vendredi 16 mars 2007

Haguenau : la corneille *** crow

Haguenau le 04.03.2007

"Cette photo me fait penser à une chanson de Barbara qui dit qu'il ne faut jamais retourner sur les lieux de notre enfance à cause d'une trop grande souffrance. Ou quelque chose comme ça"

- Eric -

***************

Un toit, une maison
Oiseau noir, il vole
Si seulement je pouvais voler
Est-ce que je vivrais sur un toit ?
Un appartement avec terrasse
Une chambre avec vue
Ah, voler comme un oiseau
Oiseau noir, je t'envie

- San Nakji -

A roof, a home
Black bird, she flies
If only I could fly
Would I live on a roof?
A penthouse apartment
A room with a view
Oh, to fly like a bird
Black bird I envy you.

- San Nakji -


***************

Il y a deux semaines, c’était "à moi l’Alsace !" Je n’ai même pas publié une seule photo de ce bref passage sur la terre de mes ancêtres. Il faut avouer que j’ai surtout beaucoup fait la fête. J’ai bu du Crémant et du Gewurztraminer à flot. Mangé de la flammenkusch à gogo et du jambon braisé moelleux à souhait. Les alsaciens adorent faire la fête et danser. Ils apprennent dès l’enfance en famille avec un oncle, un père, une grand’mère. Et les chaises se vident dès que les premiers accords résonnent. Le samedi 03 mars, j’ai appris à danser la valse sautée à l’alsacienne. En deux mots : ne pas regarder ses pieds. Faire des petits pas glissés et écouter la musique. C’est très facile. Surtout avec un professeur expérimenté. La marche c’est plus facile encore car ça tourne moins. En tout cas voir des danseurs alsaciens est un régal : ils sautillent avec légèreté sur la piste et tournoient sans fatiguer... Mangeant et dansant on arrive ainsi sans se rendre compte à trois heures et demi du matin. Et lorsqu’on sort de la salle municipale on s’aperçoit qu’on n’a rien vu de l’éclipse de lune et qu’elle est là au firmament toute ronde, éternelle.

Dimanche matin, pas très tôt, nous sommes tout de même sortis faire un tour dans Haguenau. J’ai pu saisir l’envol d’une corneille noire. C’est instructif une telle photo. Ca vous oblige à vous documenter. Il s’agit bien d’une corneille noire. Vous pouvez me croire, je l’ai vue de profil posée sur l’arête du toit (j’aurais préféré réussir cette photo là, je l’avoue). La queue carrée ne peut tromper. On dit patte et pied. Donc j’imagine qu’on peut dire plante de pied. C’est ce qui est de plus beau sur la photo.
J’ai tout de suite pensé à Eric et San Nakji. J’apprécie beaucoup leur dérision, leur décalage, leur humour. Surprise ! Je n’ai obtenu ni de l’un ni de l’autre ce à quoi je m’attendais...
Cergie

Comme d'un coup d'aile
Balayer les souvenirs
Maison de l'enfance


de Miss_Yves


21 commentaires:

  1. I asked to my friends Eric and San Nakji to write something for this picture and I must recognize that the texts they gave to me was quite a surprise ! Usually they are both writing so mockingly... And I like their very special humour very much.

    RépondreSupprimer
  2. Très réussie la photo de l'oiseau noir qui s'envole. Et la description de la fête, quel régal. C'est bon le crémant, le gewurtztraminer aussi.
    Je crois que Lyliane qui se montre de temps en temps sur mon blog, dirait que les alsaciens sont comme les gens du Nord, ils savent faire la fête.

    RépondreSupprimer
  3. C'est devenu un blog collectif ou bien?

    RépondreSupprimer
  4. Votre post m'a fait rire, parce que pendant que vous faisiez la fête et sautilliez en dansant, la lune faisait ce qu'elle avait à faire, se voiler la face pendant quelques instants. Et moi pendant que je buvais quelques alcools forts avec des amis, ben je n'ai pas vu non plus la lune. On était vraiment dans la lune chère cergie. Je vous embrasse et vous souhaite un bon WE.

    RépondreSupprimer
  5. Allez, tiens, je reviens. Pour une fois.
    Faut dire que moi qui aime toujours parler de ce qui se mange, j'ai été servi.
    L'Alsace c'est pas l'Arizona, c'est l'Alsace et mieux vaut emmener des pantalons larges quand on y va.
    Quand je lis jambon braisé, j'en ai l'eau à la bouche. Quand je lis Flammenkusch, j'ai les yeux qui pleurent en pensant aux oignons.
    C'est beau et c'est bon l'Alsace. En attendant, je vais aller à la cantine et ça va pas être pareil.
    Merci quand même d'avoir réveiller quelques souvenirs...

    RépondreSupprimer
  6. Tu oses dire que tu aurais prefere une photo statique à cette petite merveille d'envol que tu nous offres là ! Moi, je me régale de ce corps en mouvement.
    Quelle divine photo, le bleu du ciel, le rouge cuit des tuiles, et cette silhouette noire.

    Joli recit sur les danses et fêtes alsaciennes !

    RépondreSupprimer
  7. moi si je retourne sur les lieux de mon enfance ,j'y trouverai que des ruines
    patrick

    RépondreSupprimer
  8. "The Crow" tout de suite je pense à Poe et à Baudelaire

    "....
    Je fus émerveillé que ce disgracieux volatile entendît si facilement la parole, bien que sa réponse n’eût pas une bien grand sens et ne me fût pas d’un grand secours ; car nous devons convenir que jamais il ne fut donné à un homme vivant de voir un oiseau au-dessus de la porte de sa chambre, un oiseau ou une bête sur un buste sculpté au-dessus de la porte de sa chambre, se nommant d’un nom tel que – Jamais plus !

    Mais le corbeau, perché solitairement sur le buste placide, ne proféra que ce mot unique, comme si dans ce mot unique il répandait toute son âme. Il ne prononça rien de plus ; il ne remua pas une plume, – jusqu’à ce que je me prisse à murmurer faiblement : « D’autres amis se sont déjà envolés loin de moi ; vers le matin, lui aussi, il me quittera comme mes anciennes espérances déjà envolées. » L’oiseau dit alors : « Jamais plus ! »
    ...."

    Voila un oiseau qui ne laisse pas indiferent.

    Retourner en arriere sur le chemin de son enfance, pourquoi pas, pas desagreable, vu que je viens du Perigord Noir et j'aime bien y retourner (Confit, vieille prune, cahors, gateau aux noix, etc... et voila 10 kilos de plus)

    Allez, passe un bon weekend miss cergie, moi je reste encore dans mon concert d'Higelin ;o)

    RépondreSupprimer
  9. Superbe composition. Avez-vous remarqué comment, dans la diagonale, le noir de l'oiseau répond bien aux ombres de l'avant-toit et de la fenêtre ?
    Plutôt qu'une corneille, j'y vois un pan d'ombre qui s'envole, libérant la lumière des tuiles, un souci qui s'éloigne...
    Belle économie de moyens et un peu de chance d'avoir saisi l'oiseau bien détaché de la toiture, mais pas trop.

    RépondreSupprimer
  10. Superbe
    Cet instant insaisissable, tu l'as capturé !
    J'aime les chats noirs et les oiseaux noirs me sont de bonne augure.
    Ce toît qui ploie sous les ans et cet envol à gauche dans ce ciel si bleu,c'est intemporel et éternel ,ça parle à mon cœur....
    J'aime aussi les paroles d'Eric,je les comprends et le poême de San Nakji est si bien tourné,tu vois ta photo fait mouche sur nos imaginaires :)

    RépondreSupprimer
  11. Ah le Gewurztraminer!!!!
    ça me fait tourner la tête....

    RépondreSupprimer
  12. Hi Cergie!

    Cool image of "the Bird".

    RépondreSupprimer
  13. horticolo17/3/07 09:00

    coucou chez toi et bon we

    RépondreSupprimer
  14. Perfect timing. le moment juste, pas si facile que ça. J'aime bien cet instant. Et quoi qu'on dise, moi j'aime bien retourner dans les lieux du passé, ce n'est pas un tabou. Il y a tellement de belles choses... aussi des plus tristes, on essaie de faire le tri, d'en apprendre sur elles. Certaines autres, vaut mieux oublier, laisser macerer, jusqu'à ce qu'elles soient digérables.

    Anyway, superbe photo! :)

    RépondreSupprimer
  15. Pour moi l'oiseau va se poser ;) (trop peu d'espace pour un décollage ) :)

    RépondreSupprimer
  16. Très réussie la photo juste au moment de l'aterrissage!

    RépondreSupprimer
  17. hpy, nous avons vécu deux ans à Lille. Il y a là bas de fortes traditions et notamment culinaires : les tartes au sucres, les moules ou le coq à la bière le waterzooï, la flamiche aux poireaux et j’en passe.

    imparfait, ou bien quoi ? Tu vois, ça n’a pas duré. Ce sont les hasards du calendrier éditorial ! Quand on ne vit pas toute l’année en Alsace on ne prend pas dix kilos en un week end. Le dimanche on n’a rien mangé on a vécu sur nos réserves de la veille en plus. Tiens, si tu commençais une série de notes sur le chemin de la cantine Et dans la première tu parlerais des spécialités alsaciennes et des odeurs d’oignon ?

    delphinium, j’ai bien aimé votre résumé de mon message. Je vois que vous en avez notée en connaisseuse les points fort. La lune qui faisait ce qu’elle avait à faire, ça m’a plu. Beaucoup

    nathalie, tu as raison la corneille est plus belle en mouvement. Elle le savait. Je pense qu’elle a attendu que je fasse le point sur elle avant de tourner les talons

    patrick, moi non plus je n’aime pas revenir en arrière, que ce soit pour des vacances dans un endroit qui m’a enchantée ou sur mes pas d’enfants. Je suis toujours déçue quand je confronte mes rêves à la réalité.

    olivier, ça se confirme que tu aimes de bons auteurs. Le goéland aussi inspire, le cormoran… Tout ce qui vole a toujours fait rêver les poètes. Et dans les noirs il y a le merle moqueur de la chanson

    maxime, intéressante ton interprétation je n’y avais pas pensé. Et maintenant je pense aux noiraudes qui vivent dans l’ombre des maisons dans mon voisin Totoro de qui tu sais. A la différence de la corneille, elles fuient la lumière.

    chamamy, ben oui j’ai toujours dit que tu es une petite sorcière et les sorcières aiment les chats noirs. Mais tu es une gentille petite sorcière qui avoue ses trucs et ses secrets. Je suis contente que tu aies relevé les paroles d’Eric et de San Nakji. Elles parlent de nostalgie pour Eric et de liberté pour San Nakji. J’aurais pensé qu’ils offriraient tout autre chose. Quelque chose de décalé. De l’ordre de la phrase d’Eric avec les zombies.

    chablis, est ce que tu connais ce fameux bourgogne, le Chamamay ?

    Coucou, chad, thank you

    Coucou, horticolo, et bonne semaine

    reflex, dans le cœur du colibri, il y a toujours un poète qui sommeille. La nostalgie a du bon car c’est le passé qui nous a construit et il ne faut pas le renier. Mais il ne faut pas qu’elle empêche d’avancer et de s’ouvrir à d’autres expériences. Si la corneille atterrissait, j’aurais eu plus de mérite à la saisir. Non, elle décollait. La preuve : elle avait les pieds en arrière puisqu’on voit ses plantes de pied En atterrissant, elle aurait mis les pieds en avant.

    fabrizio, tu as vu ? Je lui ai tiré le portrait à la corneille ? Même explication qu’à reflex pour justifier qu’elle décollait

    RépondreSupprimer
  18. I feel I have disappointed you Cergie! :(

    Here is another poem,

    How does one fly?
    The feathers are the answer
    Bird eat worms
    Birds have feathers
    I must eat worms
    Yummy yummy worms
    All in the name of flight

    Je me sens que je vous ai déçu Cergie ! :(

    Voici une autre poésie,

    Comment on vole-t-il ?
    Les plumes sont la réponse
    L'oiseau mangent des vers
    Les oiseaux ont des plumes
    Je dois manger des vers
    Vers délicieux délicieux
    Tous au nom du vol

    RépondreSupprimer
  19. San Nakji, thank you so much. I love both of tem. I'll keep this one and plublish it when I'll get another bird photograph

    RépondreSupprimer
  20. Comme d'un coup d'aile
    Balayer les souvenirs
    Maison de l'enfance

    RépondreSupprimer
  21. "L'aigle noir" : surement ma chanson préférée de Barbara que je me permets de chanter, seule, assez souvent j'y accrocherai dorénavant cette photo.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives