tout proche du vaste nouveau cimetière, a quelque chose d'inquiétant et glauque...
Mais, à dire vrai, j’aimais bien cet endroit. Je me garais au moins une fois par semaine sur le petit parking depuis lequel j’ai pris la photo... Il a été agréable de vivre dans la ville nouvelle, tout en venant chez le boucher ou le maraîcher du vieux village. Que sont-ils devenus ? Sans doute ont-ils pris leur retraite, qu’ils aient boutique close...

26 commentaires:

  1. Coucou Lucie.
    Tu es lyrique et nostalgique...
    Un peu lugubre aussi en insinuant du producteur au consommateur ... lol
    J'aime bien cette image que la neige saupoudre tel du sucre glace.
    Bisous, passe une bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  2. On vilipende les passages à niveau, mais s'il étaient respectés, il n'y aurait pas d'accidents. Cela me rappelle quand je travaillais, une cliente vient me faire une déclaration de bris de pare-brise bien qu'elle n'avait pas la garantie.Je lui demande comment cela est arrivé et elle me réponds, j'ai voulu passer le passage à niveau mais la dernière barrière s'est abaissée sur mon PB avant que j'ai eus le temps de passer.
    Comme Daniel, j'aime bien le côté sucre glace de la photo.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis d'accord avec Claude, les passages à niveaux sont fait pour être respectés.
    Cela me fait penser également aux barrières qui se trouvent sur les pistes de ski. Il y a toujours des gens qui font fi des avertissements et des dangers d'avalanche et qui partent en hors piste. Quand tout va bien, c'est cool, quand tout va mal, il y a des gens qui doivent ensuite aller les sauver sous des avalanches.

    RépondreSupprimer
  4. Comment dois je prendre cela, j'ai donc un tête de cafetière ?
    Il est vrai que souvent nous disons ne pas ce prendre la cafetière... MDR
    Rassure toi, je ne me prend pas la cafetière.
    Sur ses bonnes paroles, bisous A + :))

    RépondreSupprimer
  5. La triste silhouette noire en pélerine qui part on ne sait où donne à la photo son air inquiétant

    Connais-tu cette version de la chanson de Fabre d'Eglantine par Nino Ferrer?
    ( dont on ne connaît que le premier cou^let et le refrain/ Merci d'avoir attiré mon attention sur les autres couplets et leur double sens)


    Quand elle était petite fille
    Elle habitait dans le vieux Sud
    C´est tellement loin déjà tout ça
    C´est tellement loin déjà
    Rappelle toi New-York
    C´était comme sur la planète Mars
    L´Alabama n´a pas changé de place
    Maintenant qu´elle habite en France
    Elle chante une vieille romance

    Il pleut, il pleut bergère
    Rentre tes blancs moutons
    Allons sous ma chaumière
    Bergère vite allons
    J´entends sur le feuillage
    L´eau qui tombe à grand bruit
    Voici venir l´orage
    Voici l´éclair qui luit

    Courons courons bergère
    Vois-tu briller là-bas
    Le toit de ma chaumière?
    Il nous abritera
    Voici notre cabane
    La porte va s´ouvrir
    Ma mère et ma sœur Anne
    Viendront nous accueillir

    Bonsoir bonsoir ma mère
    Ma sœur Anne bonsoir,
    J´emène ma bergère
    Près de vous pour ce soir
    Qu´on mène dans l´étable
    Ces brebis, ces agneaux
    Et mettons sur la table
    Laitages et fruits nouveaux

    On soupe, on rit, on chante
    L´orage s´est calmé
    Une amitié touchante
    Unit nos cœurs charmés
    Bientôt la bergerette
    Lasse et fermant les yeux
    S´endort dans ma chambrette
    Et fait un rêve heureux

    Bonne nuit bonne nuit bergère
    Rentre vite dans tes draps
    Prends bien tes somnifères
    Et mets ton pyjama
    J´imaginerai tes rêves
    Jusqu´au lever du jour
    Bonne nuit bonne nuit bergère
    Je t´aimerai toujours

    RépondreSupprimer
  6. http://www.youtube.com/watch?v=OUd9yabOeyw

    J'ai chanté cette chanson à la chorale , notre chef de choeur est fan de Nino Ferrer

    RépondreSupprimer
  7. Il y a des limites à ne pas franchir parfois. Même la barrière ouverte, jeter un coup d'oeil à droite, à gauche, avant de s'engager. Je suis de l'avis de Miss Yves, c'est la silhouette fuyante qui donne un air inquiétant à ton image :-) Mais la touche d'orange lui redonne un coté amusant et vivant.

    RépondreSupprimer
  8. Effectivement les paroles de Nino nous mettent la puce à l'oreille (expression à double sens elle aussi)
    Pour Melle A , elle ne risque pas de te demander des explications avant longtemps, car les enfants ne peuvent pas percevoir le deuxième degré, donc il n'y a rien à expliquer!
    et de toute façon, tu peux te limiter à l'habituel premier couplet et au refrain .

    RépondreSupprimer
  9. http://www.lexpress.fr/culture/livre/l-auteur-claude-duneton-est-mort_1096410.html

    RépondreSupprimer
  10. Passer ou pas la barrière du "progrès"... C'est ce que cela m'inspire... opposition de deux mondes..

    RépondreSupprimer
  11. Inquiétante.. oui, dans le sens où l'ombre de la faucheuse plane sur cette image. La vielle dame en chemin, s'éloignant vers son inexorable destin, évoque la solitude de la vieillesse passé le seuil de l'automne vers l'hiver.

    Et pour tout arranger, il pleut !
    (je file terminer les bagages, on ne risque pas d'oublier les imperméables !)

    RépondreSupprimer
  12. Je ne sais quand la dernière garde-barrière a pris sa retraite, mais cela devait être un drôle de métier. J'ai connu, à la campagne, des passages à niveau qui étaient fermés en permanence pendant la journée. Quand on voulait passer, il suffisait de klaxonner et on vous ouvrait la barrière. A cette époque, il y avait plus de trains que de voitures.

    RépondreSupprimer
  13. Mais tu as le blues ma parole! L'automatisme a du bon. Sur une des routes pour aller à Toulouse nous devons traverser une voie de tramway qui me fait peur à chaque fois: c'est en plein rond-point et on ne voit guère au moment des sorties de bureaux. Pourtant il y a un feu clignotant pour annoncer le tram mais pas de vieille bonne barrière.
    Ici cela donne une impression d'avant et d'après, de neuf et de vieux...
    Tu as bien fait de t'arrêter pour la photo, je ne me serais pas arrêtée je pense.

    RépondreSupprimer
  14. c'est une phot comme je les aime, un rien nostalgique et pleine de symboles. Chacun y met ce que son humeur lui fait voir. on peut même téléphoner pour demander quand passe le train suivant, n'oublions pas qu'un train peut en cacher un autre.
    après vos échanges de commentaires sur "il pleut bergère" je suis allée voir les paroles je n'étais pas aller aussi loin dans la relation bergère et jeune homme accueillant (dans sa cabane) mais l'honneur est sauf car la mère et la soeur sont là et elle a gardé son corset (qui n'était pas mouillé par la pluie...)

    RépondreSupprimer
  15. Bon début de semaine déjà bien entamé lol

    RépondreSupprimer
  16. LUCIE bonsoir je repasse demain
    je vais me reposer bisou

    RépondreSupprimer
  17. Lucie bonjour je ne sais pas si je passerai cette barrière mais je sais que je serai sur mes gardes
    La passer ou la regarder!!!!!!!!!!!! je dois y réfléchir
    Je t'embrasse le chef de gare arrive

    RépondreSupprimer
  18. et le train il passe pas LUCIE

    RépondreSupprimer
  19. Très nostalgique et une peu de tristesse également dans tes propos.

    RépondreSupprimer
  20. bonjour!!
    chez ma fille qui vit vers Creil!!il y a bcp de petit village ou tout est clos!!elle doit aller dans les grandes surfaces !!qui se sont greffées dans les campagnes !!
    le progrès!!
    j'espere qque tu vas bien!!bises et a bientot sur tes blogs!!

    RépondreSupprimer
  21. Avec le titre de ton post, pour moi aussi, c’est surtout le personnage en noir qui disparait lentement qui m’intrigue. Il y a des border lines optimistes et pessimistes…

    RépondreSupprimer
  22. Je viens te souhaiter une belle journée Lucie et le temps vient de changer le gris la pluie est là en ce moment
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  23. hello
    bien vive télévie sur rtl tvi BELGIQUE
    contre la leucémieee
    merciiiiiiiiiiiii
    Isa

    RépondreSupprimer
  24. j'aime beaucoup ce cliché par sa composition de détails sur la voie ouverte à la marche à pieds ....

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel