lundi 1 mars 2010

Ile Saint Louis (Paris 4eme) : un instant d'eternite *** eternal instant

Le 28.08.07 à 13H00
Jeudi dernier, je suis allée voir "Izis, le photographe rêvé de Paris" [Exposition gratuite à l'Hôtel de Ville (Paris 4ème), jusqu'au 29 mai].
L'attente n'a pas été bien longue, cependant le vent était glacial et un petit crachin a fait s’épanouir les pépins dans la file.
Je suis ressortie abasourdie, retenant d’une main mon pébroque et portant de l'autre le livre de l’expo dans un sac de plastique transparent. La pluie était à présent battante. Plutôt que de rester en plein air pour cheminer vers la station de RER Châtelet-Les-Halles, je me suis engouffrée dans la bouche de métro la plus proche et ai beaucoup marché en souterrain pour avoir ma correspondance.

Israëlis Bidermanas (Marijampolė en Lituanie 1911-Paris 1980) dit "Izis" arrive à Paris en 1930 à 19 ans avec 7 francs en poche sans parler un mot de français. Un solide bagage acquis en apprentissage depuis l’âge de 13 ans chez un excellent photographe va lui permettre de survivre à défaut de gagner décemment sa vie puis de trouver un emploi stable, d’épouser la fille du patron et de réussir comme portraitiste dans le 13ème.
De 1941 à 1944, pendant l’occupation, la famille se réfugie à Ambazac dans la Haute-Vienne. A la libération Izis est à Limoges et tâche d’oublier tous ses savoir-faire de studio pour une série de portraits de 70 maquisards.
[Tel est le destin. On le maîtrise parfois et à la fois il s’impose.]
Puis Izis retrouve Paris. Il travaille pour Paris Match, rencontre Colette, Chagall, Prévert et tant d’autres, va en Israël, à Londres, met en forme ses livres "photo-poème" et photographie Paris dont la Seine et les amoureux...




Avec beaucoup d'humilité, j’ai regardé les photos d'Izis. J'ai lu et aimé son explication :
"J’appuie sur le déclic quand je suis à l’unisson de ce que je vois."

Ma photo a attendu plus de deux ans et beaucoup d'eau du fleuve a coulé avant que je ne me décide à la montrer.
Qu'en est-il de ce couple aujourd'hui ?
Qu'importe. Ces deux là se sont aimés, ô combien, apparemment !
La photographie et la vie enfilent les instants d’éternité...

24 commentaires:

  1. 1) Maintenant tu signes tes photos ;)
    2) Maintenant tu fais du b&w (ou n&b ;o) )
    3) Quoi tu as ete voir l'expo Izis sans me demande si je voulais venir la voir !!!!

    c'est vrai qu'en trois ans, un baiser volé a pu se changer en deux claques et un aurevoir (ça c'est mon coté optimiste ;o)) )

    Tu l'as fait murir,patiner cette photo et la voila devant nous, tres belle et tres emouvante...

    "Voilà c'est fini
    Aujourd'hui ou demain
    C'est l'moment où jamais
    Peut-être après demain
    Je te retrouverai

    Mais c'est fini-hum, c'est fini"
    Aubert (j'ai l'ame noir today, it's all....)

    RépondreSupprimer
  2. Ta photo est très belle, pourtant je comprends ton attente, car tu es entrée dans un moment de la vie de ce couple. Tu as partagé un baiser. Vous avez fait une partouze!
    Non, je ne voulais pas écrire la dernière phrase, elle est sortie toute seule, le clavier s'est mis à se taper dessus.
    La tempête a du le détraquer, lui aussi.
    Bravo encore pour la photo.

    RépondreSupprimer
  3. Olivier, l'expo continue > 29 mai et j'y retourne avec toi qd tu veux
    Ouais, j'ai signé la photo pour montrer qu'elle n'est que de moi

    Hpy, il y avait Reflex aussi !

    RépondreSupprimer
  4. C'est une photo à la Doineau ! Elle est très belle.
    J'aime beaucoup la première photo lorsqu' on va sur le lien. Celles deux deux jambes et des chaussures.
    Je ne connaissais pas ce photographe. Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  5. Quelle chance que mon clavier ne savait pas que Reflex y était. Il se serait déchainé encore plus! Bises à Reflex quand tu le verra la prochaine fois.

    RépondreSupprimer
  6. Elle est belle ta photo. Avec le façon dont ils sont habillés, on dirait une photo des années 50! Ils étaient pas en train de tourner un film par hasard?

    Sinon, les couples qu'on voit s'embrasser en plein ville comme ça sont souvent des amants qui ont pris quelques minutes avant de retourner vers leurs mari/femme respectifs!

    RépondreSupprimer
  7. Quelle photographie! Merci de la partager avec nous. Je pense comprendre cette attente pour nous la montrer.
    La passion... l'instant... l'oubli... la vie... le clic.
    Quel photographe! Je suis partie lire tous les détails... serai-je à Paris avant le 29 mai? L'avenir le dira.

    RépondreSupprimer
  8. Cette photo a été un cadeau d'autant que le couple est bien joliment vêtu. J'ai hésité à la publier pour la raison que donne Adam. Mais on ne voit pas les visages...
    Je retournerai volontiers revoir l'expo avec qui voudra ou pourra...

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Lucie! Mars est arrivé et peut-être cet horrible hiver sera fini...

    Du moins il est fini chez ton post... Je ne croyais poas que la photo pourrait être de 2007... ;)

    Entretemps Blogtrotter 2 est toujours à Haïti, maintenant à la plage Malfini. J’espère que ça te plaira! Bonne semaine!!

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Cergie,

    c'est beau, l'amour.

    Amicalement
    Olivia

    RépondreSupprimer
  11. attention !!!Doineau a eu quelques problèmes après son baiser de l'hôtel de ville, mais tu as réussi une photo culte . un couple habillé un peu comme nous dans les années 60. Merci pour ton lien sur mon blog je ne l'ai pas détruit mais plutôt enregistré.
    Je vais maintenant voir les photos de l'expo en lien chez toi.

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour, Cergie.
    Et moi, je reste immobile devant cette éternité de l'amour...
    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  13. "La photographie et la vie enfilent les instants d'éternité"! Je crois que c'est cela qui m'attire dans l'image, pouvoir fixer l'instant et pas n'importe quel instant: un de ces instants d'éternité. Un instant d'éternité est une expression qui rend bien compte de ce "quelque chose" qui nous touche, qui nous comble, qui provoque une jubilation à saisir quelque chose qui nous caché d'ordinaire et qui nous rejoint à ce moment là, dans ce que nous voyons.

    Ton image est très belle , Cergie !!!

    RépondreSupprimer
  14. Une telle photo, le baiser des bords de Seine, vaut bien une signature ! C'est dingue ça, on dirait une photo des années 50, tu ne trouves pas ? Cette jupe, ces ballerines...

    Au sujet du resto italien : je ne sors pas assez souvent à Versailles, je n'y suis jamais allée... Mais bon, n'oublions pas que je n'habite pas Versailles, je suis une usurpatrice éhontée et opportuniste.

    RépondreSupprimer
  15. Mais elle est magnifique, ta photo !
    J'y ai vu un hommage au baiser de Doisneau .
    Hors du temps...

    IZIS: Merci pour cette découverte d'un photographe véritablement inspiré.
    Le côté onirique, style Chagall est prodigieux , et l'homme qui sort de la bouche du métro encadré d'arbres échevelés n'a rien à envier à Tim Burton ...

    J'ai beaucoup aimé ton petit texte sur mon petit Prince .

    RépondreSupprimer
  16. Tu as plein de cordes à ton arc...
    Du David Hamilton...
    Puis du DOISNEAU...
    Très belle image en tout les Cas.
    Bonne journée A +

    RépondreSupprimer
  17. "... fondamentalement la vie est comme ça: beaucoup de désespoir, mais aussi quelque instant de beauté où le temps n'est plus le même.
    ...un toujours, dans un jamais. "

    Muriel Barbery / L’Élégance du hérisson

    RépondreSupprimer
  18. Je reviens pour revoir cette photo si pleine de sens et puis pour te supplier de publier une de tes photos que tu dois encore cacher dans une de tes manches sur le poème que tu as mis chez Marguerite-Marie. Moi qui aime tant le bois, quelle prière!

    RépondreSupprimer
  19. Ah l'Amour ... Ca me touche à chaque fois !! On sent bien la passion, et j'aurai presque envie de dire qu'ils n'ont pas envie de se séparer ces deux là ...

    RépondreSupprimer
  20. "Doisneau ou "Hamilton" (quoique je ne pensais pas à lui pour la photo de la brume mais à un autre photographe contemporain)...
    Mais y a-t-il un "style Cergie" ? Voilà ce qui fait toute la différence
    J'ai déjà fait un message sur ce poème, Thérèse :
    L'école de la forêt
    Qui faisait suite à celui . Je referai un message tiré des arechives pour la prière de l'arbre alors, voilà une idée qu'elle est bonne.

    C'est encourageant de fouiller dans ses cartons !
    Merci à tous de votre passage !

    RépondreSupprimer
  21. il manque l'hotel de ville sinon tu étais riche

    RépondreSupprimer
  22. Très belle photo, très beau choix du noir et blanc. Quelle ambiance qui se dégage de cette étreinte!

    RépondreSupprimer
  23. LIke others I immediately thought of a past age, 50's or 60's maybe - probably because of the clothes and the style of the photo. I like it a lot, it's a great capture of a great moment, and the composition is perfect.

    I'm not so worried about privacy when the photographs are taken in public places. I wonder how many lovers have been shown to millions on television during sports events for example? And after all, in the UK your photo is taken every 15 secs by CCTV cameras and are we all confident about potential use and abuse of that stuff?

    RépondreSupprimer
  24. This is a great photo for Spring.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel