mercredi 26 juin 2019

La Maison du Garde-Barrière - the Gate Attendant's House

Auvers-sur-Oise (Val d'Oise), le 13.06.2019 à 14h46

J'aime bien parfois un paysage de ville... Auvers-sur-Oise comptait près de 7000 habitants en 2016. Elle en avait 1936 en 1886, 2063 en 1891. Elle ne peut donc plus être considérée comme un village qui possède moins de 2000 habitants, même si elle comporte toujours une majorité de terres agricoles. Elle est connue pour les peintres de paysage Corot, Cézanne, Daubigny, Pissaro et surtout van Gogh qui en 1890 s'y donna la mort. Les touristes sont attirés par l'église (actuellement en travaux et cachée derrière des clôtures de chantier), l'auberge Ravoux, la tombe des frères van Gogh au cimetière ou la maison du docteur Gachet. Ils aiment flâner, suivre la signalisation des endroits qui ont été peints. Difficile d'imaginer la magie d'un escalier, d'un champ aux corbeaux. Le regard n'est pas le même et les temps ont changé.
Mais ce qui n'a pas changé est que certaines personnes se déplacent encore par la voie ferrée, soit pour leurs trajets quotidiens soit pour une visite occasionnelle d'une après-midi, d'une journée. Ils peuvent encore parcourir la ligne depuis la gare du Nord ou même depuis la gare Saint-Lazare, descendre ou monter à Auvers-sur-Oise, comme le faisaient ces peintres d'autrefois...

13 commentaires:

  1. Coucou Lucie.
    Le pays des impressionnistes à cause où plutôt grâce à la voie de chemin de fer...
    Un très bon souvenir pour nous en compagnie de tu sais qui !!!
    Bises, Très bonne journée, A +

    RépondreSupprimer
  2. Autres temps, autres paysages.
    La maison du Garde-Barrière peut encore inspirer un peintre
    et bien-sûr une photographe avec le rouge du portillon qui attire et avertit en même temps.
    Bises chaleureuses, Lucie ! (envoyées à travers les volets fermés :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas encore reçu ta news mais comme tu es passée, je me suis dit qu'il fallait peut-être que j'aille jouer les curieuses chez toi. Et voilà, je tombe sur quelque chose que j'aime. J'en ai connu de nombreuses quand j'étais enfant de ces maisons de garde-barrières.... elles disparaissent peu à peu et avec elles nos souvenirs d'enfance. Merci de nous avoir montrer une survivante Lucie

    RépondreSupprimer
  4. La maison du garde-barrière t'a bien attirée, toi!
    Souvenirs d'enfance comme pour Marie.
    J'ai gardé un très bon souvenir de "Changer l'eau des fleurs"? écrit par Valérie Perrin où Violette, avant d'être garde cimetière était garde-barrière...

    RépondreSupprimer
  5. J'adore ta photo , elle me rappelle mes vacances de petites filles lorsque ma grandmère etait garde barrière (Charente Maritime )
    Bonne journée à toi
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Poétique cet écrit autant que cette photo, j'aime voyager en train rire BIZ CERGIE

    RépondreSupprimer

  7. "Difficile d'imaginer la magie d'un escalier, d'un champ aux corbeaux. Le regard n'est pas le même et les temps ont changé. "
    Crois-tu ?
    Je suis tombée sous le charme des escaliers de Montréal !

    Ta photo est inspirante et t, comme toujours, ton texte sait prendre des traverse sans pour autant perdre le fil de son discours.

    "ls peuvent encore parcourir la ligne depuis la gare du Nord ou même depuis la gare Saint-Lazare, descendre ou monter à Auvers-sur-Oise, comme le faisaient ces peintres "
    d'autrefois... "
    Quelle chance! on pourrait dire que, pour une fois, la peinture mène à tout...

    RépondreSupprimer
  8. Ma tante habitait une maison identique avec mes six cousins et un grand nombre d'animaux domestiques....il fallait s'habituer pour pouvoir y dormir sereinement!

    RépondreSupprimer
  9. Ces maisons de garde-barrière ont un charme indéfinissable, qui ne vieillit pas
    (il est tard, je reviendrai)

    RépondreSupprimer
  10. Ici, il y en a un en ville, c'est une résidence principale. Une autre dans un bled, idem et pas loin de chez moi, une résidence secondaire.
    Ah le temps ou les barrières se levaient et se baissaient !
    Bon Dimanche Lucie et gros bisous !

    RépondreSupprimer
  11. Coucou. Comme tu le dis, les temps changent et la magie n'opère plus de la même manière. Qu'importe, chaque époque réserve son lot de surprises et de découvertes. Je me rappelle quant à moi de la petite auberge mais plus vraiment de ce que j'y avait mangé. Mais l'ambiance y était belle et l'accueil excellent. Il y a des souvenirs comme celui-là qui se diluent dans la mémoire et dont il ne reste plus que des bribes. Bises alpines toujours en surchaufe.

    RépondreSupprimer
  12. revenue voir ta poésie et bises CERGIE

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel