vendredi 14 mars 2008

Paris 3ème : St-Martin-des-Champs et le pendule de Foucault

Le 04.03.08 à 14H05

Une partie de l’intrigue du livre d’Umberto Eco "Le Pendule de Foucault" ("Il pendolo di Foucault", 1988), se déroule au musée des Arts et Métiers. Le premier chapitre nous introduit dans l'église de Saint-Martin-des-Champs restaurée et aménagée en 1999.

"Le parcours est décomposé en trois parties : la rampe, la rotonde et la structure, qui répondent à la singularité de la collection exposée. Les objets sont présentés dans des sous-ensembles qui jalonnent les étapes de cette promenade, l’histoire du Conservatoire dans le déambulatoire, le PENDULE DE FOUCAULT dans le chœur, et dans la nef, la statue de la Liberté et ses éléments, les voitures dans la structure, les avions suspendus à la charpente. Tous ces ensembles, le visiteur les découvre l’un après l’autre, au gré de sa visite"...
(page du site du musée)
La sphère métallique du pendule est parfaitement visible sur la photo, au point de convergence du regard des visiteurs.

La science et la religion...
Le physicien et astronome italien Galileo Galilée (1564-1642) fut réhabilité en 1992 seulement par le Vatican qui veut à présent lui édifier une statue.
Les temps changent...



The FOUCAULT's PENDULUM allows to highlight the rotation of the Earth on itself. (You may follow the link, in English).
One exemplar is in the church Saint-Germain-des-Champs of the musée des Arts et Métiers.
Umberto Eco, the Italian writer is famous for his thriller "The Name Of The Rose ", which was adapted for the cinema by Jean-Jacques Annaud with Sean Connery as main actor (1986). He wrote an other novel, "The Foucault's Pendulum" (1988), which takes place in this museum and begins in the church, of course.
Here are also the first cars, planes, and even a model of the Statue of Liberty, from the French sculptor Bartholdi, dedicated in New-York on October, 1886.


Le 04.03.08 à 14H00

Cette picture de la maquette de la statue de Miss Liberty est dedicated à notre Rouletabille du monde entier en 80 minutes, capitale NYC.
Olivier, guéris et reviens vite !



Olivier likes statues, Olivier likes New York.
We like you, we miss you, we wish you a speedy recovery, Olivier...

20 commentaires:

  1. j'avais adoré le Pendule de Foucault. Après j'ai eu du mal avec les romans d'Eco. ce musée a l'air beaucoup plus sympathqiue que la description (un peu longuette) du premier chapitre.

    RépondreSupprimer
  2. J'espère qu'il reste à Olivier un doigt valide pour cliquer sur "Cergie" et lire ton message. C'est vrai qu'il nous manque notre aventurier du tour du monde en 80 minutes !

    RépondreSupprimer
  3. Les tons gris du metal avec les couleurs chaudes des briques,belle cohabitation..
    De tres belles photos, as usual.

    J'imagine tres bien Notre "Rouletabille",comme tu dis,
    admirant la statue de la liberte et
    lisant les commentaires ,la main droite (Valide) dans un sac plein de Gummy Bears!!!son remede..

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup les deux photos, je ne saurais dire plus la première ou plus la seconde. Comme le disait Marie-Noyale plus haut, les deux couleurs, l'une froide, l'autre pas se complètent parfaitement.

    Dans ton texte je note particulièrement ton souhait que notre Olivier globetrotteur nous revienne vite en pleine forme. Tu as le don de savoir dire ces choses d'une façon si sincère. C'est beau.

    Pour ma part, j'ai été laconique sur mon blog ce matin, comme tu me l'avais suggéré.

    RépondreSupprimer
  5. Super-superbes tes photos!!! Avec ton texte, ça me donne vraiment envie d'y aller (en plus c'est gratos)!

    Le livres d'Umberto ne sont pas tous faciles; "la pendule" est bien?

    La statue est partout! Un "vraie" ou une "fausse" copie?

    RépondreSupprimer
  6. un billet très intéressant d'abord les photos superbes et le lien vers le"pendule" pour rafraîchir la mémoire. J'ai toujours beaucoup aimé le pendule de Foucault (mais je ne suis pas une fan d'Eco).

    RépondreSupprimer
  7. C'est bien qu'on ait toutes les deux un anniversaire de bonheur à fêter presque à la même date. Plein de pensées affectueuses à pour toi.

    RépondreSupprimer
  8. delphinium14/3/08 11:16

    Je reconnais bien là notre cergie nationale qui pense à ses amis de blog qui sont malades, cassés, ou pas en forme. Alors moi aussi je me joins à cergie pour dire à olivier qu'il nous manque et que tout le monde espère une rapide guérison et un retour en forme!

    J'aime particulièrement la première photo. Je ne sais pas pourquoi exactement, certainement cette vue plongeante, prise au-dessus de l'avion. Comme quoi, cergie a toujours la tête dans les nuages, plus haut que les avions qui vont déjà très haut. Il me plaît bien ce musée finalement, l'atmosphère y a l'air très chaude et sympathique. Ce qui n'est pas le cas dans tous les musées. Par contre je n'ai pas encore lu le roman de Eco que tu cites. Là je suis plutôt partie dans une saga de fantasy, "les portes de la mort". Rien de bien joyeux mais c'est ainsi. Je te souhaite un bon vendredi chère cergie. Bises

    RépondreSupprimer
  9. I would like to see this museum as it holds some important pieces of history. Nice photos.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Lucie,

    Je suis restée devant ces photos très admirative - rutilance de la voiture et de l'avion - j'aime ces couleurs et ces matières. Angle de prise de vue osée.. On entre d'un côté pour sortir de l'autre.

    J'aime beaucoup.

    C'est vrai, je ne croise plus "le chanteur".. Je vais chez lui, souvent... je piquerai bien sa poupée... J'espère qu'il reviendra vite, toutes ses chansons à rattraper.. Quoique je me suis laissée dire que Peter le remplaçait? Nul ne dira la justesse des notes...

    Bonne soirée Lucie et Bon WE.

    RépondreSupprimer
  11. bonjour cergie
    je n'arrive pas a suivre ta production est en quantite et qualite
    toujours tres juste
    merci de ces beaux voyages
    patrick

    RépondreSupprimer
  12. c'est formidable de voir les lieux dans lesquels se déroulent le roman? Et quel endroit merveilleux; le contraste des tons chauds et des reflets métalliques - très réussi. Merci de ce regard.

    RépondreSupprimer
  13. Pour des distraits comme moi, c'est très utile d'avoir toujours sur soi un pendule de Foucault et une rotonde où l'accrocher : quand il se décale dans le sens des aiguilles d'une montre, on sait qu'on est dans l'hémisphère nord, sinon c'est qu'on est dans l'hémisphère sud - Il est vrai que depuis on a un peu amélioré la précision et l'encombrement avec le GPS.
    Je crois que j'adorerais ce musée que je n'ai pas encore visité : une des lectures préférées de mon enfance étaient les catalogues de Manufrance. (ceux que je trouvais dans la maison de mes arrière-grand parents, et qui dataient du début du siècle.). Il est fort dommage qu'ils aient disparu, car ils valent aujourd'hui une fortune !

    RépondreSupprimer
  14. Quand nous feras-tu le Louvre ?
    Il y a une expo sur Babylone en ce moment. Tu y croiserais surement Adèle Blancsec qui doit être encore à la recherche des adorateurs de Pazuzu.

    RépondreSupprimer
  15. Bon, je m'excuse d'avoir été absent avec une semaine trop chargée, mais il semble que tout va bien après les crêpes et galettes bretonnes... Les photos du Musée des Arts et Métiers sont magnifiques; je dois y retourner la prochaine fois à Paris... Et le Bar de la Marine? Superbe!
    Bon weekend!
    Gil

    RépondreSupprimer
  16. J’ai du mal à suivre les blogs ces temps ci, cela ne va pas aller en s’arrangent avec les beaux jours qui arrivent…Je préfère tout de même la nature…
    Cela dit, merci de me faire voyager dans un fauteuil.
    Bisous bonne journée.

    RépondreSupprimer
  17. Catherine, je t’avoue que j’ai seulement réussi à lire le premier chapitre, je ne l’ai pas trouvé désagréable. Ce roman nécessite que l’on s’attelle d’une façon assidue à sa lecture

    Nathalie, je crois qu’il ne nous oublie pas. Il a seulement besoin énormément de repos et est encore très faible.
    (Les enfants de mars sont très talentueux mais pas toujours d’un tempérament facile)

    Marie-Noyale, un exemple réussi de la cohabitation du modernisme et de l’ancien. Olivier devrait aimer ce musée : il y est expliqué maquettes à l’appui comment a été construite la véritable statue

    Hpy, laconique sur ton blog et moins sur le mien ce jour là. Laconique ou pas, tu sais toujours parler avec ton cœur

    Peter, lE pendule et non lA pendule, cela balance mais pas de la même façon. De même qu’orgue et organe ce n’est pas pareil. Va au musée, prévois du temps, après je verrai sur ton blog si cette statue est une vraie ou fausse maquette. C’est une maquette. (C’est incroyable, avec fausse ou vraie copie, tu me fais rire)

    Marie-Marguerite, l’on ne peut tout aimer. Il y un pendule de Foucault au Panthéon aussi.

    Delphinium, être tout la haut cela change. Un angle de vue peu courant, cela m’a plus pour une fois de ne pas lever la tête dans une église

    Abraham, I’m sure you’ld like it a lot.

    Mathilde, merci de ton regard posé sur mes photos, bien qu’elles soient différentes des tiennes

    Patrick, tu trouves que trois photos (bon quatre ici) et trois messages par semaine c’est trop ? Je ne mets pas toutes celles que je pourrais mettre, il me semble que certains publient beaucoup plus que moi. Ne te fais pas de souci, que cela ne sois pas une corvée, passe lorsque tu peux, je comprends bien que nous n’ayons pas tous le même rythme

    Lee's River/Zlatovyek, c’est ce qui est bien avec les blogs : tous ces regards différents. Merci à toi d’être passée

    Maxime, je suis contente si ces quelques photos t’ont intrigué et donné envie d’arpenter ce coin de Paris. Moi aussi figure toi j’aimais feuilleter le catalogue (en cours par contre) de la Manufacture. Je m’en suis commandé, virtuellement (au premier sens du terme) des services à thé... en Limoges. C’était avant que nous rentrions définitivement en France et que j’aie ma chambre pour moi seule.

    Jonas, tu aimes n’est ce pas les espaces parallèles où traînent l’ange du bizarre, Pazuzu (que je situe plutôt à la tour Eiffel et dans les catacombes), et Belphégor. Tu avais bien remarqué l’escalier fantôme qui double le réel.

    Gil, ce n’est pas grave, je suis contente de te voir de temps en temps. Je comprends très bien que tu aies une vie en dehors et plein d’amis à visiter également. Merci d’avoir regardé mes autres messages.

    Daniel, je te remercie de ta gentillesse. Ainsi que je te l’ai dit sur ton blog, je comprends très bien que tu n’aies pas le temps de courir partout alors que tu n’en consacre pas beaucoup au net. Si tu as envie tu passes et tu me suis dans mes promenades, même sans commenter, tu es toujours bienvenu

    RépondreSupprimer
  18. The first photo does show a fascinating mechanism!

    RépondreSupprimer
  19. J'ai beaucoup de mal à retrouver mon chemin en ce moment,mais ce pendule me parait un peu encombrant....

    RépondreSupprimer
  20. Je me souviens etre venue lire ce billet, j'avais meme cherche sur le "vaste web" en vain l'horloge ou etait-ce un pendule? Celui que je voyais dans un passage des Champs Elysees du temps ou j'y travaillais, pas dans le passage mais dans un immeuble des Champs. Les souvenirs s'estompent et certains ne reviennent jamais meme avec de l'aide et j'en suis souvent triste.
    Ton billet est beau.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives