vendredi 26 novembre 2010

Route Nationale 4 *** the N4 road

RN4Le 01.11.10 à 15H44

Partir dans l’Est, en revenir et vice versa, nos voitures sentent l’écurie et nous pourrions faire la route les yeux fermés. Je les garde grands ouverts car je ne m’ennuie jamais à parcourir le chemin qui me mène et me ramène chez moi. Les paysages sont toujours les même et toujours différents à la fois. Ce passage au milieu du trajet, où je ne suis pas perdue mais ne m'arrête jamais, est particulièrement vallonné, empli de repères connus que j’anticipe et dont je guette les subtiles variations...

I often pass by there and never stop though...



....................................

Poésie du voyage,
En mots et en images.
Courbes et lacets ,
Couleur dorée des forêts.
Les yeux grands ouverts
j'anticipe les repères

....................................

Route de traverse
Par ma voiture ignorée
Je rentre chez moi

....................................

Et que dire des lieux
Que l'on traverse toujours
Sans jamais s'y arrêter ,
Qui méritent un détour ?
La prochaine fois, promis
Je le prendrai, ce sentier
Ce chemin des écoliers !

....................................


[Poly-mercis à...............]

-Miss_Yves-

15 commentaires:

  1. Il y a toujours de la circulation, souvent du brouillard et maintenant aussi une éolienne sur la gauche. L'éolienne n'y était pas la dernière fois que je passais par là.

    RépondreSupprimer
  2. Cette nationale 4 ressemble fort à une autoroute. Le paysage est chouette avec ses couleurs d'automne.

    RépondreSupprimer
  3. Si tout le monde va dans le même sens, St Dizier va vite être embouteillé.
    Revenir chez soi, c'est toujours émouvant.

    RépondreSupprimer
  4. Hpy, ce champ d'éoliennes que traverse la 4 voies semble avoir toujours été là mais ce n'est bien entendu pas le cas

    Claude, c'est l'endroit le plus "roulant" d'une RN4 qui s'améliore peu à peu, il n'y a plus guère qu'en approchant de Paris, après Vitry-le-François, que c'est galère-galère

    Alain, retour d'un WE de la Toussaint...
    (Où est le "chez-soi" des provinciaux exilés à Paris ?)

    RépondreSupprimer
  5. Poésie du voyage,
    En mots et en images.
    Courbes et lacets ,
    Couleur dorée des forêts.
    Les yeux grands ouverts
    j'anticipe les repères

    ..................................

    Route de traverse
    Par ma voiture ignorée
    Je rentre chez moi

    ..................................;
    Et que dire des lieux
    Que l'on traverse toujours
    Sans jamais s'y arrêter ,
    Qui méritent un détour ?
    La prochaine fois, promis
    Je le prendrai, ce sentier
    Ce chemin des écoliers !
    .................................

    RépondreSupprimer
  6. Une éolienne sur la gauche... Cela se généralise un peu partout en France, sur ma route de travail, j'y ai droit également... Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  7. Il y a longtemps que je n'avais pas pris ce sentier qui conduit à ton site.
    Joli texte. :)

    RépondreSupprimer
  8. t'as raison pour la moiteur en Martinique, pas besoin de crème, ni pour les mains, ni pour le visage, ni pour les talons qui ont un peeling journalier dans la sable. Moi qui suis comme ma maman, qui ai la peau des jambe sèche, là-bas, pas besoin de gras, c'est génial, en plus du bronzage.
    J'ai tellement bronzé de la tronche que je ne peux tjrs pas mettre de poudre, elle est trop claire. Quand je mets du blush, ça ne se voit même pas.

    RépondreSupprimer
  9. "Où est le chez soi de tous les exilés" de partout ?
    J'ai très longtemps parlé de "chez nous" quand nous allions dans nos familles les jours de vacances. Nous sommes tous exilés de l'enfance ou du moins nous le pensons, parce que nous ne la quittons jamais notre enfance, nous la trimballons avec nous, toujours. Et les lieux pour peu qu'ils changent ressemblent à des trahisons.

    RépondreSupprimer
  10. J'aime l'idée du voyage plusieurs du voyage même, parce que le monde des grandes villes est presque toujours égal.
    Seulement la nature réussit vraiment à m'émouvoir.
    Une embrassade

    RépondreSupprimer
  11. Merci à toi, pour le lien, et pour l'étymologie.
    Le film "tous les matins du monde" a fait découvrir au grand public les "folies d'Espagne"

    Raison de plus pour voir dans Polyfollia de multiples jeux sur les mots, autorisés par l'entrée en matière d'AM Cretté: "Bienvenue chez les fous !"

    RépondreSupprimer
  12. d'abords tres beau texte qui accompagne la photo, beau duo pour ton post..

    Donc tu es toujours "on the road again", sale temps, mais meme pas de neige, moi qui avait prevu la tenue de ski pour faire plein de photos...

    Sinon Vendredi soir, j'etais a un concert classique que de cuivre, c'etait grandiose.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Lucie! La prochaine fois...

    La vieille ville de Thèbes (Ouaset, La Puissante) est sur Blogtrotter 2 et attend ta visite. Amuse-toi et aie une magnifique semaine!!

    RépondreSupprimer
  14. Il y a du monde qui va chez toi de là-bas ! Ils te suivront pour revenir chez toi d'ici.

    RépondreSupprimer
  15. Mhuumm... que les couleurs sont belles !

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel