vendredi 2 avril 2010

Remire-Montjoly (Guyane) : l'habitation Artur

Le 20.11.09 à 15H45
Les vestiges de l'habitation Artur se situent route des plages près du fleuve Mahury (dont le principal affluent est la rivière Comté) et en face du Fort Diamant (classé monument historique).

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage
Ou comme celui-là qui conquit la Toison,
Et puis est retourné plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge!

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province et beaucoup davantage?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine.

Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.


-Joachim du Bellay (1522-1560)-



Le fabricant du chocolat local Walapulu a commencé à réabiliter le site de l'habitation où Artur vivait avec une trentaine d’esclaves. Des visites guidées sont organisées le samedi matin. Cependant c'est accessible à tous à tout moment puisque le chemin vers les vestiges mène aussi au circuit pédestre de Rorota...
Jacques-François Artur est né à Caen (1708-1779). Il a été médecin du roi en Guyane de 1736 à 1771, a épousé une jeune fille créole et a eu cinq enfants.
Il a fait un long voyage. Puis il est revenu avec les siens vivre à Caen le reste de son âge...

Il est tentant de faire le rapprochement avec notre propre père qui a commencé sa carrière au Vietnam, y a épousé notre mère et y a eu deux enfants, mon frère aîné et moi, dans une maison qu’il a fait construire en bois assemblé à tenon et mortaise sans cheville. Puis il a fait construire une maison en parpaing sur une colline de la réserve forestière du Banco (Abidjan, Côte d'Ivoire). Enfin, il est rentré avec femme et quatre enfants finir sa carrière en France et le reste de son âge dans notre maison de famille d’Epinal.

Je m’interroge : que sont devenues les deux maisons, celle en bois et celle en parpaing ?



Joyeuses fêtes de Pâques à tous !
N'abusez pas du chocolat !

Have a nice week-end !
Happy Easter !


23 commentaires:

  1. Quelle végétation verdoyante, j'adore !
    Jolie Photo, Cergie !
    Pour sûr que la maison en parpaings aura résisté mieux que celle en bois, mais qui sait ?
    Nous avons visité aussi 3 habitations en Martinique :
    L' habitation Clément où est distillé le rhum du même nom et où il y a une suerbe maison créole,
    l'Habitation Céron dans le nord, une ancienne sucrerie et sa rue case-nègre et l'habitation Leyritz
    , une ancienne distillerie avec sa rue case nègre aussi mais dont les cases servent de Bungalows pour les touriste. A part la maison du Maître à l'abandon, c'est celle qui nous a le moins plu.
    A lapwochenn !

    RépondreSupprimer
  2. Que de choses il me reste à découvrir...

    Joyeuses fêtes de Pâques a toi et toute ta famille.
    A + :o))

    RépondreSupprimer
  3. se qui est bien ici c est qu on apprends tjr des choses,merci ! et bonnes paques a toi ;O)

    (pour repondre a ton commentaire chez moi,oui va allee au Lycee elle va avoir 13 ans,il n y a aucune equivalence avec la france pour les annees,nouveau ou ancien systheme,se qui fait que les francais avec enfants qui arrivent,env leur enfant a l ecole en Belgique,car ici par exemple les enfants mm petit parlent tjr 2/3 langues,mais le programme de math est moins avance ect...

    d ailleurs ici la "maternelle" comme vous dites en france commence a 4 ans,donc tu vois...)

    RépondreSupprimer
  4. Mais je ne vois pas de table ronde...

    Joyeuses fête de chocolat à toi aussi!

    RépondreSupprimer
  5. C'est difficile de conserver des vestiges dans un pays où la végétation envahit tout aussi rapidement. D'ailleurs beaucoup de civilisations n'ont pas notre "respect" pour les batiments anciens : quand la maison commence à etre trop vieille, on rebatit un peu plus loin...

    RépondreSupprimer
  6. C'est bien ma veine - la photo ne se montre que si je clique dessus!
    Quelle verdure, et quelle lumière!
    (Et je n'ai pas le temps de commenter, même pas de visiter les uns et les autres - à bon entendeur salut!)

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, Cergie.
    Bonjour, aussi, Sieur de Hauterue...
    Le fil de l'affectif est réel, bien qu'invisible...
    La maison en parpaing, tant pis...
    Mais la maison en bois n'est sûrement pas loin.
    Merci beaucoup.
    Et bonnes fêtes de Pâques.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  8. delphinium2/4/10 11:45

    cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu Du Bellay.
    Cette strophe m'émeut particulièrement:
    "Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
    Fumer la cheminée, et en quelle saison
    Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
    Qui m'est une province et beaucoup davantage?"

    Un retour aux sources par la passé, les interrogations par rapport aux lieux de notre enfance, le souvenir des chers disparus... c'est cela qui tisse la trame de notre vie. Merci pour ce beau message ma cergie et bon WE pascal à toi aussi. Pour le chocolat, ne te fais pas de soucis, je n'en abuse jamais. :-)

    RépondreSupprimer
  9. Joyeuses Paques, j'espere pouvoir deguster l'essence de cette fete et pas seulement le chocolat

    RépondreSupprimer
  10. Quelle fraîcheur végétale!
    Bon si il n'y a pas un gros méchant loup pour souffler, peut-être que la maison en parpaing... bien habitée ou enfouie sous la verdure...
    Bises et bonnes fêtes!

    RépondreSupprimer
  11. Le souvenir des endroits de notre jeunesse a presque toujours un goût aigre-doux.
    Les souvenirs les plus poignants sont souvent les légats à la maison de notre enfance et rien il est important comme le paysage qui nous a vus grandir...et la poésie rend bien ce sentiment.
    Bonnes fêtes de Pâques, Lucie.
    Une embrasse.

    RépondreSupprimer
  12. Es-tu allée voir ?

    Je retourne régulièrement voir l'une des maisons de mon enfance londonienne. En Autriche et en Allemagne aussi, les immeubles y sont encore. Mais ce ne sont que des immeubles, construits par autrui, ont-ils une histoire ?

    Joyeuses Pâques !

    RépondreSupprimer
  13. Tu m'épates !
    J'ignorais tout de Jacques-François Artur, né à Caen, comme l'illustre Malherbe...
    Chacun(e) trouve les échos, parallèles qu'il veut dans cette histoire (champ de conscience, toujours)
    Bien sûr, j'adore ce poème, et la lumière de ce coin verdoyant .
    (J'irai voir tes liens +tard)

    Tu m'épates, mais tu me fais peur , avec tes histoires de fantômes informatiques !Tu en sais plus que moi sur moi ...
    Et le film de Polanski ?

    Joyeuses fêtes à toi aussi!

    P.S.Ne pas abuser du chocolat...Jusqu'où va le "politiquement correct"!Tu plaisantes, je pense!

    RépondreSupprimer
  14. www.evene.fr/lieux/actualite/voyage-basse-normandie-tourisme-caen-litterature-2172.php

    "Enfin, Malherbe vint "!

    RépondreSupprimer
  15. Les nuages nagent comme des enveloppes géantes, Comme des lettres, que s’enverraient les saisons.
    Kadaré

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Lucie! On ne voit pas beaucoup de l'habitation... ;)
    Bonnes Pâques!!

    Merci pour ton appui à Blogtrotter 2, maintenant en train de partir de Miami par voie aérienne; mon œuf de Pâques pour toi… ;). Amuse-toi et bon week-end!!

    RépondreSupprimer
  17. Je n’ai peut-être pas la nostalgie de du Bellay, peut-être parce que me pays ou j’habite maintenant me plait beaucoup ?

    Tu devrais absolument faire un tour au Vietnam ! Je ne sais pas si tu trouveras la maison que ton père a fait construire, mais tu trouveras un pays et une ambiance que vont t’émerveiller !

    Bonnes fêtes !

    RépondreSupprimer
  18. évitez la crise de foie de très peu ;o) j'ai pas pu tout manger, une première pour moi....Sinon pas de chance, parti pour photographier la ceremonie des pâques orthodoxe et finit sous une tempête de grêle (juste pris quelques photos, donc je bloggue demain)....Bonne pâques a toi et a+

    RépondreSupprimer
  19. Touchant "rapprochement" entre des vies distantes dans le temps et l'espace et dont tu as repéré ce point commun du retour au lieu d'enfance. Qu'est ce qu'on a finalement envie de retrouver en retournant au pays ? Peut être les émois, les émerveillements, les sentiments qu'on a éprouvés, qui sont définitivement perdus et définitivement inscrits en nous.
    Je trouve la proposition de Peter tentante et raisonnable à la fois !
    Joyeuses fêtes de Pâques, Cergie !

    RépondreSupprimer
  20. Incroyable que tu ai retrouvé ce poème qui a été mis en chanson par Ridan dans Ulysse... Funny

    RépondreSupprimer
  21. Il y a des jardins qui donnent envie d'oublier qu'existent des maisons... ;o)

    RépondreSupprimer
  22. Grandir au Vietnam et en Côte d'Ivoire... quelle richesse ! Et le goût des voyages à jamais, semble-t-il.

    RépondreSupprimer
  23. dieus sait que je viens de passer pdt un mois route des plages et que je connais fort bien Rémire Montjoly ou je suis aussi souvent et bien je n'en ai plus entendue parler de cette habitation...je me renseigne OK ?

    comment veux tu que je ne sois pas folle amoureuse de cette nature époustouflante...

    au fait sais tu pourquoi je m'appelle nanou973 ???

    eh oui département de la Guyane bien sûr !!!

    merci encore de parler d'elle et gros bisous

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel