lundi 2 novembre 2015

ICI REPOSE - HERE LIES

Auvers-sur-Oise (Val d'Oise), le 1er.10.2015 à 15H13

Il a beaucoup été question cette année de la COMMÉMORATION du 125ème anniversaire de la mort de Vincent van Gogh (1853 - 29 juillet 1890). Quelqu’un comme lui est hors du temps du deuil dévolu au commun des mortels...
Il repose à Auvers-sur-Oise auprès de son frère Théo, leur tombe simplement couverte de lierre. Il y a un mois, j’ai été étonnée que le dit lierre, d’ordinaire seulement rampant et certainement donc régulièrement taillé, se haussait de fleurs...
Le lierre a mauvaise presse. Surnommé le "bourreau des arbres", il souffre de "délit de faciès" : sempervirent, il est vert et fringant l'hiver et contraste avec les arbres nus qui paraissent morts. Pourtant, s’élevant à la verticale sans s'enrouler autour des troncs, il est incapable de leur nuire...
(Voir ICI).




J'ai salué la petite pietà que j’ai montrée déjà deux fois sur ce blog (cliquer sur le libellé "pietà"). Le bergenia de la tombe d'à-coté la couve. Quelqu’un lui a passé un collier de coquillage autour du cou...
Malheureusement, elle n’est pas épargnée par les outrages du temps... Et un panonceau piqué dans le massif de bergenia annonce que la concession est échue... Les regrets éternels ne sont pas héréditaires...

C’est pourquoi les pratiques funéraires évoluent. Cette après-midi, j'accompagne ma voisine au jardin du souvenir à Osny. Charmant jardin, alors que tant d’entre eux sont lugubres... Tant mieux. Mon voisin disparu cette année, aimait les fleurs et les plantes...
Les deux précédents messages consacrés à la petite pietà avaient reçus tant de bien gentils visiteurs... Tant que le massif de bergenia et la petite pietà sont un peu mon tendre jardin des souvenirs...

23 commentaires:

  1. Je suis sous le charme...sous le charme de ton écriture, mais pas seulement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le charme, le charme est marcescent !
      ;-)

      Supprimer
  2. De "here lies" à "lierre" joli passage, jolie métamorphose.

    Et tu passes brillamment de l'histoire de l'Art â l'art de conter une histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour le rapprochement ! Je ne l'avais pas fait ! Comme quoi deux têtes valent mieux qu'une

      Supprimer
  3. J'irai plus tard voir le lien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les liens sont utiles pour éviter de se répéter, pour étayer le propos mais ils ne sont pas obligatoires

      Supprimer
  4. Coucou Lucie.
    Le lierre symbole de la fidélité "Je meurs où je m’attache" ...
    Si parfois il s’écroule avec un arbre c'est que l’arbre est déjà mort depuis longtemps...
    Par contre pour une toiture il peu faire des ravage quand il se glisse sous les tuiles.
    Bisous A + ☺ ☼

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des fois le lierre est même un peu crampon (pas bon non plus pour le crépi)

      Supprimer
  5. Pour la piéta, la pov' elle a le visage ingrat et le nez en patate ! LOL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu trouves donc qu'elle n'a pas un visage de Madone ?

      Supprimer
    2. Comme tu dis élégamment, "elle n'est pas épargnée par l'outrage du temps", ce qui m'a rappelé le songe d'Athalie, de Racine:(Acte II, Sc 5)

      "C'était pendant l'horreur d'une profonde nuit.
      Ma mère Jézabel devant moi s'est montrée,
      Comme au jour de sa mort pompeusement parée.
      Ses malheurs n'avaient point abattu sa fierté ;
      Même elle avait encor cet éclat emprunté
      Dont elle eut soin de peindre et d'orner son visage,
      Pour réparer des ans l'irréparable outrage.
      « Tremble, m'a-t-elle dit, fille digne de moi.
      Le cruel Dieu des Juifs l'emporte aussi sur toi.
      Je te plains de tomber dans ses mains redoutables,
      Ma fille. » En achevant ces mots épouvantables,
      Son ombre vers mon lit a paru se baisser ;
      Et moi, je lui tendais les mains pour l'embrasser.
      Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange
      D'os et de chairs meurtris et traînés dans la fange,
      Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux
      Que des chiens dévorants se disputaient entre eux."

      J'avoue que le rapprochement est assez outré.

      "Retenons ces simples vers:
      Même elle avait encor cet éclat emprunté
      Dont elle eut soin de peindre et d'orner son visage,
      Pour réparer des ans l'irréparable outrage."

      Supprimer
  6. Ici repose.... ici repose... Il n'y a donc que moi qui travail disait le gardien du cimetière qui démissionna pour surmenage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gardien de cimetière n'est pas un travail mais un sacerdoce

      Supprimer
  7. Les deux murs latéraux du jardin de mon enfance, ainsi qu'une partie du mur de la maison, étaient tapissés de lierre. Quand je suis retournée voir "ma" maison, alors que les nouveaux propriétaires venaient d'emménager et que le lierre avait été arraché, j'ai pu constater les dégâts. La pierre calcaire était toute rongée. Le lierre est un véritable troll mangeur de pierre !
    Bonne journée, je dois filer à Paris pour les cadeaux d'anniversaire de l'aînée de nos petites-filles qui soufflera ses 16 bougies jeudi. Je repasserai voir les liens plus tard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lierre a déjà suffisamment de défauts sans qu'on lui attribue tous ceux de la terre
      Bonnes courses, Tilia, je dois filer moi aussi !

      Supprimer
  8. "Les regrets éternels ne sont pas héréditaires...", ton humour fait du bien
    Et puis il y a aussi des cimetières beaux comme des jardins surtout en cette période.

    RépondreSupprimer
  9. Donc se méfier des idées reçues... par contre un lierre contre une maison c'est autre chose. Lorsque nous avons emménagé dans notre maison, celle-ci était envahie à la base de toutes sortes de plantes, toutes charmantes mais propageant involontairement l'humidité dans nos murs par le sol, le nettoyage des crampons que le lierre avait laissé derrière lui ne fut pas une mince affaire.
    Quant aux dernières lignes du lien « commémoration » Van Gogh je préfère les oublier…
    En ce qui concerne la Pietà, si bloguer c'est avoir les doigts en éventail comme elle alors j'adhère à bloguer un peu plus longtemps à chaque fois. Elle disparaîtra un jour comme ont su le faire certains blogueurs que je suivais avec plaisir, mieux vaut comme ici mettre un petit signe.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Lucie, le jardin des souvenirs, c'est une jolie formule pour évoquer un cimetière paysagé. Oh !! Tu as ainsi visité et donc photographié la pierre tombale de Vincent van Gogh . Un grand artiste que ne connut pas le succès de son vivant et vécut dans la misère, quelle tristesse mais quel oeuvre aussi qu' il laisse au monde entier !!125 ans déjà ...


    PS: tu me diras quelles chansons tu préfères sur le CD ?

    Bonne semaine !!

    RépondreSupprimer
  11. LUCIE bonsoir et bien je vais moi aussi me reposer et sans lierre c'est certain*
    dsl mais je n'ai plus le temps de trouver le temps en ce moment gros bisous

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour
    J'arrive de chez de Claude , merci pour tes renseignements sur le lierre , ma fille en promenade couper une partie de lierre pour liberer l'arbre de son emprise , du coup je vais pouvoir lui motrer ton article
    Je connaissais par contre les risques d'humidité sur les façades
    Bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
  13. Toujours joliment dit.
    J'ai le même lierre à la maison en arcade. Passage obligée pour aller faire plouf.
    Il a fait plein de fleurs qui sont le régal des abeilles et des frelons, asiatiques ou pas.
    Moi, pas trop rassurée.
    Concernant la Piéta, suis un peu d'accord avec Daniel.
    J'ai qq chose pour toi sur mon blog.
    Bises

    RépondreSupprimer
  14. J'ai suivi les liens (ceux de la pietà).
    Je la trouve incroyablement émouvante ; on pourrait penser qu'elle a été modelée par un enfant et la maladresse de sa réalisation lui confère une présence bien plus forte qu'une œuvre bien léchée.
    N'y a-t-il aucune indication de l'artiste auquel elle a été dédiée ?

    Hier je suis allée faire un tour au petit cimetière local. Il y a une très vieille tombe où est posée une plaque :

    "Le titulaire de cette concession est prié de s'adresser à la mairie"

    Ce qui ne manque pas de me faire sourire chaque fois que je la vois ; la plaque y est depuis une dizaine d'années.

    Dans le cimetière de Chartres, il y avait un endroit où étaient inhumés les bébés probablement nés avant-terme et morts-nés (en tout cas sans état civil). La municipalité accordait autrefois (jusque dans les années 60-70 je crois) gracieusement un morceau de terrain où ensevelir ces petits inachevés.

    J'aime bien me balader dans les cimetières, ils ont un pouvoir d'évocation incroyable : dérision de nous dérisoire...

    RépondreSupprimer
  15. la piéta a subi quelques outrages mais n'en est que plus attendrissante. j'aime beaucoup musarder dans les cimetières et je ne manque jamais la visite quand je vais dans un lieu nouveau.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel