mercredi 8 février 2012

L'attente - awaiting


Cergy-le-Haut, le 03.02.12 à 13H34

Au milieu de vingt montagnes enneigées,
La seule chose émouvante
Etait l'oeil d'un merle noir.

Among twenty snowy mountains,
The only moving thing
Was the eye of the blackbird.


- Wallace Stevens -



Le printemps dernier a tout de suite été sec et chaud comme un été, notre sol argileux trop dur à travailler. Nous avons eu depuis la fin de l’automne une pluie ininterrompue. Dès que le temps s’est enfin mis au beau et au sec, le grand froid s’est installé. On ne va pas dans le jardin lorsque le sol est détrempé ni lorsque les températures sont négatives. Que faire d’autre alors qu’attendre et profiter de l'instant ?

J'ai retrouvé ce message de mars 2007 avec un grand bonheur. Et ce poème inédit :

How does one fly?
The feathers are the answer
Bird eat worms
Birds have feathers
I must eat worms
Yummy yummy worms
All in the name of flight


Comment vole-t-on ?
Les plumes sont la réponse
L'oiseau mange des vers
Les oiseaux ont des plumes
Je dois manger des vers
Vers délicieux délicieux
Tous au nom du vol

- Mr San -




"Un oiseau siffle dans les branches
Et sautille gai, plein d'espoir,
.....
C'est un merle, chanteur crédule,
Ignorant du calendrier,
Qui rêve soleil, et module
L'hymne d'avril en février.
......
Lustrant son aile qu'il essuie,
L'oiseau persiste en sa chanson,
Malgré neige, brouillard et pluie,
Il croit à la jeune saison.
.......
Il gronde l'aube paresseuse
De rester au lit si longtemps
Et, gourmandant la fleur frileuse,
Met en demeure le printemps.
......
A la nature il se confie,
Car son instinct pressent la loi.
Qui rit de ta philosophie,
Beau merle, est moins sage que toi !"


- Théophile Gautier -
(Merci Olivier)
Mais ce merle noir a la ténacité
comme son regard la perspicacité
Bientôt ce bel oiseau s'envolera
et pour le montrer tu seras là

- herbert -
N'y voir que du bleu
Le merle dit le contraire
de son air penché

- Miss_Yves -
Verte l'herbe
noir le merle
éclair jaune du bec
fin du vers

- Tilia -

26 commentaires:

  1. puisque c'est une journee porte ouverte a la poesie, un peu de Theophile Gautier

    "Un oiseau siffle dans les branches
    Et sautille gai, plein d'espoir,
    .....
    C'est un merle, chanteur crédule,
    Ignorant du calendrier,
    Qui rêve soleil, et module
    L'hymne d'avril en février.
    ......
    Lustrant son aile qu'il essuie,
    L'oiseau persiste en sa chanson,
    Malgré neige, brouillard et pluie,
    Il croit à la jeune saison.
    .......
    Il gronde l'aube paresseuse
    De rester au lit si longtemps
    Et, gourmandant la fleur frileuse,
    Met en demeure le printemps.
    ......
    A la nature il se confie,
    Car son instinct pressent la loi.
    Qui rit de ta philosophie,
    Beau merle, est moins sage que toi !"

    La photo est superbe, tres belle DOF miss cergie

    RépondreSupprimer
  2. C'est le froid qui émoustille tes neurones ?
    J'ai le sentiment pour ma part de vivre en semi hibernation...
    Bisou A + :))

    RépondreSupprimer
  3. Et bien tu en as bien de la chance de voir cet oiseau et cette photo est si belle
    Je me demande si nous sommes bien en hiver car je suis assez perdue *
    IL ne vole pas pour le moment ton oiseau au bec orange mais je sais qu'il passera me voir NA
    Je pourrai aussi faire des petits clichés pour toi bien entendu
    IL dois manger oui c'est certain et des vers!!!!!!!!!!!!!! je vais en chercher pour lui dés que le soleil sera là
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  4. Un joli "carpe diem" est bon pour chaque occasion et saison...
    La capture est tre belle.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis allée voir ton message de 2007 !!! Pour rester dans le registre de Barbara: "Dis, quand reviendras-tu? Dis, au moins le sais-tu ?" :-) Ah si j'avais pu être présente dans la salle de fête, je t'aurais attrapée au vol en train de danser, comme tu l'as fait pour la corneille. Une superbe photo, comme celle d'aujourd'hui où "la seule chose émouvante" l'oeil du merle noir est si bien mis en valeur. Je suis née juste à coté de Haguenau, "Hawenau" pour les gens du coin.
    Quand tu reviendras nous ferons la fête ensemble ! Bisous au coin du feu !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, Cergie.

    Mais ce merle noir a la ténacité
    comme son regard la perspicacité
    Bientôt ce bel oiseau s'envolera
    et pour le montrer tu seras là

    Merci beaucoup, Cergie.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  7. Moi je veux bien attendre, mais je ne sais pas trop quoi attendre. Un retour de la chaleur?
    Peut-être...
    Quand on sait qu'il fait 14 degrés dans le bureau et que la chaudière a des ratées, il est vrai que j'attends un peu plus de douceur... dans ce monde de brute.

    RépondreSupprimer
  8. Idem Delphinium... pas trop chaud dans le bureau, souci chauffage récurrent... et je suis frileuse ! alors j'attends... que l'heure de la sortie sonne !

    RépondreSupprimer
  9. Vous êtes trop bon pour ce terrible ami.

    Merci beaucoup <3

    RépondreSupprimer
  10. Pour les "Galétous" je n'ai hélas pas gardé la vraie recette, j'ai tenté d'en faire sans grand sucée, je n'ai pas retrouvé le gout, pourtant j'ai bien la poêle spéciale pour les cuire chez une grand mère nommé "Lo Platino" chez l'autre "lu Té", parfaitement identique.
    Sur internet, j'ai trouve une recette de Galétous :

    http://meselfeebulations.unblog.fr/2009/02/09/des-galettes-bretonnes-aux-galetous-limousines/

    la recette correspond bien a mes souvenirs.
    "Lu Té" est une sorte de poile en fonte avec une toute petite queue 8 à 10 cm pausé sur un trépied pour la cuisson...

    RépondreSupprimer
  11. Pas poile "une poêle"... bon tu avais corrigé...

    RépondreSupprimer
  12. Les poèmes, comme la photo, sont très beaux...L'oeil de l'oiseau semble attentif. Et tout ce bleu sombre!

    RépondreSupprimer
  13. N'y voir que du bleu
    Le merle dit le contraire
    de son air penché

    RépondreSupprimer
  14. Je me rappelle d'un merle qui venait picorer sur la fenêtre chez mes parents. Il était tout jeune, il commençait à chanter. C'était les premières gammes, pas toujours très justes. Mon père sifflotait derrière la fenêtre et on avait l'impression que le merle l'entendait car il attendait toujours que mon père arrête de siffler pour s'y remettre.

    RépondreSupprimer
  15. Il est très beau ton merle, mais qu'est-ce qu'il attend? Donne lui l'adresse de Claude s'il a faim.

    RépondreSupprimer
  16. Très bel exemple de patiente vigilance, ce merle me ravit.
    Merci Cergie. En retour, un de mes vieux poèmes imagés :

    Verte l'herbe
    noir le merle
    éclair jaune du bec
    fin du vers

    RépondreSupprimer
  17. Je me demande, le merle soit-il heureuse au Centre Pompidou ? Je pense que oui. Les merles sont toujours pretes pour la vie, me semble-t-il. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, elles trouvent la cle a leurs vies. Un peu comme les chats, je pense ... bizz bizz

    RépondreSupprimer
  18. Hou... tu ne l'as pas louper celui-là.
    Joli carton!

    RépondreSupprimer
  19. il est passé refaire sa couleur avant la photo!!! un régé bleu?
    serait-ce comme les moutons de Tilia un merle empaillé qui pose?

    RépondreSupprimer
  20. A force d'attendre, le merle commence à se dire qu'on lui a posé un lapin.

    RépondreSupprimer
  21. LOL Alain !

    Qu'il est beau ton merle, je n'ai jamais pu faire une photo décente d'un oiseau sauf de la pie australienne qui était quasiment dans mes pieds sur la plage à Sydney et des pigeons qui n'ont pas peur de l'homme. J'admire ce portrait d'hiver... mais j'attends comme lui avec impatience le dégel.

    RépondreSupprimer
  22. Merci, Cergie.

    Comme tout cela est si bien disposé..
    comme des dalles de poésie.

    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  23. Une belle source d'inspiration que ton bel oiseau!

    RépondreSupprimer
  24. @ Marguerite-Marie
    Bien, ton ré-geai bleu ;-)

    RépondreSupprimer
  25. Cet oeil si bien decrit par ta photo et par ce poeme de Wallace Stevens!
    Les merles et les pies envahissent l'espace par ici. Est-ce seulement pendant l'hiver? Les autres especes sont-elles cachees? Manque d'observation surement. La suite le dira.
    Cette branche: comme une frontiere entre ton oeil et le sien.

    RépondreSupprimer
  26. La sorcière10/2/12 15:47

    J'aime toujours les oiseaux noirs et les chats noirs

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel