mercredi 3 septembre 2008

Transparent


Salle d'embarquement, Roissy, le 26.04.08 à 11H02
Wondassista m'a fait l'honneur et le bonheur d'écrire (en français puis en anglais) pour cette photo
Thank you, Wondassista, for your look and your (French and English) words at this picture




As-tu jamais connu la solitude?
Tu l'as sûrement rencontrée quelque part
Parmi les gens plutôt qu'à part
Tu entends leur bruit, leur vacarme autour de toi
Ils passent, discutent, se disputent, t'entourent, te contournent, te dépassent...
Tu es là
Serais-tu transparent?
Toi aussi parfois tu ne les vois pas
Ils sont dans la brume, loin, flous...
A peine si tu pouvais les distinguer
Et le train arrive. Bien sûr, puisqu'on l'attend.
Qui sait qui sera assis dans ton compartiment
Qui sait où il se dirige
Parfois on a juste envie qu'il circule pendant longtemps, qu'il nous oublie
Et le train circule
Passent les paysages, les gens, feuillets jaunes d'un album d'antan
Passent vite au gré du vent..., juste perçus par les yeux des enfants
Qui regardent derrière les vitres, transparents...





Have you ever been lonely?
Sure you have...
Especially when you're surrounded by people
You can hear their voices, their din,
They pass away, debate, argue, surround you, bypass you

You are here
Are you transparent?
You too can't see them sometimes
They are in the mist, far, blurred
You can hardly see them
And the train arrives...
Sure, everybody's expecting it
Who knows who will be sitting next to you
Who knows where it's going...
Sometimes we just want it to move on, to forget us
And the train moves on; landscapes, people go along
such as photos setted in an album, pass away, gone with the wind, just seen by children's eyes who look through the window...Transparent


32 commentaires:

  1. Justement en jouant avec les mots aujourd'hui je cherchais un mot se rapprochant de transparent pour une photo et ja'i choisi "translucide" j'en ai beacoup aimé les définitions dans le dictionnaire. Comme j'aime bien ce texte: les acteurs parfois doublés des spectateurs.

    RépondreSupprimer
  2. Bonne idée ce travail à deux : le texte se marie totalement a ta photo miss cergie. On revient avec ce texte et cette photo à mon célèbre syndrome de Blot.

    Pour finir en chanson : sttellla
    "je suis le fils de l'homme invisible.. je n'ai jamais vu papa
    je suis le fils de la femme invisible..je n'ai jamais vu maman
    j'habite chez mes transparents..."

    RépondreSupprimer
  3. Cette photo en noir et blance accompagne exactement ce très joli texte...

    RépondreSupprimer
  4. Elle est seule, elle l'attend, elle se souvient de cette après-midi dans ce petit appartement à cergy, cette première fois, l'odeur de sa peau, la tonalité qu'avait fait le digicode quand elle l'avait taper (et retaper) le code, elle se souvient de sa promesse, et elle attend.
    Les gens passent et personnes ne remarque les petites larmes qui coulent de ses joues, il lui avait PROMIS, ce weekend était leur weekend.....au bout de deux heures, n'ayant plus de mouchoir, elle se lève et trouve un taxi......"Fip, il est 17 heures, un coup d'œil sur la circulation, si vous allez dans la direction de l'aéroport de roissy, éviter l'A1, suite a un accident mortel, la circulation est bloquée...maintenant nous allons écouter "my funny valentine" par Saez...bonne journée....."

    RépondreSupprimer
  5. Voyager, quel plaisir… et des fois quel calvaire – déjà avant d’arriver à sa place dans le train ou dans l’avion ! … et la personne à coté de toi, ça sera une (petite) dame bien sympathique ou un (gros) monsieur ronfleur ? (La traduction du texte est de toi ?)

    J’aime beaucoup ta photo !

    RépondreSupprimer
  6. j'aime beaucoup le texte très inspiré d'Olivier...qui a de la suite dans les idées.

    RépondreSupprimer
  7. Très joli poème très bien illustre par une magnifique photo.
    Je visite te temps à autre le blog de wondassista...
    Bisous bonne journée.

    RépondreSupprimer
  8. Thérèse, Wondassista m'a donné à choisir le titre du message car elle titre rarement ses textes sur son blog. J'ai hésité. Wondassista a noté la solitude de chacun dans cette photo ; cependant, le concept de transparence me plait beaucoup, et jouer sur plusieurs sens de mot aussi. Un transparent, le nom, c'est une feuille de papier qui se glisse sous une autre et sert de guide

    Olivier, ce texte est inspirant !
    Tu sembles avoir surtout beaucoup d'inspiration sur certaines de mes photos. Et de la suite dans les idées. Il nous faudra faire une collaboration, toi au texte et moi à la photo.
    (Pour ma part, je trouvais qu'elle faisait suite à la photo précédente : les deux personnes dans les rues chaudes de Lyon)

    Webradio, tu as noté qu'il parait que la photo finit par illustrer le texte et non l'inverse !
    En Noir et blanc dis tu ? La lumière froide de cette photo tranche sur celle de la précédente.

    Peter, entre San Francisco et Toronto, Patrick et moi avons changé de place car son voisin était fort... enrobé (il avait besoin d'une ceinture de rallonge)
    C'est Wondassista qui a écrit le texte en anglais, d'ailleurs il est différent un peu. Je n'aurais pu faire que du mot à mot. Cela aurait été dommage.

    Marguerite-Marie, Olivier est étonnant, il gagne à être connu.

    Daniel, merci pour le texte, merci pour la photo.
    Tu n'es pas surpris du talent de Wondassista et tu la reconnais dans le thème développé

    RépondreSupprimer
  9. Belle photo! J'aime bien les aéroports: c'est le point de départ... ;)
    Beaucoup mieux que les bouchons de Lyon... ;))

    RépondreSupprimer
  10. Non, la photo n'est pas en noir et blanc mais en rouge et gris avec un soupçon de bleu. C'est drôle, les gens qu'on peut rencontrer en attendant son avion. Avant, à une époque où je prenais plus souvent l'avion, je me demandais chaque fois qui j'allais rencontrer, car j'avais remarqué qu'il y avait toujours, ou presque, quelqu'un que je connaissais qui attendait un avion, le même, ou un autre, en même temps que moi. Mais maintenant je ne connais plus personne, et je ne prends plus l'avion.

    RépondreSupprimer
  11. tu as de la chance, tu as une poétesse/traductrice ;o) moi je n'ai que mon ami Google ;o).

    Pour répondre, toutes les fresques des écoles d'Evry sont faites par les enfants (avec l'aide évidement des professeurs).

    RépondreSupprimer
  12. n'est pas peur petite cergie, Le puma-panthère court peut être très vite, mais les oiseaux vont se sauver, et tout finira bien ;o)

    RépondreSupprimer
  13. une belle photo qui va si bien à ce texte

    RépondreSupprimer
  14. Dans tes images, "les personnages" bien cadrés-campés racontent toujours une histoire !
    Bravo Cergie.... je reviendrais plus tard !

    RépondreSupprimer
  15. La solitude... la condition de qui il n'a pas d'ami, un amour et non plus un chien qu'il l'attend....
    À ne pas souhaiter à personne.

    RépondreSupprimer
  16. Je suis ravie de découvrir ici le blog de Wondassista dont le texte est émouvant et en accord parfait avec ta photo poignante sur le thème de la solitude.
    Cette jeune femme isolée qui semble perdue dans ses pensées et ne voit plus le monde et l’agitation qui se déploie autour d’elle.

    RépondreSupprimer
  17. belle composition pour ta photo et j'aime beaucoup cette lumière froide entre le néon et la lumière naturelle. Finalement cette photo complète celle que tu as faite de ta vitrine ; tu photographies des accumulations. comme Gursky (que j'adore)

    RépondreSupprimer
  18. anne O'nyme c'est Catherine, j'ai tapé sur enter trop vite.

    RépondreSupprimer
  19. Gil, les aéroport, les gares, les ports. On part, et on revient, même pas très loin, même à Lyon, c'est bien.

    Hpy, j'ai compris : André garde sa souris sur l'image qui reste en N&B.
    Tu ne connais plus personne ?

    Olivier, oui j'ai de la chance en ce qui concerne la poètesse bilingue.
    Par contre, je ne cours pas très vite.

    Bergson, merci pour nous deux.
    (Le texte est venu après la photo, on dirait le contraire)

    Fifi, pourquoi d'après toi ? Parce que nous avons tous une histoire puisque nous vivons, et c'est ce qu'il suffit de saisir.

    Nazzareno, on peut toutefois être seul à un instant, un endroit, sans l'être toujours. L'important est de compter pour quelqu'un quelque part.

    Dorothée, je suis contente d'avoir découvert Wondassista moi aussi. Son blog est rare et unique. Elle a une grande sensibilité.

    Catherine, je suis moins férue que toi de photographie. Je fais simplement des photos comme je dessinerais des plans, avec des pleins et des vides, des murs et des volumes dans lesquels évoluent ou se tiennent des personnages.

    RépondreSupprimer
  20. Je reviens voir ton image avec le même plaisir que ce matin !
    Finalement il y a autant d'histoires à raconter que de personnages:la jeune femme avec ses bagages, l'homme au chapeau à droite, le petit garçon souriant qui est relié par son sourire à quelqu'un qu'on ne voit pas mais qui existe. Finalement, son sourire rend caduque cette solitude qui nous semble inévitable et omniprésente dans cette foule.
    Arme absolue contre la solitude: un sourire ! :-)

    RépondreSupprimer
  21. Je viens de finir le dernier Amélie Nothomb, tout le monde dit que c'est un de ces meilleurs, j'avoue avoir été très déçu (bon elle écrit bien et il faut quand même 30 minutes pour le lire). Par contre je viens d'acheter un inédit de Fredric Brown, je saute dessus avec envie, je suis un fan de cet écrivain américain.

    RépondreSupprimer
  22. La solitude ? Qui ne l'a jamais rencontrée...et parfois, elle est drôlement collante!

    RépondreSupprimer
  23. C'est bizarre, mais pour moi, le "transparent", c'est plutôt l'homme au chapeau.
    La blonde, bien habillée, avec de jolis bagages, on a l'impression qu'elle pense aux reproches qu'elles va faire au type qui l'a laissé attendre et à la vengeance qu'elle va en tirer. Les femmes sont redoutables et les hommes bien démunis.
    La photo est impeccable, très réussie, même moi, j'aurais aimé faire la même, c'est tout dire.

    RépondreSupprimer
  24. Quelle magnifique travail à deux ! J'ai découvert le blog de Wondassista grâce à toi, c'est un petit bijou.

    J'ai beaucoup aimé le texte d'Olivier aussi. Une collaboration entre vous deux, j'attends ça avec joie !

    RépondreSupprimer
  25. Difficile d'écrire un commentaire pertinent après ça; difficile de faire plus juste.
    Je hais la solitude au milieu de la foule. J'adore la solitude au milieu des bois (mais là c'est vrai, on est tout sauf transparent : on l'entend aux cris d'alerte des oiseaux, et aux glissements de fuite sous les feuilles).
    PS : je retourne à la campagne après cette fausse rentrée. J'essaierai de passer une fois par semaine...

    RépondreSupprimer
  26. Cergie-- beautiful shot. I wonder what goes through people's minds when they sit alone. I hope they don't worry too much. or feel sad.

    Yesterday I took on this theme of empty and lonely, as I seemed to catch just those shots, everyone was solo yesterday it seems.


    The BBB photo --what happened to start the meeting is complex. We have some people thinking our town should be a certain way, for the "best" people. A showplace, and no town is like that really.
    The very neighborhood that scares silly people is my favorite place to walk and visit with people, and my friends who visit feel the same. But people who live in big houses with servants to wait on them start thinking they want benefits-- to be surrounded with people just like them--one told me it would be for his benefit to be surrounded by the right sort of people. That lesser people for neighbors have no benefit. He kept using the word benefit! This perception has caused a rift and some anger.
    squirrel

    RépondreSupprimer
  27. Ce titre parfait, cette photo, le texte et un collage des commentaires, ne rien demander de plus.

    RépondreSupprimer
  28. En général, quand on voyage en avion, mon Chéri et moi, on connais tjrs des galères. La dernière fois que j'ai voyagé en train, j'avais pour voisin un tout petit chien dans les bras de sa maîtresse. Cette femme sur ta photo me fait pensé à mon premier voyage au States toute seule. Je peux te dire que c'est triste de voyager seule, surtout pour un si long voyage, entre trains, navette, avion, attente 6 heures en transit, re avion. Et la même chose pour le retour. Malgré nos galères, je préfère voyager avec mon Chéri.

    RépondreSupprimer
  29. Bon, alors on se laisse embarquer bien que l'on ne soit plus trop dans la salle...

    RépondreSupprimer
  30. The people, they look all tired and stressed, except the little boy. He's is laughing and he wears 'happy colours'.

    RépondreSupprimer
  31. Solitude en voyage....

    Superbe poème....

    RépondreSupprimer
  32. Très belle cette photo, une solitude peuplée.

    Bravo.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives