lundi 25 mars 2013

La marinière - the bargewoman

Conflans-Sainte-Honorine (78), le 24.03.13

Sans la marinière, made in France ou non, que serait le marinier ? La solitude, regard sur l'horizon, a ses limites... A la manœuvre, mieux vaut être plusieurs. Et puis au port, soit-il de batellerie, exiguïté des lieux impose solidarité : libre passage sur les pontons et partage des amarrages...

19 commentaires:

  1. LUCIE bonjour encore une si belle photo
    oui je me demande ce que ferai le marinier sans sa marinière
    La solitude existe pourtant et souvent ils la recherchent
    mais un jour ils décident de changer et l'horizon devient si différent pour eux*
    Je n'ai encore jamais pu y monter pour faire une petite balade mais ce serait sympa d'essayer
    Par contre il me faudra de l'aide
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des marinières qui donnent envie d’être marinier ! :-)

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Lucie.
    Ah! une publication que je cueille a point.
    Je ne sais si tu as remarqué il y a une technique pour amarrer est détacher l’amarre sans enlever celles des autres bateaux.
    Bisous A + :))

    RépondreSupprimer
  4. Je reviens sur la publication, ce n'est pas un manège la vidéo ne rend pas la réalité. C'est un bâtiment avec des couloirs dans le noir plein de toiles des zombis des culs de sac de bruits bizarres, c'est super.
    A + :))

    RépondreSupprimer
  5. Pour sourire, la marinière dans un premier temps m'a fait penser au vêtement...

    RépondreSupprimer
  6. Peter a tout dit de la jolie marinière de ton image :-)
    Tu as su cadrer le dialogue entre marinier et marinière et c'est l'essentiel de ton image !

    RépondreSupprimer
  7. elle est très belle ta photo LUCIE

    RépondreSupprimer
  8. La réponse de Peter est merveilleuse!
    Le mot "marinière" est beaucoup plus évocatif et entier que le mot anglais "barge-woman" qui fait très féministe.
    On peut ici s'imaginer très facilement un dialogue entre mariniers: le temps, le dernier nettoyage des berges et peut-être même s'aménager un pot pour plus tard dans la soirée en compagnie des copains...

    RépondreSupprimer
  9. OUI tu as raison et il pleut encore en ce moment
    bisou Lucie

    RépondreSupprimer
  10. capture d'un moment de solidarite et de dialogue... superbe photo!

    RépondreSupprimer
  11. Sur la péniche d'à coté on rêve de soleil et e mer bleue.

    RépondreSupprimer
  12. La manoeuvre peut-être délicate certes, je ne suis en juger.
    En revanche, ton images est très limpide malgré la brume et les couleurs sont belles.

    RépondreSupprimer
  13. Le nom des bateaux nous éclaire sur la personnalité de celui qui les a baptisés. Ici, on voit "Revanche" et "Majorque" ; le premier se bat, l'autre rêve.

    RépondreSupprimer
  14. Fais gaffe car de nos jours la Marine a un prénom pour mener en bateau ;)

    RépondreSupprimer
  15. Il a l'oeil Peter !
    Il n'a pas tort d'ailleurs, on sent un échange de regard entre la belle marinière et le marinier.
    Ta photo fait plaisir à regarder.

    RépondreSupprimer
  16. Tiens , ce billet m'avait échappé!
    Ta photo favorise de beaux échanges , de regards et de commentaires

    RépondreSupprimer


  17. Mon père est marinier
    Dans cette péniche
    Ma mère dit la paix niche
    Dans ce mari niais
    Ma mère est habile
    Mais ma bile est amère
    Car mon père et ses verres
    Ont les pieds fragiles

    - Avez-vous jamais vu, hein ?
    Monter cristaux
    Et baccarat sur un
    Bateau
    Quand père me dit : "Va Lise
    Sors le cristal
    Qui est dans la valise
    J'ai mal
    Je sors un 'coup' du servic'
    Pour sa liqueur
    Ça nous pousse à quelle heure ?
    Vers six
    A c'moment la mère monte
    Leur cass' les pieds
    J'ai pu sans fausse honte
    L'épier
    Pour ce qui est de l'hygiène
    Là nous l'avons
    faut bien sur un bateau
    L'avoir

    Quand il y a de la julienne
    Nous l'avalons
    Père essuie ses lattes au
    Bavoir
    Et puis comme il va boire
    Sans son bavoir
    Pour l'empêcher mèr' perd
    Ses verres
    Et quand père remet ça
    Sur le tapis
    Son cœoeur pleure mais sa
    Bouch'rit

    Rugissant par la glotte
    "hr-hr" fait l'un
    Il a tout du félin
    Fait l'autr'
    Ma mère à son tour gronde
    Fait des "hon-hon"
    Ces sons aussi sont de
    Lyon
    Alors mon père traite
    De sale amie
    Celle qui fut sa mie
    Rosette
    Que voulez-vous de plus qu'on
    Vous serve là
    Tout fut dit au bout d'un
    Ah ! Ah !

    Boby Lapointe

    RépondreSupprimer
  18. Moins poétique que ta photo, mais d'un humour ...bien particulier

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel