lundi 19 janvier 2009

Le Muy (83) : les bugadieres du Rabinon

Le 27.12.08 à 11H40

Hier matin, il a plu. Cela aurait été le moment parfait pour défaire la crèche et le sapin, signifiant ainsi que le temps de Noël est terminé.
D'ailleurs en janvier, commercialement parlant, c'est la période du Blanc qui revient chaque année.

J’aime bien faire la crèche. Figurer le décor avec la mousse, les écorces, les brindilles, le sable, les cailloux. Prévoir de bonnes assises pour nos santons de Provence Marcel Carbonel. J’ai vu dans le catalogue qu’il y a même une "femme aux savons". Le savon de Marseille approvisionnait jusqu’au début du 20ème siècle les "bugadières", c'est-à-dire les lavandières.
Ni crèche ni sapin à Cergy cette année. Pourquoi faire une crèche lorsqu’on a la chance de passer Noël DANS la crèche ?

Le Rabinon est un ruisseau qui se jette dans le fleuve Argens qui lui-même se jette dans la Méditerranée à Fréjus.
Autrefois, ses eaux siliceuses étaient très réputées et fréquentées par les lavandières du Muy. Chacune y avait ses habitudes, chaque trou d’eau avait un nom. Imaginez la foule cassant la croûte sur ces rochers, le "bugado" (la lessive) "soleillant" (séchant au soleil) sur cette herbe et ces arbustes.

De nos jours, la machine à laver a remplacé les lavandières.
Les eaux du Rabinon sont devenues moins abondantes et saisonnières.
La cabane du Rabinon n’est plus qu’une ruine sans toit où le soleil seul pénètre et prend ses aises...



In the past, Rabinon brook’s water was more abundant all along the year. The Le Muy’s washerwomen used to come and wash the linen at this place because the siliceous water is excellent and famous.
Nowadays, there’s nobody more washing in the brook and drying the linen on bushes and grass.
Nowadays, because of dryness or other reasons le Rabinon is dried up most of the time ; and everyone has a washing machine at home or at least at a launderette.


35 commentaires:

  1. nous avons un superbe vieux lavoir à Evry, mais maintenant a la place des lavandières , on trouve des squatters. Et puis même a la grande époque (non que je n'ai pas connu cette époque ;o) ) les lavandières descendaient vers la seine (sauf en temps de givre)

    RépondreSupprimer
  2. Tu sais que je ne commente pas souvent la qualité de la photo, contrairement à toi, mais là… ! Les couleurs dans cette photo sont magnifiques ! Tu fais vraiment honneur au paysage provençal ! Bravo ma pitchounette !

    Acheter ses santons sur le net, je n’aurais jamais pensé !

    A la revisto !

    RépondreSupprimer
  3. Il n'y avait pas que la rivière qui chantait à ce moment là et ça devait être moins pénible de laver son linge sale entre amies!

    RépondreSupprimer
  4. L'endroit est bien jôli ! On entend au loin quelques sonailles de biquettes... Même sans son toit, lou cabanon est encore bien droit, et lou fenestron est un bien joli carré de lumière !
    La marque Vedette (" Vedette, mérite votre confian-ance" !) aurait-elle dégotté la Mère Denis auprès du Rabinon ?… :)
    Dans bien des régions, dès qu'un endroit, un village, un hameau porte le nom de "rabine", c'est en écho à un cours d'eau, un ruisseau qui coule dans le coin. Je ne sais pas si "bugadière" et "bugado" viennent de "buées", ces gros chaudrons où l'on mettait le linge sale à bouillir avec de la cendre dans cet appentis qui portait le nom de "buanderie".
    Oui, ça devait jacasser "avé l'assent", en rinçant le linge au bord du Rabinon et parfois, à c'qu'on dit…, ça se terminait à coups de battoirs !…:)

    RépondreSupprimer
  5. Cet endroit a l'air superbe et idéal pour la photographie

    RépondreSupprimer
  6. delgrippium19/1/09 11:34

    tu as vu... Peter t'a appelée "sa pitchounette". :-)) tu as de la chance.
    Je n'ai pas fait de crèche chez moi et il n'y avait pas de sapins non plus. J'ai par contre profité de la crèche de mes parents et du beau sapin que ma maman avait fait. Elle y met toujours beaucoup de guirlandes qui scintillent. Le temps de Noël a passé très vite et je n'ai pas vraiment pu profiter comme je le voulais de la famille et des décorations de Noël. Nous voilà maintenant à la mi-janvier. que le temps passe vite.
    Vivement Noël. :-)

    J'aime ta photo, les couleurs, le vert foncé, les pierres et surtout ce ciel moutonné. Quand le ciel est ainsi chez nous, c'est que le mauvais temps va arriver.

    Pour ce qui est de la lessive, je déteste faire la lessive, je déteste étendre la lessive et je déteste faire le repassage. D'ailleurs je fais le minimum de repassage, Claude vient chez moi pour le faire. :-)
    Que ce devait être difficile pour les femmes de laver son linge comme cela à l'extérieur... même si elles pouvaient blaguer entre elles, ce ne devaient pas toujours être une partie de plaisir. Les temps ont bien changé. Quand je vais à la buanderie dans mon immeuble, je ne rencontre personne. Je glisse la carte dans la boîte à paiement, j'appuie sur des boutons, et je reviens une heure après.
    La lessive n'est plus une activité sociale.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  7. Quelle couleurs et quel cadrage! tout se répond et se met en valeur. Comme quoi il faut mieux une femme les doigts dans les pixels que dans la lessive ;)

    RépondreSupprimer
  8. LOL, Lasiate !!!

    Quelle belle histoire tu nous contes là, ma Lucie. On imagine bien comme ces pierres plates au bord de l'eau sont idéales pour laver son linge. Idéales ? Voire ! S'il est un outil qui a libéré la femme, c'est bien le lave-linge. On y perd en convivialité ? Peut-être. Mais n'est-ce pas la convivialité qui nous réunit tous autour de tes photos?

    Pour répondre à ta question. "Magnanen" doit être le provençal de magnaneraies qui étaient les fermes où l'on élevait des vers à soie. Enfin, je crois. J'espère que je ne dis pas de bêtises.

    RépondreSupprimer
  9. ...belle photo, belle atmosphère...

    RépondreSupprimer
  10. Je tâche d'imaginer les lavandières qui lavent et qu'ils mettent à essuyer leurs tissus sur l'herbe, et entre temps je me réjouis ce splendide angle de paradis...

    RépondreSupprimer
  11. les couleurs font un peu fin du monde. Après les lavandières, le déluge ;o))..A Martel, il y a un superbe lavoir, qui est devenu une réserve a grenouilles.

    RépondreSupprimer
  12. Mon Week-end est fini...
    Et voila que tu parles mon patois, je revois ma grand mère laver son linge au ruisseau.
    "Fa la Bugade"= Laver le linge...
    "Lou Bugangier" = recrépissant ou le ligne trempait avec des cendres (en guise le lessive)
    Il n'y a pas de nostalgie a avoir laver le linge au ruisseau par tout les temps n'était pas une sinécure.
    Ah ! ! ! ! Je persiste est signe ce son bien des roseaux il existe moult variétés.
    A +

    RépondreSupprimer
  13. Addenda.
    J’aime bien la photo, bucolique a souhait ;-))

    RépondreSupprimer
  14. Chez toi comme chez Dusty Lens les photos me font penser à Thoreau et j'aurais aimé éviter de lire tes trois dernières lignes.

    RépondreSupprimer
  15. Mais ai-je dit "tristes"? lol

    RépondreSupprimer
  16. Ah Oui! Il faut que j'y ajoute mes felicitations aux celles de Peter et de Nathalie, et au meme temps je dois partager et augmenter les sentiments et remarques de notre chere amie d'Avignon. Et tient, Lucie...tu dois savoir que VanGogh et Pissaro se sont aussi places dans ma region.....Van G a preche a 400 cent metres de ma maison et a meme fait une esquise de la chapelle a Petersham. Pisarro etait actif a Kew.

    RépondreSupprimer
  17. Si toi, tu dis In English later, moi je dis, Comments later. (Je n'avance pasn, mais j'ai vu que tu as posté plein de belles photos cette année déjà.)

    RépondreSupprimer
  18. j'aime beaucoup! moi j'allais quand j'étais gamine avec ma grand mère au lavoir...c'était le lieu des commérages, des potins!!! ce n'était pas drôle en hiver.

    RépondreSupprimer
  19. quelle photo ! magnifique. Et comme l'ont dit un certain nombre des tes visiteurs, le temps gagné sur la lessive nous permet de travailler nos couleurs, séparer le blanc du noir, étendre nos pixels .... bises ma cergie !

    RépondreSupprimer
  20. J'ai lu dans le journal Ouest France qu'il y avait à présent des santons ...en LEGO!
    La mère Denis était originaire d'un petit village dont j'ai parlé à propos de Barbey d'Aurevilly: Barneville -sur -Mer (à l'époque), Barneville -Carteret de nos jours.
    liens possibles si cela t'intéresse .
    Personnellement, je préfère mille fois les machines à laver (Vedette ou non)aux lavoirs !

    RépondreSupprimer
  21. Tu as parfaitement composé la photo, un beau paysage et une maison abandonée (maison des chèvres? ;-))
    What makes it special is the light inside the ruined cottage, as if a lamp is on and someone is in, (Monsieur Cergie, éleveur de chèvres peut-être?)

    RépondreSupprimer
  22. niché dans un écrin de verdure un ruisseau vous conte souvenirs

    RépondreSupprimer
  23. C'était le bon temps celui des lavandières. Un moment où les femmes pouvaient se retrouver entr'elles (sans leur mari à leur trousses) à papoter de tout et de rien (j'aime bien l'expression de Lyliane : laver son linge sale entre amies).
    Chez Delphinium son linge sale seul dans la machine se lave tout seul. Chez moi, je le mets délicatement dans le tambour et j'entendst ma machine tourner, tourner, essorer et mon linge est content quand je le sors, car lui, je ne l'ai pas tapé pour l'essorer.
    J'ai pratiqué le lavage en lavoir dans mon enfance. Mais maintenant je me dis que c'était peut-être le début des la polution des rivières. les poissons ont mangé du savon et faisaient des bulles.

    RépondreSupprimer
  24. le savon de Marseille20/1/09 09:47

    Je suis entièrement désolé, j'ai effectivement pollué les rivières et empoisonné les poissons.

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour Lucie,
    Pfiouuu, nous sommes le 20 et j'ai l'impression d'arriver des mois plus tard tellement tu as commentaires :o)
    Et en plus, ils ont déjà dit ce que je pense: j'adore les teintes de tes deux dernières photos. La dernière me fait penser à un tableau.
    Splendiiiiide!
    C'est amusant comme on présente, de nos jours, l'activité des lavandières comme joyeuse, agréable; on les illustre papotant et riant sans cesse en regardant passer de beaux garçons. Je suis curieux de savoir ce qu'il pouvait en être réellement.
    Avec toute mon amitié,
    Patrick

    RépondreSupprimer
  26. L'endroit est magnifique. On dirait presque une composition ! J'adore ce ruisseau et j'adore la pierre rougie de la bâtisse.
    Il y a quelques visages étranges cachés dans ta photo, un peu comme dans les images d'épinal :
    à droite, une pierre ressemble à une tête renversée ; au centre, au fond, un arbuste se combine avec le ciel derrière lui pour dessiner un profil hautain...
    Dans certaines légendes, les Lavandières sont des esprits dangereux et lugubres ; je tente d'imaginer le même style de légende... Avec un lave-linge !! :D

    RépondreSupprimer
  27. il y a quelque chose de surnaturel, comme si le plan de verdure etait trop beau, comme un decor en miniature... Etrange, envoutant, cet endroit tres photogenique.

    RépondreSupprimer
  28. J'entends courir l'eau sur les grandes pierres plates...et je me souviens des brouettes chargées de linge fumant que l'on descendait taper,laver et rincer l'été dans la Loire dans les années......il y a longtemps....
    C'est chouette de me rappeler tout cela

    RépondreSupprimer
  29. Tout a ete dit!! evidemment quand on arrive une semaine en retard...

    J'aurais aimé parlé de ces roches applaties de mains humaines..
    du petit abri de protection pour les averses..
    de ce coin de ciel qui ressemble a un drap sechant au soleil..
    et puis de creche et de santons,j'ai gardé ton lien pour faire quelques achats avant l'annee prochaine...

    RépondreSupprimer
  30. what a pretty photo- i imagine some impressionist painted that scene with linens on a bush and women washing clothes.

    RépondreSupprimer
  31. Superbe image, les couleurs sont très belles !

    RépondreSupprimer
  32. Je connais très bien ce ruisseau, je pourrais même vous dire où ma grand-mère avait son trou d'eau, un peu plus haut que cete cabane vers la gauche !

    ce ruisseau coule depuis le mois de novembre sans discontinuer, ce qui est exceptionnel !

    Le ruisseau coule au beau milieu des arkoses et grès du Rocher de Roquebrune.

    La couleur rouge est due aux roches riches en oxydes de fer. (Grès, argiles, conglomérats rhyolites + Granite)

    Je vais d'ailleurs faire quelques belles photos, en espérant vous montrer quelques cascades !

    A+

    RépondreSupprimer
  33. Un endroit que cette magnifique prise de vue me donne envie de découvrir.
    Beau cadrage.

    RépondreSupprimer
  34. Merci, Cergie, et à demain :quelque chose pour toi!

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives