lundi 21 septembre 2009

Sillage *** wake

Le 23.08.09 à 12H35

Découvrir autrui et voir son propre visage
La photo, les mots sont alors la partie émergée de l’iceberg
A la dérive sur l'océan d'une vie

To discover others and to find oneself’s face
So the photograph and the words are the tip of the iceberg
Drifting across the ocean of a life

24 commentaires:

  1. Traces profondes ! Emouvant tbleau !
    "L'océan d'une vie" pourrait être son titre.
    Te souhaite une belle journée, Cergie !

    RépondreSupprimer
  2. émouvant tableau, bien sûr :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je m'"instructionne" aujourd'hui Victor Jacquemont avec Peter
    , "gouges" avec toi...
    Gouge: ciseau en forme de gouttière... utilisé par les artisans... travaillant le bois... pour tailler... les contours des pièces à façonner...
    Complexité de l'être humain. Oh merveille!

    RépondreSupprimer
  4. Notre Cergie en pleine philosophie !!!
    Très jolie la sculpture même si elle ne fait partie que de la partie émergée..
    Bisou Bonne journée A +

    RépondreSupprimer
  5. Pour te voir en photo, on a du mal. Heureusement que pour les mots c’est un peu plus facile. Les icebergs se fondent peut-être un petit peu ?

    RépondreSupprimer
  6. Muchu est sans doute plus heureux que le tigre, moins dangereux aussi! lol.
    Merci de ton passage, j'en ai marre !! tu découvre tous les secrets de l'agent Hugo !!! Toi ris si tu veux...la la la
    A + ;-))

    RépondreSupprimer
  7. Etrange tableau...a priori touchant, mais finalement plutôt avec une touche d'humeur.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai connu un jeune homme, nul en orthographe, nul à l'école en général aussi, jusque le jour où il s'est mis à travailler avec des gougères. Il est ainsi rentré au lycée du bois.

    RépondreSupprimer
  9. Des mains sculptant des mains qui écrivent. Il serait beau que ces mains sculptées écrivent celles qui les ont sculptées, comme un jeu de miroirs infinis...

    RépondreSupprimer
  10. Ta photo en lumière latérale donne à ce travail tout son relief, au sens propre. J'aime beaucoup la présentation sur l'établi dans l'atelier, qui parle effectivement du travail des gouges placées à gauche.

    RépondreSupprimer
  11. Avec une gouge, on prend son temps pour écrire les mots, peut-être on dit moins de bêtise...:)
    Magnifique photo et belle allégorie !
    Frederique

    RépondreSupprimer
  12. Pas si nul que cela en orthographe, d'après cet échantillon sculpté ...
    Les gouges -de plus petites dimensions -servent aussi en linogravure.
    Le relief de la sculpture est vraiment valorisé par l'éclairage.
    Oui, il y a différentes formes d'autobiographie...
    Ce pourrait être aussi une belle illustration de la journée du patrimoine.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour, Cergie.
    Dürer n'est pas loin, avec ses mains en travail qui donnent de la lumière à ce qui est enseveli.
    Merci beaucoup et pour tout.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  14. Il faut que je t'envoie, ainsi qu'à Thérèse, deux photos, prises hier à la journée du patrimoine ...

    RépondreSupprimer
  15. Je crois plutôt que c'est de Maupassant ,fais-tu allusion à la nouvelle cruelle intitulée Pierrot ?

    RépondreSupprimer
  16. Une pensée qui va très loin avec une oeuvre très très belle et si bien mise en scène par toi.

    RépondreSupprimer
  17. Quand on écrit pas, qu'on ne peint pas et qu'on ne sculpte pas, il faut essayer de laisser des traces dans le coeur et la mémoire des autres.

    RépondreSupprimer
  18. je vois tres bien qui tu vises avec la phrase gravée "nul en orthographe"....merci, je vais aller bouder dans un autre blog ;)

    Tres beau texte, qui est en harmonie ta photo.

    Comme je suis megalo, tu te doutes que le post sur la journée du patrimoine a Evry est fait sur mon expo ;o))

    RépondreSupprimer
  19. Je ne sais pas si le sulpteur qui travaillait (encore un peu sur demande, quand cela se pr(ésentea) était nul en ortographe, mais lui qui a de l'or dans les mains, n'a plus de travail. Les meubles sculptés ne sont plus à la mode en ce moment. Ses gouges sont rangées dans un tiroir de son atelier, en attendant...

    RépondreSupprimer
  20. Un pensée poétique et un texte beau et profond comme une mer idéale mais difficile à naviguer. L'image est pure poésie

    RépondreSupprimer
  21. delphinium22/9/09 13:25

    "j'écris mes mémoires". voilà ce qu'a commencé à faire mon grand-papa journaliste vers la fin de sa vie, il s'est mis à l'ordinateur, et il a commencé. Je n'ai encore pas lu une ligne, ma mère n'as pas encore tout trié et je sais qu'elle voudra lire avant toute autre personne de la famille, tranquillement. Pour se rendre compte de la partie immergée de son père. Je lirai certainement plus tard, quand le temps me sera donnée. Je te trouve très poétique sur ce texte ma belle et ta photo est une merveille.
    J'aime regarder les mains des gens, te souviens-tu d'un des textes que j'avais écrit sur un petit pépé dans mon coeur? je parlais de ses mains qui avaient travaillé la terre.

    Je te laisse ma petite cergie. J'ai des larmes de fatigue à essuyer. Ce n'est pas une grande journée.

    RépondreSupprimer
  22. It must be wonderful to be able to make something out of wood ...

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel