mercredi 16 avril 2008

Cergy-le-Haut (95) : venir et devenir *** to come and to become

Le 18.07.07 à 18H50, Canon PowerShot S3IS

Si vous veniez me voir par le RER, je vous donnerais rendez vous sous l’horloge, là où se tient le jeune homme en bleu.
Seulement, je voudrais sans doute vous voir arriver. Je vous attendrais à l’extérieur de la gare, là où je me tenais pour prendre cette photo. (Pour pénétrer à l'intérieur à présent, il faut avoir poinçonné un billet). Je vous verrais monter par l’escalier roulant, puis vous diriger vers la sortie, comme les deux jeunes femmes.



Supposing you come and visit me in Cergy by the RER. I would give you a rendez-vous under the clock, just where the young man in blue is standing.
Of course, I would like to see you arriving. I would await you outside the station, at the place from where I took this photograph. I would see you using the escalator, then going towards the exit, like the two young ladies.


Le 18.07.07 à 18H35, Canon PowerShot S3IS

Depuis que nous sommes arrivés il y a 20 ans à Cergy-le-Haut, les enfants ont grandi. Ils sont devenus adultes. Cergy-le-Haut et le quartier des trois gares, où se trouvent la gare ferroviaire RER-SNCF et celle des bus, ont grandi également.
Sur la photo d’ensemble de mon précédent message, l’on peut voir le toit de la gare, le pignon de cet immeuble et celui du cinéma multiplexe.
Je ne pourrais plus aujourd’hui m’aventurer sur le terrain vague qui est au niveau d'origine. Il a été ceint de barrières. Le chantier d’extension du cinéma est en cours.
Nous changeons. La ville change. C'est ainsi...

Vous aurez noté la douceur de la lumière d'hiver / celle d'été.
Et que cette façade ne pourra plus être photographiée avec ce dégagement, une fois le chantier terminé.


Le 21.12.07 à 11H35, Canon EOS 400D

Since we arrived in Cergy-le-Haut, 20 years ago, our children have grown. They are adult now. Cergy-le-Haut has grown as well.
We change. The town changes. It’s life

26 commentaires:

  1. Bonjour Lucie,
    Très joli jeu de mot pour ton titre qui rime avec leur frère "Avenir". La gare du RER semble plutôt spacieuse ! Je découvre aussi avec plaisir que les architectes ont banni les tours pour construire des immeubles de taille plus humaine ! Dis-moi les nouveaux tracteurs français ont un look sympa! Il serait temps que je vienne faire un petit tour en France et peut-etre bien à Cergy pour faire ta connaissance Miss Lucie :-)

    RépondreSupprimer
  2. "venir et devenir" l'homme bleu sous l'horloge attend avec impatience la damoiselle à la robe rouge venir a sa rencontre pour un devenir ensemble.
    peut être une belle déclaration, peut être un oui, et ton APN comme seul témoin.
    C'est vrai, quand il ne pleut pas, les lumières sont belles en ce moment, pas toujours facile a rendre, mais tu as bien réussi.

    Un terrain vague qui devient un cinéma (sûrement encore un de ces mega 10 salles que je déteste) alors qu'ils auraient peut être pu faire un parc avec des jeux, des bancs et des statues.........

    RépondreSupprimer
  3. Nous changeons … eh oui ! Dommage, si nous étions parfaits, mais c’est rarement le cas ! Le principal est d’aimer ce qui nous entours, la famille, les amis… et aussi si possible sa maison et son environnement. Ca semble être ton cas !
    Ta photo de la gare RER est magnifique avec les lumières, les ombres… une belle ambiance ! En plus, c’est tu es la pour accueillir…. !!

    RépondreSupprimer
  4. Architecture, urbanisme, circulation des hommes et de leurs engins motorisés. Nous prenons de plus en plus de place partout. Ombre et lumière de la vie.

    RépondreSupprimer
  5. delphinium16/4/08 10:41

    Olivier est très poétique ce matin. Les villes changent... heureusement. Certains projets des années 60 sont reconfigurés pour donner plus d'espace à la verdure, ce qui n'est pas un mal. Maintenant avec les nouvelles contraintes liées à l'écologie, on construit différemment, en faisant attention au bien-être de l'homme mais également à celui de la nature.
    Je suis comme Olivier, je n'aime pas les grands complexes de cinéma et pourtant il n'y a bientôt plus que ça. Et les films qu'on y passe sont presque tous des entreprises de formatage de l'être humain. On nous bassine les oreilles avec des grandes productions, les gens y courent. J'en veux pour preuve quand même le dernier Astérix, que je ne suis pas allée voir, par esprit de contradiction. J'aime bien avoir un esprit de contradiction et ne pas faire comme tout le monde. J'aime bien ne pas avoir à supporter des gamins débiles qui bouffent leur pop-corn à côté de moi en faisant un bruit pas possible. Bref, je suis une sauvage mais ça, tout le monde le savait.
    Le petit trax sur la dernière photo me fait envie. Si je pouvais venir travailler avec un jour sur deux, pour faire un peu de ménage parmi les affaires détestables du lieu dans lequel j'évolue, je me porterai volontaire pour la déconstruction des choses.
    Bien, ce n'est pas tout mais le devoir m'appelle et quand il se met à appeler, on ne peut plus le tenir, il est très mal élevé. Bises à toutes et tous

    RépondreSupprimer
  6. "...
    A la gare St Lazare
    A l'horloge pendue
    Il est beaucoup trop tard
    Et tu ne viendras plus
    Tout le monde est parti
    Il n'y a plus que moi
    Je m'en fous car je suis
    Ronde comme un p'tit pois

    Je me donne un grand bal
    Salle des Pas Perdus
    Sous l'horloge infernale
    Et je ne t'en veux plus
    A travers le brouillard
    Qui tourne autour de moi
    A la gare St Lazare
    Moi je danse avec toi"
    Colette Deréal, d'après des paroles de Pierre Delanoë, et là je vais me la faire frime car le regret mister Pierre Delanoë était le cousin de ma mère

    RépondreSupprimer
  7. ces derniers temps je me suis rendue à la Gare, pour moi c'est celle de nancy, tu connais :) et j'ai été là debout ou assise dans un coin et je regardais le monde bouger autour de moi comme si j'étais son centre. Normalement c'est juste regarder la foule bouger étant une sorte de témoin muet et lointain.
    Mais... Attendre, quand on sait que quelqu'un vient afin de nous voir, c'est le bonheur. Peu importe le temps qu'il fait, peu importe combien ça va durer.
    Quand on arrive à savoir où l'on veut venir, c'est la voie ouverte vers le devenir.
    Quand on vient enfin, ça nous montre ce qu'on est en train de devenir.
    Et c'est ainsi...


    bisous chere Cergie :)

    RépondreSupprimer
  8. Ta photo de la gare est magnifique avec ces jeux d'ombres et de lumières.

    Rien à voir mais je suis toujours étonnée de voir sur des chantiers des engins kiloutou, cela signifie que les entrepreneurs louent leur matériel, bizarre. Je sais je me pose de vraies questions...

    Delphinium, tu peux donc en louer un !!

    RépondreSupprimer
  9. There is change, and there is progress. Change is multi-directional. Progress is often thought as linear and connected with time. It was once thought by some historians that their job was to chart the continual progress of the human race as it conquered one obstacle after the other. We probably think differently today.

    As we get older we notice change in different ways. Youth wants to change and escape what it perceives as the alien world of the parents. The parents want the days of their youth. "and so it goes.." (K Vonnegut)

    I like the patterns of the first picture, and in the second one I am really amused. The little yellow one is thinking that it wants to be like the big yellow one when it grows up.....

    RépondreSupprimer
  10. Mon RER arrive a 15h08..tu viens me chercher???Ahahaha....I wish!

    C'est agreable d'arriver et d'etre attendu...j'aime les arrivées je n'aime pas les departs.. et depuis 25 ans que j'habite ici,j'en ai connu...
    Ma preferée est je crois la 2eme photo avec toutes ces formes,lignes geometriques..je me suis amusée a les compter,c'est presque sans fin..
    Quant aux engins,j'ai moi aussi beaucoup de photos de sites de construction,les couleurs vives de jaunes et d'oranges attirent toujours mon oeil.

    RépondreSupprimer
  11. La photo de la gare est superbe les lignes des ombres nous amènent du ciel bleu vers le rouge de la femme qui va vers l'homme sous l'horloge !

    bravo
    Clap Clap Clap Clap

    RépondreSupprimer
  12. J'aime énormément ta deuxième photo avec l'ombre transversale des balcons et ces lignes bien structurées. Magnifique.

    Et j'aime beaucoup aussi la première pour ses diagonales (encore), sa lumière (on en a déjà parlé) et ta réflexion sur le plaisir de l'attente, de l'arrivée. On se place au plus près de là on où verra déboucher l'être attendu, pas plus loin car il faudrait un ticket. On est dans le plaisir anticipé et en même temps dans le plaisir du moment à admirer ces lignes, ces structures traversées de lumière. C'est ça être heureux, se réjouir à la fois de ce qu'on vit et de ce qu'on va vivre...

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Lucie,

    Je vais bien sûr te dire que la gare est très réussie, j’aime arriver, j’aime partir, je n’ai pas toujours été ainsi, plutôt chat que chien errant, aujourd’hui, j’aime vagabonder… encore un peu d’angoisse qui traîne, mais je pirouette….

    Et la deuxième, j’adore carrément, j’observe tous les petits balcons bien rangés, en similitude avec les voitures, chacun sa chacune, le ciel bleu derrière, improbable qui donne tout à coup un grand luxe à cette façade somme toute sans grand mystère… nonobstant toutes les petites lucarnes donnant sur autant de vie, joie, pleurs, rires etc….., je ne suis pas une voyeuse, plutôt regardeuse, quand je rentre chez moi en train, il y a des passages de voie surélevée qui plongent littéralement dans les maisons, je regarde, j’imagine, je vois des ombres, des bouts de cuisine, de salon, de télé qui clignote dans un coin et je me demande….

    Je te souhaite une bonne soirée Lucie et plein d’autres choses aussi…

    RépondreSupprimer
  14. ah oui j'oubliais.
    BELLES PHOTOS. :-)))))

    RépondreSupprimer
  15. Oui, très belles photos, comme toujours.
    La première, ca ressemble les autres stations que je connais. (Je pense à une près de nous. L'architecture moderne se ressemble souvent.)

    RépondreSupprimer
  16. J'aime beaucoup les ombres diagonales de la photo du haut, et la tache du personnage en rouge.

    RépondreSupprimer
  17. La terre doit être bonne tout y pousse comme des champignons!

    RépondreSupprimer
  18. Tous tes amis l'ont déjà dit. J'arrive trop tard, tant pis, je fais comme si je n'avais pas vu leurs commentaires.
    Je ne dirai pas que tes photos sont très réussies, elles le sont toujours, je te dirai...qu'elles me plaisent. Les ombres diagonales, la série des balcons soulignés d'un trait d'ombre, et même la pub pour Algeco/Kiloutou. Celle-là surtout. Ca, c'est une photo bien à toi.
    Quand nous avons découvert Cergy, en 1975 ou 6, tout était en construction...je vois que cela continue.

    RépondreSupprimer
  19. I would love to take the RER to visit cergy....this station certainly looks as if it has undergone a major change! very modern.

    at times as it is said, the more things change, the more they stay the same. in terms of socio-political issues this really seems quite true here in the u.s. is this expression as true in france as it is in the u.s. these days of uber change?

    the blue in the second picture in this post is incredible!! i could get lost in that blue.

    RépondreSupprimer
  20. Cergie--enjoyed the photos and the thoughts, and Richard, thank you for bringing the Vonnegut quote.

    RépondreSupprimer
  21. il est beau d'être pris pour main et conduites dans ce voyage imaginaire...
    Le seuil de la gare sépare le monde des voyageurs de la vie réelle, d'une partie le rêve, la curiosité et l'aventure, de l'autre les gens qui vivent déjà celui-là ce qui va cherchant... une condition que nous vivons à l'infini en les deux les rôles.
    Deux mots, finalement, sur ce bâtiment : il me plaît son sens géométrique mais - même si je me rends compte que celui-là est la manière la plus convenable probablement d'exploiter - je ne réussis pas habituer l'esprit à la division des places d'une manière si irrégulière.

    RépondreSupprimer
  22. Hier et avant-hier j'étais à Bois-Colombes et justement je pensais à la chanson poussée par Olivier, à la gare Saint-Lazare.

    RépondreSupprimer
  23. I liked your post and wish I could understand even more. I know change in my lifetime has been amazing. From horse and buggy to men on the moon is really a big change I have seen in my life.

    RépondreSupprimer
  24. Ou…Ou...Aff… je suis coi !!! devant tout ces commentaires...MDR..
    "Vous qui passez par la dite lui tout bas..."
    Bisous, bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  25. Un grand faible pour la 1ère photo. J'aime ce jeu d'ombre et de lumière

    RépondreSupprimer
  26. Dorothée, merci. En ce qui concerne la hauteur des immeubles, normalement elle ne devait pas excéder R+4, et puis la colline a été rehaussée, ce qui fait que cet immeuble est de la hauteur des immeubles du haut de la rue. Pour le quartier de maisons individuelles et pour Cergy cela fait haut.

    Olivier, c’est vrai, que d’un coté tu es d’humeur folâtre
    ;o)
    En ce qui concerne le parc, n’oublie pas qu’il y a la promenade des trois bois juste en bas. Nous avons un ciné d’art et d’essai Utopia à Pontoise et St Ouen l’Aumône. C’est loin, et pas les programmes ne sont pas les même. Et oui, les multiplexe grignotent tout !

    Peter, merci pour cette photo qui est là aussi pour donner envie de venir me voir, avec ou sans soleil.

    Hpy, éternel dilemme, vaut-il mieux s’étaler ou monter en hauteur ?

    Delphinium, en plus les films n’ont pas le temps de se faire connaître. Si tu les as pas vu tout de suite, après c’est trop tard, sauf pour les grandes production. Tu pourrais sûrement trouver en Suisse un équivalent de Kiloutou.

    Olivier, c’est une gare ferroviaire en plus, à destination de la gare St Lazare.
    Et les jours de grève de la RATP, tout le monde prend le train au lieu du RER.

    P, mon amie, je la connaît la gare de Nancy. Et je peux t’assurer qu’en général, c’était moi qu’on attendait. Sacrés souvenirs.

    Alex, merci pour la photo. La location évite d’immobiliser et d’investir dans du matériel, en plus offre plus de souplesse.

    Richard, c’est ainsi, je te l’ai dit une fois : il faudrait savoir vivre chaque seconde et être heureux du présent qui deviendra le passé heureux plus tard. J’aime bien ton interprétation pour le little one. Elle s’adapte tout à fait au message. Merci.

    Marie Noyale, nous sommes tous pareils. Partir de chez moi ou partir pour revenir m’est toujours difficile. Sans doute à cause de la corvée de préparer la maison !

    Bergson, merci, je suis touchée du compliment pour la photo. Je voulais quelqu’un sur l’escalator et puis en la re-visionnant, je ne la trouve pas si mal déjà comme ça.
    ;o)

    Nathalie, c’est pour cela qu’il est parfois difficile de choisir LA photo à mettre. Je suis contente que tu aimes cette photo ci. Merci.

    Mathilde, si tu savais comme je suis casanière, c’est parce que j’ai beaucoup bourlingué. Mais maintenant je suis toujours prête à partir depuis que les enfants sont grands.

    Delphinium, j’aurais été déçue que tu oublies les photos ! A bientôt pour que je commente ton dernier texte.

    April, je crois qu’actuellement il est rare de mettre beaucoup d’argent dans ce type de gare, donc économie de matériaux. Mais là il n’y a pas économie ni d’espace ni de lumière, c’est déjà ça.

    Anonyme, je suis contente que tu aimes cette photo pour les raisons que tu donnes. Car tu l’aimes n’est ce pas ?

    Lyliane, et toi tu es une coquine ! Oui, Paris est très réputé pour les champignons.
    ;o)

    Alain, je suis contente que tu aimes mes photos en général et ces trois là en particulier. Que tu m’y retrouves est gentiment dit. Merci.

    Kimy, it was in summer. I believe that we have forgotten for the moment how the colours of summer may be: green of leaves, blue of sky.

    Chedwick, I’m happy you enjoyed first my photos, then Richard’s comment.
    ;o)

    Nazzareno, c’est cela que l’on ressent en voyant cette régularité : des cellules, comme des cellules d’abeille. Ne certaine uniformité. Voyager, c’est partir et revenir.

    Claude, tu as revu ton Paris...

    Abraham, my father said to me when I was a kid, I’ll go in the moon, and it will not happen though…
    ;o)

    Daniel, beaucoup de commentaires, plus un de toi. Merci d’être passé.

    Miss75, j’ai failli titrer ce message "ombre et lumière".

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives