vendredi 23 novembre 2007

Cergy-le-Haut (95) : le bois Lapelotte

Le 10.11.07 à 10H50

Certains P’tits Faons de la Région Parisienne ont bien de la chance de pouvoir s’enfoncer dans certains petits bois, sans risquer de se perdre ni de rencontrer de meute. Ce sentier du Bois Lapelotte est, montre en main, à 3mn à pied de la porte de notre domicile. Il suffit de sortir, de longer deux maisons avant d’arriver à la coulée verte dite "Promenade des Deux Bois" que nous appelons aussi "la plaine". La plaine traversée, l’on arrive au Bois Lapelotte qui la borde sur toute sa longueur.
Les souvenirs se gardent précieusement. Cependant, lorsqu’on les partage, ils se ravivent. L’un de mes plus beaux souvenirs est lié au Bois Lapelotte.
J’ai cherché et retrouvé dans ma boîte à trésors en carton, ce message griffonné sur post-it. Il a été dicté par Pierre, notre plus jeune fils, à Annabelle, la grande sœur, après que nous ayons emménagé à Cergy et avant qu'il ne sache écrire.

"Chère Maman
Je pars à jamais dans la forêt
Pourquoi n’as-tu pas planté de petits pois dans mon jardin ?
Adieu"


Nous avions attribué un carré de jardin à chacun des enfants. Oh pas bien grand, à peine 1m2. Suffisant pour que Pierre y sème des salades et des betteraves rouges, qui ont bien donné. Son frère aîné était beaucoup moins assidu au jardinage et j’avais fait quelques semis dans son carré. Telle était l'origine du mécontentement du bon petit ouvrier bafoué.
Pierre a donc rassemblé quelques affaires dans un sac, son doudou, de quoi se changer plusieurs jours, avait dicté son mot et était parti dans le bois Lapelotte. Patrick et moi avons chargé les deux grands de jeter un œil de temps en temps. Pierre est resté dans le bois tout l’après midi. Le soir tombant, il s’est glissé subrepticement dans la maison, puis à table, comme si de rien n’était...



Some Little Fawns in Paris Area are much lucky being able to sink in some little woods, without risking likely to get lost nor to meet pack. This path in Lapelotte Wood is located 3mn on foot from our home door.
One of my most beautiful memories is linked to Lapelotte Wood. I looked for and found in my treasure carton box, a message written on a post-it. It was dictated by Pierre, our younger son, to his big sister Annabelle. It was after we moved in Cergy and before he can write.

"Dear Maman
I’m leaving in the forest for ever.
Why didn't you plant peas in my garden?
Goodbye"

We had allotted a little patch of garden to each kid. It was sufficient so that Pierre sowed there some salads and beets with success. His elder brother was a less assiduous gardener and I had made some sowings in his garden. Such was the origin of the dissatisfaction of the tiny ridiculed good worker.
Pierre thus gathered in a bag his security blanket, enough things for several days, dictated these words and left in Lapelotte wood. Patrick and I asked the two elder ones having a glimpse from time to time at him. Pierre remained in the wood during the all afternoon. When evening came, he slipped surreptitiously into our house, then at table, as if nothing had happened...

18 commentaires:

  1. je suis d'accord avec ton fils et je trouve honteux qu'une bonne mère comme toi de n'ais pas planter de petit pois dans son jardin. Ah moi je vous le dis, il n'y a plus de mère ;o)).

    Je pense, comme le petit poucet, il voulait marquer son chemin avec ces petits pois pour pourvoir retrouver la maison, au cas d'une grosse peur dans les bois.

    Voila un de mes rêves perdus a jamais, avoir le sens de l'orientation, quand je me ballade dans la foret de senart (ou n'importe où) je me perds, je ne retrouve plus mes repères.

    RépondreSupprimer
  2. Cette photo m'en rappelle une autre que tu as prises pas loin de là (je crois) de ton mari et de tes enfants (pas tous) en train de marcher sur un sentier forestier. Avez-vous un grand stock de petit spois?

    RépondreSupprimer
  3. Quelle belle histoire ! Quel joli bois, J'espère que le loup ni l'ogre n'y sont pas. Il faudrait mieux faire la rencontre d'un Bamby.Tu ne dis pas si ton petit avanturier d'un après-midi vous a raconter ce qu'il a vu ?

    RépondreSupprimer
  4. Apres la promenade urbaine, une promenade bucolique.
    J’ai cru un instant que le souvenir était lié nom du bois, c’est plus charmant il est lié a un bout de choux.

    RépondreSupprimer
  5. Oh c'est une très jolie histoire, comme quoi les enfants ont des choses bien étranges qui leur passent dans la tête. Tiens moi aussi, j'aimerais bien me perdre un peu dans les bois pour ne pas avoir à affronter les tracas quotidien. Je pourrais y rencontrer les animaux de la forêt, échanger quelques petites histoires sur les humains et repartir d'un bon pas pour aller parler aux arbres.

    Bon et j'ai toujours été nulle au tricot, je n'aime pas trop les trucs qu'on doit faire avec des aiguilles et tout le tintouin. Ma Maman me tricotait des pulls quand j'étais petite, j'en ai gardé certains. Je crois que sa plus belle oeuvre, c'était un poncho, et cela va faire rire peter et hpy, mais il y avait des petits lamas dessus. Bon, bon je dis tout cela parce que le bois s'appelle Lapelotte. Voilà, voilà. Les souvenirs m'assaillent, je vais frotter ma baignoire. Je vous embrasse toutes et tous et vous souhaite un bon WE.

    RépondreSupprimer
  6. il est beau de lire tes notes et pouvoir regarder ces endroits de ta mémoire. Le message dans la lettre est délicieux. Nous passons la première partie de notre vie pour apprendre à devenir adultes et la seconde à faire le contraire. mais il est plus difficile.

    RépondreSupprimer
  7. Olivier, y avait plus de place entre les salades et les betteraves ! Ds la forêt c'est fastoche, tu regardes la mousse ! Menfin, même et surtout en ville je me perds, alors...

    Hpy, c'était au bois du Hazay, c'est pas loin mais de l'autre coté de notre avenue de desserte. A dix minutes de ce sentier. Ben, les petits pois ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable et même sous forme de pois cassés je ne les ai pas gardés

    Claude, y a plein de p'tits lapins de garenne. Mon aventurier devait pas pouvoir parler la bouche pleine car je ne me souviens pas qu'il en ait dit qchose.

    Daniel, le "bout de chou" mesure 1m83 et chausse du 44. Il vit l'aventure actuellement en Australie dont il ne peut rentrer tous les soirs chez Maman !

    Delphinium, les montagnes, c'est bien aussi pour vider la tête des tracas. Viens passer 15 jours à la maison, je t'apprendrai à tricoter. Tu auras tes propres (?) SdB et baignoire. Pour te payer le voyage, faudra d'abord faire ta pelotte

    Nazzareno, il est dur de garder l'esprit d'enfance. Je pense qu'il est possible de changer et de s'améliorer à tout âge. Car il ne faut jamais dire, "trop tard"...

    RépondreSupprimer
  8. Ta photo tellement chouette m'a donné aussi une idée. Moi aussi, 3 mins de mon chez moi et puis une photo.
    D'ailleurs, pourrait facilement constituer un thème pour tous nos blog-friends, non?

    Je suis en deuil aujourd'hui. Mon choreographe préféré a cassé son pipe hier. Bye-bye, Béjart!
    Sxxx

    RépondreSupprimer
  9. Que de sous bois et autres en ce moment, la nostalgie de cette saison qui s'nefuit est presente chez nous tous, j'ai une photo de ce type aussi, que je n'ai toujours pas posté, peut etre restera t elle cachée dans mes dossiers ,o)))
    C'est toujours un bonheur de venir chez toi, j'apprend des choses, je savoure tes recits et admire tes photos .... merci de venir me conter d'autres histoires chez moi, j'adore :o)))
    Bises et bonne journée
    Adré

    RépondreSupprimer
  10. Les enfants ont un sens aigu de l'injustice, ou plutôt de l'inéquité.
    J'adore ton histoire, qui me renvoie à ma propre enfance lorsque je partais en expédition explorer les forets sauvages du pays (en réalité un petit bois derrière la maison). Celles ci ont bien retréci, mais je crois que je m'en trouve d'autres, guère plus grandes finalement, pour renouveler mon plaisir - et celui de rentrer à la maison pour avaler un bon repas, comme si de rien n'était.

    RépondreSupprimer
  11. tu n'avais pas un ogre ou un méchant loup pour pimenter cette ballade?

    RépondreSupprimer
  12. So sweet. There is more in it than words can say. Children are so rich in their thoughts. I have kept all their letters and drawings and writings and it is a source of pleasure to look at them from time to time.

    RépondreSupprimer
  13. Tu es vraiment à la campagne! Quand on parle de Cergy Pontoise ont voit une ville de béton.Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  14. Icarus, ce serait une bonne idée. Tu la lances ? Cependant. Que sont nos blog-friends communs devenus ?

    Adré, merci pour ta gentillesse. Cela me ferait plaisir que tu publies ta photo. L’automne flamboyant a été emporté par le gel, le vent et la pluie. Bientôt nous aurons heureusement les lumières de l’avent.

    Maxime, ce sont pour moi les œufs de pâques qui rétrécissaient d’année en année. Seulement, rien ne peut m’enlever cette idée de la tête : il ne me reste pas d’œuf étalon. Ce que tu dis me conforte dans l’idée qu’il faut considérer les enfants comme des adultes capables de prendre et assumer leurs décisions et les adultes comme des enfants... euh... (in)capables de tout !

    Lasiate, j’avais la meute des chasseurs. Il y a des forêts pas bien loin où je ne mets plus les pieds à cause d’eux. Il y en a même dans les environs dans la campagne très près des maisons.

    April, même les pires moments peuvent laisser de tendres souvenirs. La mémoire doit être entretenue pour être vaste et fidèle.

    Lyliane, la campagne nous cerne à Cergy. La nature y est partout présente. Bonne semaine à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  15. Quel joli souvenir....
    mais peux tu l'évoquer en présence de ton fils sans qu'il en prenne ombrage?
    Quand ils grandissent c'est parfois difficile de rappeler des souvenirs tendres que l'on trouve amusants et qu'eux....pas du tout!

    RépondreSupprimer
  16. Je lui ai demandé tu penses bien. Je trouve qu'il a fait preuve d'intelligence. Il ne s'est pas obstiné ni rendu malheureux tout seul.

    RépondreSupprimer
  17. I wish I could step into this photo and cruch through all those fallen leaves. It looks like it was a beautiful day!

    I love the story about Pierre running away. :) What a fun memory.

    RépondreSupprimer
  18. Très beau ! J'aimerais avoir une forêt comme ceci aussi, près de ma maison.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel