mercredi 18 novembre 2015

Bonhomme - Draw-a-Man

Grand Palais (Paris 8ème), le 12.11.2015 à 17H13

"Picasso.Mania". Ou "un Picasso mythologique au Grand Palais" comme est titré ce compte rendu du "Gentleman Moderne" racontant bien mieux ma propre visite que je ne l'aurais fait moi-même... Cet article cite même cette phrase de Picasso qui illustrerait fort bien ma première photo : "Quand j’étais enfant, je dessinais comme Raphaël mais il m’a fallu toute une vie pour apprendre à dessiner comme un enfant"... AILLEURS, j'ai trouvé celle-là : "L'art lave notre âme de la poussière du quotidien"...
A peine sortie de l'exposition, je voulais déjà y revenir...

16 commentaires:

  1. Coucou Lucie.
    Sans doute jamais ne comprendrais je Picasso, ce qui m'importe peu...
    Par contre je comprend très bien ceux qui collectionnent ces toiles (une façons d’échapper à l’impôt) .
    En son temps ce fut un génie, le moindre gribouillage valait une fortune il aurait bien eu tort de sans priver .
    Bisous, belle journée.
    A + ☺ ♥ ☼

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois tant mieux s'il n'a pas crevé de faim comme tant d'artistes. C'est vrai que certains spéculent sur l'art, attendant que les toiles montent. Mais Picasso dans ses moindres gribouillis s'est toujours renouvelé et malgré son âge qui avançait a été un novateur. En tous les cas, moi j'aime tout ce qu'il a fait !

      Supprimer
  2. Bonjour
    Comme Daniel je reste insensible à cette forme d'art ..
    Mais bon peut être qu'il en en faut des adeptes du Grand Picasso
    Bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La petite fille a eu l'air d'avoir aimé ce portrait en particuliers, tracé en quelques lignes et couleurs

      Supprimer
  3. Ho! Sainte des lumières comme j'aime ton prêche...
    Loin de moi de détester Pablo, je peu même dire que je l'admire et franchement j'aimerais bien avoir même un de ses gribouillis...
    Tout comme César tu sais que lui je l'ai croisé en vrai quand il installait sont Pouce à la Défense, nous nous somme même salué (mon regret ne pas avoir profité de l'occasion pour avoir un autographe).
    Tu sais bien que dans mes propos il y a toujours une part de dérision et même parfois un peu de provocation..
    Quelle est la part vraie de ma personnalité dans tout cela ???????
    Bisous, bisous, A + ☺ ♥ ♥ ♥ ☼

    RépondreSupprimer
  4. Coup de coeur pour ta première photo !!! Cette petite fille dubitative devant le tableau (tableau mis à sa hauteur, super !) est un bien joli coup d'oeil, Lucie ! J'aimerais bien être dans sa tête :-) Que pense t-elle ? Je suis pratiquement sûre que rentrée chez elle, elle va réclamer sa boite de peintures ou de couleurs et se mettre à l'oeuvre, la sienne et elle en sera fière définitivement ♥

    RépondreSupprimer
  5. Désolée, mais sincèrement, je n'aime ni l’œuvre ni l'homme.
    Seules quelques toiles, comme "Le Rêve" (on dirait un Matisse) et celles des périodes dites Rose ou Bleue, trouvent grâce à mes yeux.

    Par contre, j'aime beaucoup ta photo de la petite fille, on dirait qu'elle suit le dessin du bonhomme avec sa main !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Lucie, quelle jolie phrase de Pablo Picasso "toute une vie pour dessiner comme un enfant. Cet homme et peintre mythique assez ombrageux parait-il avait une âme d’enfant, une âme d'artiste bien évidemment ce qui aide beaucoup pour créer . je comprends parfaitement la "Picasso.Mania".ayant eu l'occasion de visiter le musée Picasso à Barcelone en 2011 (époque ou j'enregistrais mon précédent disque "Pauvres Terriens" ) . Que ce mercredi soit doux

    RépondreSupprimer
  7. Je raffole de Pablo. J'étais très jeune quand je l'ai découvert par le biais d'une nature morte intitulée : nature morte avec casserole...
    Qu'on puisse peindre comme ça m'avait transportée, on avait donc le droit de prendre des libertés avec la réalité, de se l'approprier et de la transcender, en quelque sorte, avec la peinture.

    Comme il le dit :" L’art est un mensonge qui nous permet d’approcher la vérité".

    Je voudrais être aussi menteuse que lui.

    Sous le charme de la première photo, évidemment.

    RépondreSupprimer
  8. J'aime beaucoup ce rapport entre la petite fille et le tableau du maître, enfantin, mais seulement en apparence.

    La réouverture du musée Picasso , comme tu le sais, l'an dernier, a été pour moi l'occasion d'une visite passionnante.
    J'admire particulièrement ses gravures et céramiques.

    RépondreSupprimer
  9. Dans un autre ordre d'idée, j'ai eu un prof de dessin qui disait:"on débute comme un maître, mais on finit comme un débutant"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Draw- a- man: bonhomme
      ? ! ?!
      Etonnant!

      Supprimer
  10. Santa Lucia prier pour lui.
    Bin ! ding! dong! Tu me semble incollable sur le "Maitre"... Si Si !
    J'aimerais bien avoir le millième de sont talent même si talent là n'est pas d'or...
    Bisous A + ♥ ♥ ♥

    RépondreSupprimer
  11. Une influence infinie en fait puisque nous avons chacun tant de choses intéressantes à dire sur lui.
    Je ne sais si j'aurais été aussi fascinée par cette exposition que par notre visite au musée Picasso de Barcelone qui regroupe en majorité les peintures réalisées pendant sa jeunesse. Nous fûmes fascinés: on avait comme l'impression qu'il avait déjà tout maîtrisé dès l'âge de quinze ans, ce qui explique surement le style si particulier qui suivit. Pour ma part j'ai préféré ses peintures plus lorsque j'étais jeune que maintenant, était-ce parce que je les sentais mieux à l'époque?
    Et bien sur coup de cœur pour la première image: l'enfant, les rayures de la robe qui y font pour beaucoup et la main devant la figure qui sous-entend la réflexion.

    RépondreSupprimer
  12. Oui, quand j'étais petit je ne savais pas dessinais et je ne sais toujours pas...
    Quand j'étais petit, je l'apercevais au premier rang des arènes de Nîmes pendant la féria avec ses grands copains de l'époque, Hemingway et Cocteau. C'était le temps des Maestros : Luis Miguel Dominguin et Antonio Ordonès.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives