vendredi 27 novembre 2009

Iles du Salut (Guyane) : une carte postale *** a postcard

L'île du Diable vue depuis la toute petite plage de coquillages de l'île St Joseph, le 11.11.09 à 13H35

"Sometimes called "Green hell", French Guiana shelters a treasure, a piece of paradise."


De la Pointe de la Roche à Kourou, les Iles du Salut se profilent à l’horizon.

Le 11 novembre, jour férié comme partout en France, nos cousins nous y ont menés sur leur Sea Ray 200, bateau à moteur de 6m15 de long.
Ces îles d’origine volcanique sont aujourd’hui un lieu paradisiaque. Elles furent un enfer pour des milliers de bagnards.
De nos jours, plus de ces requins qui se repaissaient des corps jetés à la mer. Et heureusement, car pour aborder l’île Saint Joseph, à moins de disposer d’un zodiaque, il n’est d’autre possibilité que de le faire à la nage.
Saint Joseph offre la seule vraie plage du site. Celle-ci est située juste en dessous du cimetière marin des surveillants. Elle fait face à l’île du Diable qui ne se visite pas et où fut retenu le capitaine Dreyfus. Elle est ombragée de cocotiers auxquels il est possible de suspendre des hamacs pour y passer une nuit paisible bercée par le bruit des vagues... Si on sait occulter la sinistre mémoire de ces lieux...


17 commentaires:

  1. Marrant comme les bagnes ont toujours tendance à être dans des lieux paradisiaques (cf. le bagne de l'île des pains)... Comme quoi le paradis peut vite se transformer en enfer...

    RépondreSupprimer
  2. j'aime le bas horizon de la mer, les cocotiers sur la plage, les garçons qui montent sur les plantes et ce ciel incroyablement bleu...

    RépondreSupprimer
  3. "l’île du Diable qui ne se visite pas" la France aurait-elle honte de son passé où aurai il une autre raison ?

    Une belle carte postale que tu nous envoies aujourd'hui. Ah que j'aimerais encore assez souple pour faire comme les momes de ta photo ;o)

    « Les bagnes de Guyane sont des charniers où, s'alliant à la syphilis et à la tuberculose, tous les parasites tropicaux (paludisme, ankylostomes, ver parasite de l'intestin grêle, amibes de la dysenterie) deviennent les auxiliaires les plus sûrs d'une administration dont le rôle est de regarder fondre les effectifs qui lui sont confiés. Les plus farouches théoriciens de l'élimination peuvent être satisfaits. Les condamnés vivent en moyenne 5 ans en Guyane, pas plus. Toutes ces pathologies sont la conséquence d'une malnutrition sévère, d'un manque d'hygiène évident et les bactéries et virus y trouvent un terrain favorable à leur prolifération. » Me moire du Dct Rousseau (1895 environ, merci Wikipedia)....Évidement, dit comme ça, cela ne donne pas envie de la visiter

    RépondreSupprimer
  4. Tu parles de Dreyfus mais ce n'est pas le même qui est sous le feu d'actualité au Brézil en ce moment et qui meriterait de finir au bagne! Belle photo néanmoins, de palmiers couchés par le vent. A moins que ce soit pour faciliter l'ascension des grimpeurs et autres chasseurs de coconuts.

    RépondreSupprimer
  5. Trop beau pour être vrai...

    RépondreSupprimer
  6. Ah des couleurs qu'on ne voit pas à Paris - même sur la 'plage'!

    J'ai un ami qui est moitie Guyanais qui dit qu'il y a beaucoup de communités différents là bas, ainsi que des vrais tribus, mais finalement chacun reste un peu dans son coin. Etrange pays, loin de la 'France', mais toujours 'utile' pour des choses pas toujours très gaies.

    RépondreSupprimer
  7. Les esprits sont venue vous tourmenter dans les hamacs ? lol
    Une aventure à vivre plutôt de nos jours.
    Bonne fin de semaine :)

    RépondreSupprimer
  8. Grimper vers la cime des souvenirs... pour ne pas oublier tout en regardant l'horizon de demain...

    RépondreSupprimer
  9. On dirait que l'arbre se penche pour aider les enfants à grimper.

    RépondreSupprimer
  10. Comme l'île de Tatihou, autrefois Lazaret, et centre de redressement, aujourd'hui haut lieu de la culture et du tourisme.
    Une vraie photo de rêve (et non de rêverie,désolée pour Nabucco)

    code:periggor...amusant, non ?)

    RépondreSupprimer
  11. J'ai visité l'ile de Diable il y a 30 ans maintenant. Paradisiaque tout est relatif. Mer infesté de requins, moustiques quand le souffle des alizés s'apaise. enfin un bon souvenir puisque j'étais jeune ;)

    RépondreSupprimer
  12. Suivant l'objectif des visites, les observations différeront.
    Des noms lourds de souvenirs, des images de cartes postales. La vérité au milieu.
    Mais ta photo parle de rencontres, de repos, d'horizons différents et on ne peut s'empêcher de rêver.

    RépondreSupprimer
  13. Paradisiaque malgré le passé ? Ca m'a fait penser à la route du Chemin des Dames. Elle est magnifique et pourtant... Bon weekend !

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Lucie! Je ne te croyais pas capable de cet exploit la haut... ;))
    On est au Paradis?

    La Vieille Ville de Bilbao est maintenant à Blogtrotter pour t’amuser, mais pas comme la Guyane... Aie un magnifique week-end!!

    RépondreSupprimer
  15. Je ne vois que ce bleu !!! Et puis après, deux palmiers de connivence avec des pieds agiles qui montent, qui montent...
    Bisous de bon dimanche, Cergie !

    RépondreSupprimer
  16. Dreyfus, Zola… Oui, ce pays et ces iles ne vont jamais perdre ses références. A mon arrivée en France, mes références étaient plutôt le fameux « Papillon », livre contesté (mais bien vendu) et un film avec Steve McQueen et Dustin Hoffman. Maintenant, je sais un peu plus.

    RépondreSupprimer
Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel