lundi 2 juin 2008

Cergy Saint Christophe (95) : en ville *** downtown

Le 30.05.08 à 17H05 (C'est bien connu : les horloges de gare avancent toujours....)

Nous sommes rentrés de Californie depuis deux semaines. Depuis lors, je piétine et montre mes photos au compte goutte. A ce rythme là, je prévois d’y être encore à la rentrée de Septembre. Chaque message me prend beaucoup trop d’énergie. Je suis trop laborieuse. Et puis j’ai besoin de vivre en dehors du blog ; de temps en temps de quitter la Californie, parler du présent, du passé proche.

Vendredi après midi, je suis allée à la bibliothèque de l’Horloge de Cergy Saint Christophe ; elle se trouve justement derrière les immenses horloges de la gare RER. Ce quartier est un endroit où j’ai beaucoup traîné depuis que nous avons emménagé ; c’était il y a 20 ans ce printemps.
Cergy Saint Christophe a évolué, à commencer par la place du marché ; une brasserie a disparu, l’hôtel de ville a déménagé, les commerces ont changé.
J’étais contente vendredi de passer là. Le soleil brillait, les gens étaient heureux, c’était vraiment le printemps, presque l’été.

J’ai trouvé dans les rayons de la bibliothèque les deux premiers tomes des "Chroniques de San Francisco" d’Armistead Maupin...
Je vais donc retourner en Californie...



We’ve been to California during three weeks and we’ve been back home for two weeks. I’ve lots of pictures to share, I’ll show some more from the next post.

On last Friday afternoon, I walked through the place du Marché (Market place) towards the RER station and its huge clocks. I was going to the bibliothèque (public library) de l’Horloge (Clock). Every body all around me seemed to enjoy the sunny spring day. And yet, Friday in the morning, Hpy said, that she was depressed because of the gloomy weather. Hpy lives in Fecamp, Normandy, 150 kms from my home. That’s the proof that the microclimate of my town is special. I live in the Impressionists' favourite part of France, you know. And yes, here the light is special and the weather cannot remain sad a long time.

28 commentaires:

  1. Mr Maupin est une excellente idée pour te replonger dans San Francisco quand tu le desires..

    Cercy est donc une nouvelle ville avec un micro-climat!!! il me semble qu'il y en a beaucoup...

    tu nous avais deja montre cette horloge,je l'aime beaucoup! mais la nous decouvrons la place en plus.
    Prends tout ton temps pour nous montrer les photos de Californie, c'est agreable de passer du passe au present et vice et versa.

    RépondreSupprimer
  2. "C'est bien connu : les horloges de gare avancent toujours...."

    Not in Switzerland!

    RépondreSupprimer
  3. personnellement je suis pas fan de Mr Maupin et de ces chroniques, j'ai essaye mais j'ai abandonné rapidement.
    Le contre coup, je connais quand je rentre de NYC.
    J'espère que toutes les gares ont la même avance, sinon bjr le bordel ;o). Elle est belle sur cette photo, on dirait qu'elle surveille la place. En voyant l'horloge de ta gare, j'avais envie de te chanter cette superbe chanson d'art mengo
    "Il y avait dans une gare de banlieue
    Un petit chef de gare amoureux
    Amoureux fou comme c'est curieux
    D'une voyageuse imaginaire

    Il l'attendait les soirs d'hiver
    Sur les quais transis et déserts
    Sous la lumière des réverbères
    Il l'attendait comme le bon dieu

    Les gens le trouvaient pas sérieux
    Il ne sifflait qu'un train sur deux
    Et souvent on faisait la queue
    Quand il arrosait ses primevères

    Partout il écrivait des vers
    Pour son aimée imaginaire
    Sur les billets, sur les horaires
    Non mais rendez-vous compte un peu

    Un jour on lui a dit mon vieux
    Tous les voyageurs sont furieux
    On va te remplacer ça vaut mieux
    Mais comme par extraordinaire
    Est descendue d'un vieux train vert
    Sa voyageuse imaginaire
    Belle comme une pluie dans le désert
    Et ils sont partis tous les deux
    Partis comme deux vieux amoureux
    Dans la douceur d'un chemin creux
    Vers des pays un peu plus bleus
    Où l'on ne sait rien des horaires

    Depuis dans cette gare de banlieue
    Tout est redevenu sérieux
    Et plus personne ne fait la queue
    Mais sur les quais, y'a plus de primevères

    Il y avait dans une gare de banlieue
    Un petit chef de gare amoureux
    Amoureux fou comme c'est curieux
    D'une voyageuse imaginaire"

    RépondreSupprimer
  4. Tiens je connais cet endroit.Bien sûr c'est ton quartier , tu l'aimes, mais je préfère San Francisco.

    RépondreSupprimer
  5. Tiens ! Un micro climat à Cergy ! Toujours du beau temps ? Maintenant, il te faudrait un peu de pluie; comme ça tu pourrais finir tes livres, tranquille chez toi !

    Les horloges de gares qui avancent toujours… Je ne savais pas. Je rêve souvent de rater mon train. Ca signifie quoi ? (C’est grave ?)

    RépondreSupprimer
  6. en tout cas on peut dire (sans être trop perspicace ) que tu allais à la bibliothèque(ou tu en sortais ) vers 17h5 (avec l'avance)...au cas où il y aurait eu le vol constaté des chroniques de SF. C'est vrai que c'est dur de se remettre d'un coup dans la routine quand on revient d'un voyage, mais tu pourras alterner ton regard sur la ville que tu aimes et les photos de SF qui rappellent à ceux qui y sont allés de bons souvenirs.

    RépondreSupprimer
  7. Assez surréaliste cette horloge, qui sur la photo semble flotter entres les immeubles !!!!!

    La photo et un bel exemple de l’emploi harmonieux des couleurs complémentaires.

    Il nous faut donc ronger notre frein pour la découverte des autres images de la Californie…

    Très bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai plein de boulot ce matin, je n'ai pas pris le bureau avec moi jusqu'à Orly, et maintenant il faut que je rattrape. Nous ne sommes pas passés loin de Cergy au retour, nous avons même failli faire un détour, mais il était déjà tard, alors nous nous sommes dit que ce serait pour une autre fois.
    Mais c'est fou ce que les quartiers peuvent changer en vingt ans.

    RépondreSupprimer
  9. Nathalie2/6/08 10:33

    Ooooh moody ma jolie Cergie ce matin. T'es pas obligée de blogger, tu sais. On adore que tu sois là, tu nous as manqué pendant ces trois semaines californiennes, mais l'important est que tu fasses ce que tu as profondément envie de faire. Pour le reste, va, on s'adaptera. L'amitié sait attendre - déjà que l'horloge dit n'importe quoi, on est sur le bon chemin ! Bises !
    Nahtalie

    RépondreSupprimer
  10. c'est vrai que nous vivons tous les deux dans des villes multi-ethnies, et c'est bien agréable.
    Je suis pas d'accord, je le trouve pas triste mon homme gris (bon c'est pas un clown blanc non plus), c'est amusant il me fait penser a certain mr blot (voir un vieux post chez moi, en reponse a un de tes defis).

    RépondreSupprimer
  11. Sympa ce petit bout de quartier sous le soleil !
    VComment ça ! L'hologe de la gare avance ! T'es sûre !
    Ben ! Si on ne peut pas se fier à l'heure de la Gare...

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Lucie,

    Comme je comprends ce besoin de vivre en dehors de la blogosphère, et de faite tant d'images, j'ai parfois même envie d'oublier mon appareil pour être libre de me taire et de laisser aller mon regard sans le tourmenter. je regarde mon merveilleux livre sur San Francisco où je n'irai jamais, en revanche, je connais les livres de Maupin et je suis allée une fois à Cergy... J'avais aimé à l'époque, j'arrivais droit du sud, il y a une quinzaine d'années maintenant. Le temps passe.... et le soleil s'esquive...

    Bonne journée à toi et à très bientôt.

    RépondreSupprimer
  13. Je n'ai pas lu ce livre, et je n'ai jamais entendu parler de cet auteur...lacune à combler.
    Ce quartier affairé ressemble fort aux quartier commerçants de St Quentin -en -Yvelines ,clairs, modernes et rassurants .
    miss Yves

    RépondreSupprimer
  14. et oui, les blogs sont une partis de notre histoire, une sorte de mémoire de vie.

    RépondreSupprimer
  15. delphinium le fantôme2/6/08 16:41

    Chez toi vendredi le soleil brillait et les gens étaient heureux. Autre tableau à la montagne: brouillard bas, on voyait les montagnes 5 mn toutes les 5 heures. Et je ne sais pas si les gens étaient très heureux. Et je ne sais pas si j'ai un micro-climat sur la tête mais moi toute cette grisaille me déprime grandement. Et cette semaine, ça va être comme cela tous les jours. Alors j'essaie d'avoir un micro-climat dans le bureau mais là aussi, c'est râté. Alors je ne sais plus quoi faire. Il faut prendre le temps comme il vient, on ne peut pas faire autrement mais quand même, j'aimerais bien un tout petit peu de soleil. Et puis la vie des blogs, aujourd'hui, je ne ferai pas le tour de tout le monde, j'ai trop de travail. Et je suis fatiguée. Alors on fait le travail, on lance quelques coucous par-ci, par-là en espérant que les gens seront compréhensifs. Tout un programme de vie. J'ai parlé de mon présent... ce mois de juin qui est là, alors que les 5 premiers mois de l'année, je n'ai rien vu. C'est sans doute cela la vie, voir le présent, ne pas penser trop à l'avenir, quelques souvenirs du passé...
    Bises

    RépondreSupprimer
  16. ... il court il court le furet, le furet du bois joli, il est passe par ici, il repassera par la... en attendant tu es passee par la bibliotheque. Maintenant il faut chanter faux pour amener la pluie et s'asseoir dans un petit coin tranquille. Personellement je cours, je cours cette semaine...

    RépondreSupprimer
  17. Marie Noyale, si nous avons tous un micro-climat, celui du Val d’Oise est exceptionnel. (Tu as vu cette horloge chez Hpy et Lyliane lors du changement d’heure début avril, je ne l’ai montrée qu’au tout début de ce blog.)

    Richard, c’est une question de convention, comme les interprétations du code de la route suivant les régions.
    En Allemagne les trains sont TOUJOURS en retard.

    Olivier, lire Maupin et situer les lieux dont il parle est un plus. Par exemple, la maison en colocation est située sur Russian Hill d’où j’ai pris la photo d’ensemble du cable car. Tu adores Paul Auster aussi car il parle de New York, n’est ce pas ?
    Les trains partent en général à l’heure en France, l’avance de l’horloge est pour faire se hâter les voyageurs et éviter les retards justement.
    (Un homme transparent, c’est pas un homme gris. Et oui, le blog porte la mémoire de ce que nous étions et de ce qui était)

    Lyliane, San Francisco est certes plus dépaysant pour des français, Cergy peut l’être pour des californiens.

    Peter, je n’ai pas dit cela le temps est très changeant à Cergy, assez venteux, le ciel est léger quand il fait beau, comme sur la photo.
    A une époque je rêvais aussi souvent que je ratais mon train. Plus maintenant. Il me semble que tu te poses des questions sur ta vie qui a changé avec ton départ à la retraite.

    Marguerite Marie, c’est ce que je vais faire, alterner.
    (Tu ferais un très bon détective)

    Daniel, les photos viendront petit à petit. Tu vois, j’ai bien ressorti le château de la Roche Guyon et la gare RER que j’avais prises en été dernier.
    (Cette horloge n’est pas facile à photographier dans ce contexte, étant donné le sombre couloir de bâtiments.)

    HPY ! Toi alors ! Passer en plus à Cergy et pourquoi pas chez Lyliane, on peut dire que tu rentabilises tes déplacements !
    (Moumoune et Néfertiti auraient fait la tête, mais pourquoi pas pour une prochaine fois ?)

    Nathalie, je ne suis pas fatiguée de blogguer, je me résous en effet de plus en plus à blogguer et publier à mon rythme. Sans me laisser régenter par une quelconque horloge, tu as raison.

    Claude, les horloges de gare sont très fines psychologues et connaissent la nature des français.
    (Qui soit dit en passant doit être différente suivant les départements. En Alsace par exemple…)

    Mathilde, je ne fais plus tellement de photos. Ce vendredi là, j’ai aimé l’ambiance qui se dégageait de la place, avec les personnes au bar notamment, les gens en vêtements légers, et de plus, l’éclairement était particulier. C’est une photo que je voulais faire depuis longtemps.
    Et donc je l’ai publiée.

    Miss Yves, le soir c’est autre chose, il peut être sombre et inquiétant. Mais c’est comme lorsque l’on a affaire à un chien, s’il sent qu’on a peur, il mordra. Ce quartier est rassurant pour qui s’y sent rassuré.

    Delphinium, écoute, tâche de prendre les choses au fur et à mesure. Ne pense pas à ce qui est négatif. Il y a des moments où on a l'impression qu'on a des semelles de plomb. Tes montagnes tu ne les as pas vues, mais tu en as senti l'air, tu as pu iouler tout ton saoul ce WE ce qui n'est pas le cas de tout le monde (tu te rends compte si je faisais ça à Cergy)
    Aujourd'hui il pleut aussi chez nous, et parfois il y a une éclaircie.
    Courage, après la pluie le beau temps.

    Thérèse, j’aime bien la pluie et je chante TRES faux (la truite de Schubert de préférence)
    Courir évite-t-il de se mouiller ?
    ;o)

    RépondreSupprimer
  18. delphinium2/6/08 19:26

    Tu as raison, après la pluie, le beau temps. Haut les coeurs.

    RépondreSupprimer
  19. les vieux messages sont aussi des cimetieres : des blogs qui sont morts, des amis-blogs qui ne viennent plus (où que je ne vais plus).
    Je lis que tu chantes faux, je suis sur de te battre, j'arrive a faire fuir toute ma famille quand je chante "joyeux anniversaire" ;o)) et pourtant "J'aurais voulu être un artiste
    Pour pouvoir faire mon numéro
    Quand l'avion se pose sur la piste
    À Rotterdam ou à Rio
    J'aurais voulu être un chanteur
    Pour pouvoir crier qui je suis
    J'aurais voulu être un auteur
    Pour pouvoir inventer ma vie
    Pour pouvoir inventer ma vie

    J'aurais voulu être un acteur
    Pour tous les jours changer de peau
    Et pour pouvoir me trouver beau
    Sur un grand écran en couleur
    Sur un grand écran en couleur
    J'aurais voulu être un artiste
    Pour avoir le monde à refaire
    Pour pouvoir être un anarchiste
    Et vivre comme ... un millionnaire
    Et vivre comme ... un millionnaire"
    .

    Voila j'arrete de te spammer today

    RépondreSupprimer
  20. Il y a ceux qui vont vers l'horloge et ceux qui en reviennent, ceux qui sont assis et ceux qui sont debout, il y a des chauves et des chevelus et Prévert aurait ajouté qu'il y a aussi ceux "qui sont chauves à l'intérieur de la tête".
    Une belle atmosphère.

    RépondreSupprimer
  21. So you are lucky, chère Cergie, as I am. The part of Cologne (right-side) where I live is rather faceless, a bit boring, but: surrounded by much green and thus having a good micro-climate, sometimes much better than other parts of Cologne. that reminds me a bit of your town.

    RépondreSupprimer
  22. notre climat n'est pas autant de bon, mais commencer la semaine d'ici, c'est toujours un bon début.

    RépondreSupprimer
  23. En fait, c'est une erreur de croire que les horloges des gares avancent. Il s'agit d'une pure illusion tenant au fait que les gares se situent dans un continuum spacio-temporel légèrement décalé par rapport au reste du monde. Cette distorsion de l'espace-temps a été traduite par Einstein dans la théorie de la relativité restreinte par la formule : "plus le train avance moins vite et moins le temps passe plus lentement."

    RépondreSupprimer
  24. Ou l'inverse...
    Ce qui signifie en termes plus prosaïques que l'horloge n'est pas à l'heure des trains qui partent, mais à celle des trains qui arrivent en retard (à cause, bien sur de cette fichue distorsion du continuum).

    RépondreSupprimer
  25. Delphinium, la sagesse populaire a du bon.
    (Et pis c’est le titre d’un bouquin de la Comtesse de Ségur)

    Olivier, je ne peux me résoudre à considérer les vieux messages comme des tombes et les blogs comme des cimetières (bien sûr il arrive que l’on disparaisse physiquement, que le blog s’arrête volontairement). Cependant, ce que nous avons été sera pour toujours, j’en suis persuadée. Il n’est pas possible de refaire le passé. Sur lui nulle prise, à la différence du futur. Notre vie de blog se construit et se remet en cause tous les jours, au jour le jour.

    Alain, tu aimes observer tes contemporains, tu aimes les paysages urbains et t’y sens à l’aise.
    (Merci pour l’atmosphère de cette photo)

    April, nous avons les avantages de la ville et les avantages de la nature à Cergy. Mais nous n’avons pas le Rhin, ce merveilleux fleuve.

    Nazzareno, merci. A Rome la semaine ne commence pas toujours le même jour qu’à Cergy.
    ;o)

    Maxime, tu as sans doute raison. Tu as toujours raison.
    (Tu es sûr, Einstein, pas plutôt les Shadocks ?)

    RépondreSupprimer
  26. Et alors, tu parles de moi en anglais maintenant!
    Oui, la prochaine fois i faudra que je passe par Cergy le Haut, au lieu de passer sur l'autoroute à côté. Mais il était déjà huit heures quand nous passions, un peu tard pour venir à l'improviste.
    Et note bien, je ne suis pas déprimée, c'est le temps qui fait une dépression. Il pleut, il pleut bergère.
    Je viens de rentrer après une tournée en ville. Heureusement j'étais en voiture la plupart du temps, sinon je serais trempée. Appelle ça mon microclimat à moi, si tu veux. D'ailleurs, c'en est un. Mais celui-ci est humide, au moins en ce moment.
    J'ai fait quelques photos de l'eau qui tombait. On verra si elles sont acceptables pour le blog. Demain, ou un autre jour, peut-être.
    Bonne soirée à toi, P'tit loup.

    RépondreSupprimer
  27. oui tu as raison les heures passent trop vite.J'aime tes longs commentaires circonstanciés mais ils prennent tant de temps et la vie n'est pas que dans les blogs. C'est aussi pour cela que je rate certaines de tes photos car je ne passe pas régulièrement et là j'en profite un peu ....

    RépondreSupprimer
  28. Hpy, tu as été ma muse sur ce coup là. Aurais je autant été attirée par les parasols si tu n'avais réclamé le soleil?
    Et après tout ça, ta photo détrempée d'auj. est une merveille. Merci qui ? Merci la pluie.

    Lasiate, tu ne passes pas souvent, mais régulièrement. Et toujours avec un regard bienveillant. En deux mots, tu traduis ce que ce que j'ai voulu exprimer, tout en y mêlant beaucoup d'humour. Tu me devines. Et je sens bien que tu comprends ce que je suis, ce que sont mes photos.
    Je me demande souvent si mes longs commentaires ne sont pas perçus comme fatigants par ceux à qui je les poste. Merci de me rassurer. Merci surtout de ta sensibilité.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives