vendredi 13 octobre 2017

IRVING PENN (1/2)

Paris 8ème, le 06.10.2017 à 11H49
ICI le dépliant de l'exposition.

Lorsque je me suis présentée entrée Clémenceau, avenue Winston-Churchill, il n'y avait qu'une file d'attente (sans coupe-fil) pour l'exposition rétrospective "IRVING PENN" et elle n'était pas longue... J'ai été étonnée du nombre de visiteurs à l'intérieur. C'était un public attentif et calme, lisant les explications, prenant quelques photos des oeuvres qu'il voulait particulièrement garder en mémoire et ainsi ai-je fait aussi...

Ci dessous, quatre photos que j'ai prises de tirages carrés (plus faciles à assembler).


Man Lighting Girl's Cigarette, New York, 1949
Pablo Picasso à la Californie, Cannes, 1957
Large Sleeve (Sunny Harnet),New-York, 1951
Nude No.43, New-York, 1949-1950




Les 238 oeuvres exposées se déploient à leur aise sur les murs peints en gris de 11 salles. Je ne me suis guère attardée sur les trois dernières salles. J'y reviendrai peut-être lorsque je passerai voir l'exposition "GAUGUIN L'ALCHIMISTE" qui s'est ouverte depuis. J'avoue que ce qu'Irving Penn a tiré des mégots qu'il a ramassés dans la rue ne m'a guère passionné. Les images peuvent être belles sans que l'on puisse avoir envie de les accrocher à son mur et les contempler jour après jour. Le regard aigu de Picasso a été saisi lors d'une rapide séance chez le peintre, improvisée et imposée par le photographe. Irving Penn avait rêvé d'être peintre, il y a renoncé. Toutefois son sens des volumes, de l'expression se sent dans son travail digne des meilleurs affichistes (Villemot par exemple). Il attirait ses modèles en studio, parfois une tente en extérieur pour ses portraits à travers le monde. Je n'ai pas vu de paysage hormis... celui-ci, dans la salle "Les Nus"... Les nus ne sont pas des beautés classiques et glacées, ce qui le reposait des modèles de Vogue.

Si vous n'avez pas l'occasion de venir au Grand Palais d'ici le 29 janvier 2018, vous pouvez toujours vous promener en travers du site web de THE IRVING PENN FOUNDATION.

14 commentaires:

  1. Merci de nous faire partager tes impressions.
    "Regard aigu de Picasso", certes, mais plus pensif qu'aigu, à mon avis, voirr méditatif, ou triste, ce qu'accentue le clair-obscur, le noir du chapeau et du col.
    "l'oeil du cyclope" , notait l'article de Télérama.

    RépondreSupprimer
  2. Le plissé est à la fois chic et pictural, entre le magazine Vogue et l'art, à la croisée des intentions et du parcours du photographe.

    RépondreSupprimer
  3. Je regarderai sur plus grand écran les autres photos du collage.

    RépondreSupprimer
  4. Des quatre photos que tu as prise ma préférence va au portrait de la femme avec sa jolie manche.
    Celle d'à côté, on dirait des dunes de sable avec un bouillée d'herbes folles.
    J'aime bien les portraits en NB.
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Il me semble avoir vu une exposition de ce Monsieur au cours de mon periple dernier , impossible de me rappeller ou ..
    C'est son portrait en noir et blanc qui me le rappelle !
    Merci pour tes explications
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Coucou ma Cergie. Merci pour ce compte-rendu de cette exposition qui, j'imagine, doit être extraordinaire. Les portraits que j'ai vus de M. Penn sont toujours très intimistes, ce qui fait sa force je crois. Je trouve que celui de Picasso que tu nous montres aujourd'hui est émouvant.
    Mais je pense pas venir à Paris de sitôt. Alors je vais aller regarder le lien que tu nous donnes.
    Je t'embrasse et merci de tes impressions sur ce très grand photographe, témoin du temps qui passe et des personnalités qui traversent les époques et les marquent de leurs empreintes.

    RépondreSupprimer
  7. une belle expo qui n'ést pas à admiré à travers son portable comme l'homme de la première photo

    RépondreSupprimer
  8. Heureusement que tu as indiqué les titres de tes photos, parce que dans la quatrième je voyais exactement ce que décrit Claude "des dunes de sable avec une bouillée d'herbes folles" pas du tout une partie dénudée d'un corps féminin !
    "Dune" ou "Nude" (amusant anagramme) des quatre, c'est celle que je préfère. Pas spécialement pour son aspect réversible, plutôt en tant que représentation de la Terre-Mère.

    La mise en scène de ce portrait de Richard Avedon par Irving Penn me fait penser à celle imaginée par la Castiglione (innovatrice de la photo de mode) pour l'un de ses nombreux autoportraits réalisés par son fidèle photographe attitré.

    Merci pour ta visite au grenier, Cergie, suis effectivement très prise par nos cueillettes à répétition et je n'avance guère dans l'élaboration de mon prochain billet ! Belle et bonne fin de semaine pour vous aussi

    RépondreSupprimer
  9. Ce que je garde en mémoire d'Irving Penn c'est essentiellement sa précision dans ses photos. J'admire pourtant les photos qu'il a fait de ses contemporains comme celle de Picasso que tu nous montres ci-dessus. Je m'imagine le plaisir qu'il avait à développer lui-même ses photos.
    Un calcul peut-être un peu froid même dans ses photos qu'il tirait des objets récoltés dans les caniveaux non par les rendus qui sont très beaux mais par l’absence d'un je ne sais quoi qui dévoilerait un peu de lui-même, d'un objectif... quelle pensée y avait-il derrière tout cela? Il me faudrait lire sur ce côté là de sa personnalité dont je ne connais rien...

    RépondreSupprimer
  10. Tu nous mets l'eau à la bouche de la plus élégante des manières.
    Merci aussi pour les liens joints à cette série qui permettent d'en savoir davantage sur le sujet.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  11. je me suis informée et quelle chance de voir tout cela ma chère Cergie et amitiés belges

    RépondreSupprimer
  12. L'avantage d'être près de la capitale, pouvoir visiter de telles expositions. Superbe ton billet ! J'aime ton montage carré et cette première image qui donne un aperçu de l'expo et des visiteurs.
    J'aime aussi l'expression "Terre-Mère" dont Tilia qualifie le "nude".
    Je reviendrai pour compléter la lecture des liens

    RépondreSupprimer
  13. J'adore les expositions a lesquelles les visiteurs regardent les oeuvres avec curiosite ... en les etudiant. On peut dire la meme chose de la photo de Picasso en Californie ... il NOUS regarde avec interet aussi ! On sent, presque, le besoin de regarder ailleurs, dans ce regard aigu. Gauguin l'alchimiste ... a voir !!! Merci pour la partage de tout. Bon dimanche et bisous. :)

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives