jeudi 27 mars 2014

Jour de marché - Market Day

Le marché couvert - the Covered Market
Prise à Epinal (Vosges), le 17.08.2013 à 10H30

Presque trois ans (le 10 juin 2011) que je n'ai pas fait de message sur Epinal, ma ville de famille et pourtant j'y suis allée. Plus d'une fois. Le marché Saint Joseph de Thérèse et le marché couvert de Claude m'ont remis en mémoire ces deux images que je partage aujourd'hui.

Notre maison donnait sur la place Saint Goéry, comme l'actuel office du tourisme et la basilique Saint Maurice. Le marché forain se déroulait tous les mercredis et samedis matins. Je l'ai connu occupant toutes les rues adjacentes de la basilique et du marché couvert ainsi que la place des Vosges. C'était un beau marché. Devant la maison il y avait un marchand de rideaux au mètre. Autour du marché couvert des cueilleurs de champignons ou de brimbelles (les myrtilles) en saison. Sous le marché couvert des petits éleveurs proposaient leurs volailles, leurs lapins, leurs oeufs. Nous leur avions acheté des petits lapins que nous avions dissimulés dans la loge de notre jardin à l'insu de nos parents. Par la suite il m'avait fallu en assumer la responsabilité, allant les nourrir dans le froid et le noir de l'hiver après l'école (mon frère aîné était étudiant à Nancy, mes petits frères étaient trop jeunes) alors qu'il n'y avait pas d'électricité. Il y avait aussi le marchand de gâteaux en vrac, les mous et les durs qu'il fallait conserver dans des boîtes en fer différentes, que nous ouvrions au goûter.

Je n'avais pas la même perception du marché qu'en avaient mes parents. Aujourd'hui elle a changé car je ne suis plus une enfant et puis le marché couvert à la structure métallique de la fin du 19ème a été rénové en 2005, les commerçants ne sont plus les même. Lorsque nous sommes à Epinal, nous allons le samedi matin de bonne heure acheter des légumes à l'extérieur à des maraîchers qui ont des variétés de courges ou de tomates anciennes. Pour Patrick des chaussons à semelles de feutre (des charentaises), il n'est que là (et en Bretagne) qu'il en trouve encore. A l'intérieur, des fromages locaux (munster), des laitages, des brioches ou des kougelhopfs, des tourtes ou des pâtés lorrains. Et, vendues par lots, des palettes et des épaules fumées...

La place des Vosges
Prise le 17.08.13 à 11H24

Avant de remonter chez mon frère et ma belle-soeur, nous prenons un pot au café du Commerce où, lorsque j'habitais Epinal, seuls mes jeunes frères avaient leur pratique. C'est assise en terrasse que j'ai pris la photo des façades. Les enseignes ont changé. Le marchand de meubles, le buraliste, l'opticien, la confiserie... Tous disparus...

21 commentaires:

  1. revenir sur ces pas, je trouve que c'est toujours un peu frustrant. On aimerait qu'il reste un peu de nous , mais les villes bouges. Beau post, belle emotion, et toujours de belles photos de la France (tu vas partir pour faire une expo a la Depardon et son tour de France)

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Lucie.
    Un peu de nostalgie ce matin.
    C'est jour de marché ici aussi ce matin.
    Je n'y vais pour ainsi dire jamais, l'ambiance des marchés d'antan ont disparue de nos jours.
    Dans ma prime enfance c’était la fête dans notre coin nous appelions ça "la Foire" sans doute parce que il s'y vendait aussi du bétail!
    Gros bisous, belle journée.
    A + ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Nostalgie quand tu nous tiens. J'aime ta dernière photo, cette petite touche de bleu au soleil. Inévitablement, les choses changent mais restent alors les souvenirs d'enfants qui façonnent notre vie. J'ai bien ri en lisant que tu avais acheté des lapins à l'insu de tes parents. Tu es petite coquine! Quant aux charentaises, j'ai un ancien collègue qui rêve d'en faire l'acquisition, je devrai l'envoyer à ton petit marché.

    Je t'embrasse et te souhaite une belle journée.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai tout de suite pensé aux articles de Thérèse et de claude en voyant ton titre, et ta photo, et aussi à Depardon .

    As-tu vu le film "Elle s'en va ?"? Road Movie à la française entre industrialisation et ruralité- avec des plans à la Depardon

    RépondreSupprimer
  5. Belle structure métallique, charmante et fraîche commerçante à gauche.
    La photo 2 a un petit côté "commerces d'autrefois"

    RépondreSupprimer
  6. J'aime bien ces ambiances de marché... Chez nous, le Marché Couvert n'abrite plus le marché mais des expositions (de temps en temps)...

    RépondreSupprimer
  7. LUCIE bonjour et bien nostalgie quand tu reviens !!!
    j'adore cette ambiance LUCIE et ce marché est vivant c'est tellement important
    des sourires à prendre pour la journée et là tout va bien
    J'aime beaucoup la deuxième photo pour ce bleu que je trouve si beau
    J'aime le matin ouvrir mes fenêtres pour justement avoir mon bleu aussi
    bisou LUCIE

    RépondreSupprimer
  8. J'aime revenir sur mes pas pour sentir le mouvement du monde. La France n'est pas le pays idéal pour celà , un peu trop confite dans sa gloire perdue mais j'aime aussi le goût métallique de ces structures. C'est toujours intéressant de faire une petite balade avec toi

    RépondreSupprimer
  9. Charivari28/3/14 16:00

    Je te sens un peu chagrine...

    RépondreSupprimer
  10. J'adore le cadrage de ta première image, au ras des sachets de gâteaux, en plein vers cette magnifique structure...Et puis le sourire de ton premier plan !
    Et bien-sûr le cadrage plus sage de la deuxième image, ce joli bleu, les vieux volets en bois et le réverbère...
    Les commerçants et les maisons de notre enfance ont définitivement élu domicile dans nos coeurs.
    Bisous nostalgie, Cergie !

    RépondreSupprimer
  11. Epinal, quand on ne connait pas, on pense aux images. Il doit bien en exister avec des marchandes d'oeufs...

    RépondreSupprimer
  12. Magnifique cette évocation de souvenirs d'enfance...
    Belles images certes, mais, je suis encore plus ému par ce que tu racontes.

    RépondreSupprimer
  13. j'aimais aller aux halles couverts dans ma ville mais le fait qu'il y avait pas beaucoup de fréquentation et ben à la place ils ont mis un centre de boutiques fleur d'eau

    RépondreSupprimer
  14. Comme quoi Thérèse a ravivé des souvenirs pour toi et de la tristesse pour moi, J'aurais bien voulu connaître les Halles de la ville.
    J'aime beaucoup les structures à l'ancienne. Je sais que tu sais que j'ai connu les Halles de Paris, malheureusement disparues.
    Je suis allée au marché samedi matin.
    Il faisait beau et il y avait du monde. Cela permet aux gens de se rencontrer et de papoter un peu ; c'est ce que j'ai fait avec un couple qui avait tenu l'ancien Hôtel de France qui est maintenant un truc à pizza et autres kebbab.
    Merci pour ce joli post et pour avoir cité mon lien.

    RépondreSupprimer
  15. Je voulais dire aussi que j'ai une préférence pour les marchés couverts que pour les marchés des rues.

    RépondreSupprimer
  16. Les halles de ton enfance avec leur structure métallique rénovée, plutôt que détruites et remplacées par du béton (comme à Avignon) quelle chance tu as !

    Quant aux devantures modernes qui remplacent celles des anciennes boutiques, c'est désespérant.Vu que pratiquement toutes les enseignes sont à succursales multiples, on retrouve les mêmes devantures un peu partout et tous les centres villes finissent par se ressembler :-((

    Merci pour cette évocation de tes souvenirs d'enfance, j'aime bien ton histoire de petits lapins.

    RépondreSupprimer
  17. je trouve la dernière photo très sympathique
    on est parfois déçu quand on retourne dans les lieux que l'on a connus plus jeune;
    je suis allée à Epinal du temps de ma jeunesse folle, quand j'étais monitrice de colonie au Val d'Ajol

    RépondreSupprimer
  18. "Le marche" en lui-meme reste un point commun pour pouvoir deviser,bien heureusement. Depardon: bien sur.
    C'est celui de Tournefeuille dans une demi-heure... j'irai bien sur, notre cellier est vide et puis notre maraicher compte sur notre passage pour son gagne-pain.

    RépondreSupprimer
  19. Lucie je viens te dire bonsoir
    j'espère que tu vas bien
    ici il fait chaud tu sais au soleil alors je reste à l'ombre
    bisou

    RépondreSupprimer
  20. Nostalgie, quand tu nous tiens...

    RépondreSupprimer
  21. Oui, c est partout pareil, il existe dans mon coin d Alsace à Altkirch un marché de la St Martin, une fois par an, tous les marchands de bestiaux ont disparu, les marchands offrent la méme camelote c est à dégouter.
    Bonne soirée Latil

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel