samedi 28 octobre 2006

Conflans Ste Honorine: le marché *** the market

Mardi, vendredi et dimanche matin, c'est marché du bord de l'eau à Conflans Ste Honorine (78). L'eau, c'est la Seine.
Vendredi, les moules de bouchot étaient parfaites: petites, bien remplies. Il faut compter un litre par personne. Ne pas cuire trop longtemps sinon elles sont élastiques. Le plus long en fait c'est de les nettoyer.
Les chrysanthèmes aussi sont de sortie, c'est d'époque.
Last Friday, I went to the market in Conflans Ste Honorine a town near the river Seine.
What is good to buy, to cook in the moment is specie of mussels called “de bouchot”, bouchot means a kind of posts in the sea water, on which the mussels are growing. Theses small and good tasting mussels are particularly good in that moment.
We can find everywhere these beautiful autumn flowers, chrysanthemum, they are sold for cemetery because in France it’s a custom to flower the graves and honour the dead each 1rst of November. These flowers are freezing when the temperature is falling under ice point so in the east part of France which is colder we prefer heather.

22 commentaires:

  1. J'adore les marchés, et on dirait que celui-ci a un ban de poissons bien garni. Puisqu'on est en bord de rivière, j'achèterais bien un cendre.
    Pour les pompiers, j'ai passé l'âge, mais j'aime toujours la couleur rouge !

    RépondreSupprimer
  2. Si tu me le permets chère Cergie, j'aimerai rendre un petit hommage à Michel ROCARD, via ton post sur Conflans Ste Honorine, en saluant cet homme politique d'exception qui a tant fait pour son 78 que pôur Conflans, sans oublier sa réponse à l'appel de Coluche, en créant, il y a 19 ans déjà, le R.M.I.

    Tu es la Reine des clichés Cergie et ces cucurbitacées que tu viens de ''croquer'' avec ton numérique sont l'expression on ne peut plus réelle d'une nature que j'adore.

    Merci à toi petite fée venue peut-être de la splendide place Stanislas de Nancy ou encore du sable chaud de cette place de Rabat Salé qui a aussi envouté mes yeux comme mon coeur

    RépondreSupprimer
  3. Un litre de moules...ça fait combien en grammes?
    Et le vin blanc t'en mets combien de kilo?
    Et pour les nettoyer il te faut combien de minutes?
    Pour les cuire t'en fais pas je sais ;)
    Et après,les coquilles vides ....il te faut un sac poubelle de combien de litres?
    J'ai pas beaucoup de temps à te consacrer en ce moment,dommage....
    Bizzzes

    RépondreSupprimer
  4. Je rejoins le monsieur Fabrice qui écrivait que vous étiez la reine des clichés. Cette photo du marché avec les citrouilles est pleine de couleurs automnales. C'est un plaisir pour les yeux. Aujourd'hui, en allant faire les courses, j'ai croisé sur une place un atelier pour enfants. Ils étaient tous appliqués à faire leur citrouille d'Halloween. J'ai presque eu mal au coeur en voyant ces pauvres citrouilles un peu saccagées. Mais finalement le sourire des enfants valaient bien toutes les citrouilles du monde. Merci également de me qualifier de poétesse dans un autre de vos commentaires. J'en suis très flattée. Profitez encore bien de ces belles couleurs d'automne. Hier je suis allée ramasser des feuilles mortes, c'était un plaisir pour les yeux. Maintenant elles ornent mon chez-moi. A bientôt Cergie!

    RépondreSupprimer
  5. Ah! pour une fois c'est pas moi qui en parle de Michel...
    Tu as fait des frites avec tes moules?
    Oui, c'est la saison. Elles arrivent même jusqu'en Suisse en ce moment.

    RépondreSupprimer
  6. très belles images, une pièce de vie!

    RépondreSupprimer
  7. Chartier, Chatelet, le Grand Rex et surtout les marchés, les plus beaux souvenirs inoubliables pour moi. Merci encore.

    RépondreSupprimer
  8. max, le problème est que la rivière en question est la seine, et le maire de paris d’avant ne s’y est jamais baigné quelque promesse il ait pu faire.
    Il n’y a qu’en français qu’on ait la nuance entre fleuve et rivière.
    Quoiqu’un fleuve puisse être tout petit, il suffit qu’il se jette dans la mer.
    Le sandre au beurre blanc, est un plat de fête que je sers au printemps.
    Le beurre rose, c’est joli mais j’aime moins personnellement.
    Le sandre ne se trouve qu’aux environs de pâques, sauf maintenant ds les restaurants : élevage, congélation ? La daurade par ex, il y a une variété (la royale, je crois) qui est élevée et qu’on trouve toute l’année. Bientôt la foire st martin de Pontoise et le hareng (poisson saisonnier aussi et délicieux).
    Et quand tu étais petit garçon, tu aimais les pompiers, CQFD.
    PS : t’as remarqué la dame au chapeau et au chariot ? Elle est représentative des clients du marché. D’ordinaire, je commence par le maraîcher, mais il y avait avant moi un aveugle qui achète toujours des légumes pour son chien. Le maraîcher lui fait tâter les carottes et autres pour qu’il puisse voir la taille de ce qu’il achète ! Alors cette fois ci j’ai pas eu la patience, j’y suis allée après être passée chez le poissonnier. Tu me rappelleras : je dois 10 centimes au maraîcher.
    fabrice, à te lire, toujours je bois du petit lait, ce qui est la moindre des joies pour une fille issue d’une région d’élevage laitier. En ce qui concerne michel, je te ferai la réponse que je fais toujours quand on me parle de lui : c’est un honnête homme, comme l’était mon père. Michel a une vie d’homme : une figure paternelle imposante (le professeur Rocard), une vie sentimentale qu’il a assumée, et un job, la politique qu’il a tenté en son âme et conscience de réussir au mieux, confronté à un autre grand arbre qui lui a fait tant d’ombre qu’il a fini par l’étouffer.
    Tu me parles de deux de mes amours, Rabat et Nancy. Ma fille est née au bord du Bou Regreg, à Salé où il y a d’ailleurs un très beau marché couvert. J’ai vécu tout près d’un autre marché, le marché aux fleurs de la place Piétri, je pense que tu connais. (Mon plus jeune fils est né au bord de la seine… à Conflans ste honorine.)
    La place stanislas : la statue au bout du doigt de laquelle mon père qd il était chef gorille de sa promo a pendu un pot de chambre. Les cafés, le Foy et le Commerce. Au Foy, nous avions nos habitudes d’étudiants et c’est là que j’ai entraîné mon futur mari pour mieux faire connaissance le soir même où nous nous sommes rencontrés. Alors oui, la place stanislas a aussi une place particulière dans mon cœur.
    v2c, il n’y a qu’en pâtisserie que la balance et la montre sont indispensables, car il s’agit de chimie.
    Autrement en cuisine, je suis comme ds la vie, j’avance au pif ; alors pour répondre à tes questions : litre de moule en grammes ? Ca dépend (vides ou bien pleines comme l’autre jour). Vin blanc, une lichette. Nettoyer, ça dépend (propres ou sales). Les coquilles vides : si t’as des poules, c’est très bon pour les coquilles des oeufs. Sinon éviter de les mettre au composteur, parce qu’après qud tu fais une photo du jardin, tu as toujours un truc oblong noir que t’as pas vu en faisant la photo et qui apparaît sur l’ordi.
    Merci d’avoir réussi à échapper à Maël et d’être passée.
    delphinium, certaines citrouilles (les "jack o’ lantern") comme les sapins ne sont élevées que pour un usage ludique. Je vais aller bientôt m’en choisir une normale, (plate, bien côtelée et de préférence un peu cérusée) que je mettrai sur ma crédence. C’est elle en guise de bouquet qui me rappellera les couleurs de l’automne.
    Je ne suis pas poétesse car je ne suis qu’observatrice des événements et non créatrice d’événement. La pluie s’est imposée, j’ai du composer. Il est rare que je sache à l’avance ce qui va arriver, les pompiers par ex, j’ai eu l’impression qu’on avait ouvert une boîte de playmobile : il y avait toute la panoplie. Quand je vais chercher qchose que je sais devoir trouver, il y a toujours autre chose qui s’impose à moi. Un poète a une autre dimension, il trouve toujours ce qu’il cherche.
    imparfait, c’est la saison des frites en suisse ?
    Sans rire, des frites je suis la queen, reconnue même par des chtimis. J’ai vécu 2 ans à lille juste après le maroc. Alors… Mais je préfère la végétaline à la graisse de bœuf qui fige très vite. C’est malgré tout un peu lourd le soir. Et c’est comme la choucroute ; le chou ça va, les saucisses bonjour les dégâts, donc pas de frites, une salade basta. Et les moules ? Il y a belle lurette que je ne les fais plus à la bière (jeanlain ou rorbach) mais au gros plant.
    fabrizio, merci de ta visite, c’est toujours un plaisir. Ne crois pas pourtant que j’aie tout à fait fini ma série sur paris, j’ai encore qchose à montrer. (De plus, j’y retournerai, c’est moins loin que Madagascar !)
    all seeing eye, je suis contente si mes messages éveillent en toi d’agréables souvenirs. Tu as l’air d’avoir très bien connu paris.

    RépondreSupprimer
  9. Le marché de Rabat Salé que tu évoques, oui bien sur je le connais, mais en touriste seulement.

    Quand à la place Stanislas, c'est aussi beaucoup de souvenirs. Ma tante tenait ( je pense que tu as connu) le grand magasin de bonnet de coton, culottes, dentelles et autres frou frou ... pour nos grands mères. Il y avait deux entrées, une côté, rue Saint-Dizier et la seconde tout prêt de l'actuel Centre Saint-Sébastien.

    Je constate et je le comprends ton admiration et affection pour Michel ROCARD. Cet autre homme que tu évoques, qui lui aurait fait de l'ombre, je pense qu'il s'agit de mon adulé Artiste François MITTERRAND. Je te raconterais( si tu le souhaites bien sur) combien j'ai admiré ce personnage, ce Seigneur unique et non égalé à ce jour.

    Mais aujourd'hui, nous allons employer chère Cergie ta formule, enfin celle que je connais, en gardant le sourire chaleureux pour dire que ce n'est pas grave si ces deux éléphants ne se sont jamais supportés. Les français non ingrats savent combien l'un et l'autre ont apporté à notre France et aux français.

    Excellente soirée à toi inspiratrice quelque part d'Obispo...

    RépondreSupprimer
  10. j'aime beaucoup la photo du haut avec cet homme pressé sur le côté

    RépondreSupprimer
  11. C'est chouette les marchés en France, on y trouve de tout. Dis, c'est la Seine qui déborde? :O

    RépondreSupprimer
  12. My head is full of just one image, et ma bouche can taste it:
    Les moules marinières d'antan,cuites par Nelly! I want-I want-I want-I WANT!!!!

    RépondreSupprimer
  13. fabrice, François M. est à mes yeux l'image même de la personne qui a pris part à des événements historiques (la 2ème guerre mondiale, et je suis en train de lire le dernier marguerite duras sorti, ses cahiers de la guerre, où est narré comment F. Mitterrand a oeuvré pour ramener son mari Robert Anthelme alors très malade de camp de concentration), il a également énrmément lu et aimé la lecture: une vie entière ne suffit pas à apporter la sagesse si on ne s'abreuve à l'expérience des autres.
    Le magasin de ta tante, je le vois très bien, j'y ai acheté pour mon père une liquette en pilou blanc gansée de passepoil bordeaux.
    Je me demande si elle ne faisait pas d'ailleurs angle, je crois me souvenir d'une vitrine en pignon.
    Je passais à mes débuts d'étudiante travaillant pour subvenir à ses besoins devant tous les jours pour me rendre à la rue des soeurs macarons où se trouvait un entrepôt sordide où je dessinais des plans de voirie pour un bureau d'étude.
    Obispo, certes mais aussi balavoine, antoine (lucie a un petit chat) et surtout les beatles (lucy in the sky with diamonts) et Y. Coppens et notre ancêtre à tous, lucy.
    Bonne journée à toi, fabrice.
    eric, tu as remarqué cet homme, il est venu se mettre dans ce point de fuite vers l'infini et j'ai reçu ce cadeau alors que je ne demandais que la petite dame au chapeau.
    reflex, qu'est ce qui te fait penser au débordements de la seine ?
    On les mesure au pont de l'alma et à son zouave, mais depuis qu'il y a les étangs du der près de troyes, les crues sont mieux contrôlées, par contre l'oise qui est son affluent souvent déborde et le spectacle est assez affligeant alors.
    mile, dis moi tout: c'est nelly ou ses moules marinières que tu regrettes avec tant de fougue ?

    RépondreSupprimer
  14. Oh, te smots et le sol mouillé, mais bon c'est pas ça :P

    Et c'est vrai que l'ancien maire avait promis de s'y baigner...ahlala, la politique parfois...

    RépondreSupprimer
  15. Mais dis moi adorable Cergie pourquoi ne m'as-tu jamais dit que tu connaissais ma tante?

    Trève de plaisenterie, tu as raison la seconde ouverture de ce magasin était presque au coin de la rue Saint-Dizier. Un immense couloir en parquet chêne assurait la liaison des deux magasins où, quand j'étais enfant, je courais comme un fou avec x allées et venues.

    Ce François que tu évoques ma chère Cergie, je n'avais pas 16 ans que j'ai eu l'immense plaisir de recevoir un courrier de sa part en réponse à une lettre de félicitations pour un de ses actes de noblesse en Argentine, une prise de position qui m'avait touché, contre une dictature locale. Cet homme n'était à l'époque que simple député de la nièvre, mais avec une carrière politique des plus impressionnante.
    C'est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître...
    Et puis, et puis j'ai suivi tout son parcours, toute ses campagnes vers le pouvoir... J'ai eu la chance de le rencontrer plusieurs fois avant qu'il ne soit président et après. Aucun autre homme politique ne m'a autant impressionné. J'ai réellement adulé cet Artiste.
    Pardonne moi, je te prie ma Chère Cergie. Je m'évade de ton sublime marché d'automne, je deviens hors sujet. Quoique, dans La paille et le grain regardée par l'Abeille et l'Architecte, Ici et maintenant est plus d'actualité que jamais.

    Excellente soirée Lalla
    Avec ma cordiale sympathie

    RépondreSupprimer
  16. I bet I would enjoy wandering through that market. Looks fun!

    RépondreSupprimer
  17. im a lazy cook..for mussels..i just clean them thoroughly...stir fry with butter...dashes of white wind....chopped parsley and black pepper..voila! and a glass of cheap white wine is good enuff..

    RépondreSupprimer
  18. reflex, ah ! tu avais compris que l'EAU avait débordé alors que je voulais dire marhé au bord de l'eau qui est la seine !!!
    LOL !
    fabrice, "lalla" me transporte des années lumière en arrière, mais le souvenir de ta tante lui me transporte dans une autre galaxie: les plus insouciantes années de ma vie !
    Oui, alors était le temps de tous les possibles.
    L'affection que tu portes à F Mitterand est compréhensible, nul ayant l'occasion de l'approcher de près ne pouvait échapper à son irrésistible charme.
    Et bravo pour ta longue fidélité au delà de la mort.
    tim, this market is really the one I prefer near my home, because it's a true Parisian one.
    black feline, you're right, when mussels are good they need nothing to do them better.
    It was the case with the mussels I bought last day.
    To cooke tehm, you may try a good dry beer too.

    RépondreSupprimer
  19. the market .. they are so much funnn .. fresh food .. so many people .. many times bargaining too :)

    RépondreSupprimer
  20. Yes, sure, market are more pleasant than supermarket !
    And younhave the impression to have really a contact with a human person.
    ;)

    RépondreSupprimer
  21. Lovely market photos, love the flowers! Mary :-D

    Thanks for the nice and interesting comments!

    Mary (Imagik)

    RépondreSupprimer
  22. Je suis arrivée sur votre blog en cherchant des infos sur Conflans. Ayant grandi à Eragny, je connais tous les endroits que vous montrez mais ça fait tout drôle de les voir à travers l'oeil de quelqu'un d'autre !
    Merci pour ces beaux clichés.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel