jeudi 16 novembre 2006

Boissy: la fenêtre ** the window

Cette simple fenêtre aux volets entravés m’a beaucoup posé question. Je ne l’ai remarquée que lorsqu’elle s’est mise à flamboyer. Elle a toujours été là, et je ne l’ai vue que lorsqu’elle s’est teinte en rousse. J’ai pensé à tout ce et tous ceux qu’on croise tous les jours sans y prêter attention jusqu’à ce qu’ils émettent un signal fort. Peut être cette personne âgée si discrète, à la petite vie rangée. Peut-être cette maisonnette avec jardinet, dissimulée derrière un pommier ou un tilleul immense.

Ces volets jamais fermés alors qu’en France on aime tant se barricader, à la différence de l’Allemagne et de l’Angleterre.
J’ai pensé alors à ce livre "la dimension cachée" d’Edward T. Hall (seuil 1971). Cet anthropologue y explique la dimension culturelle du territoire, propos étayé par des exemples. La porte de bureau ouverte ou fermée, la distance de la sphère intime (à quelle distance se tient on lorsqu’on se parle entre amoureux, amis, étrangers). Tout cela varie suivant les pays. Et même dans une famille. Chez nous, la porte de la chambre des parents est toujours grande ouverte, comme lorsque les enfants étaient petits et qu’il nous fallait tendre l’oreille dans la nuit. Les portes des enfants sont toujours fermées.

J’ai cherché à photographier cette fenêtre de façon à la mettre le mieux en valeur possible. J’ai changé mes habitudes : je suis allée chercher mon pain le soir à Boissy l’Aillerie. Nous avons donc eu du pain rassis au déjeuner. Les nuages sont taquins parfois, ils obscurcissent un ciel radieux d’une façon tout à fait inopinée. Cela a pris du temps, mais pour finir, j’ai obtenu cette photo.

Une petite fenêtre de rien peut vous donner beaucoup pour peu que vous lui prêtiez attention. Je sais maintenant où se cache la lune quand elle ne se montre pas. Oui, désormais, je sais qu'elle est là. Toujours, je regarderai la fenêtre, en allant chercher mon pain le matin.

That's just a window, its shutters are always opened.
That's not usual. In France, we like to close our home hermetically. The plant is a Virginia creeper, which becomes wonderfully red when autumn is coming. Birds like to do their nest between its leaves. I just noticed this window when its colour changed. Then I'd some difficulties to take a photo with a good sunny exposition. Finally, when I got this picture, I saw... the moon is hidden there when she is not in the sky (with diamonds). It's fine, now I know that...

18 commentaires:

  1. Bonjour Cergie,

    Belle teinte et très jolie prise.
    Selon la lumière du jour, notre émerveillement "change".
    Il arrive que le regard alors que l'on porte sur un objet, une façade de maison, une fenêtre se transforme.
    Bravo, tu as su mettre doublement cette fenêtre en valeur: texte et photo.
    Excellente journée

    RépondreSupprimer
  2. Est-ce que le livre explique pourquoi on se barricade en France? Ca m'a toujours étonné. Il n'y a pas seulement les stores et les volets, il y a aussi les murs, parfois très hauts, autour des propriétés. (Je n'ai ni volets, ni mur et à certaines fenêtres il n'y a même pas de rideaux. Et les portes sont presque toutes ouvertes, là où il y en a.)

    PS. J'aime vraiment beaucoup tes textes avec les photos.

    RépondreSupprimer
  3. It's a beautiful photo and it is topped off by your wonderful discovery!

    RépondreSupprimer
  4. Tu as réussi à bien la mettre en valeur cette fenêtre, qu'elle est jolie avec ces feuilles multicolores. Quelle intrigue aussi lorqu'on songe aux habitants. Très belle photo Cergie.

    RépondreSupprimer
  5. Alors que l'on soit bien d'accord, tu ne m'as pas battu de vitesse ce matin, car quand je suis passe à cergie (vers les 4h20) il n'y avait pas encore de nouveau post. non mais...

    Alors bravo, la photo d'abord est superbe avec cette ombre dans la fenetre et de plus sacrifie du bon pain pour une belle photo, bravo.

    Se rapport entre les personnes agées que l'on ne remarque pas et cette fenetre est grandiose. en effet on passe souvent a cote de gens (ou de maisons) sans faire attention, jusqu'au jour où, un detail change notre vision.

    Maintenant pour les volets fermes ou pas, a Evry (placer yes) il y a beaucoup de grands ensembles (et c'est aussi en partie ce que l'on appel une ville dortoir) et que les gens ferment leurs volets, je trouve cela normal, c'est pour oublier leur longue journee, ne pas voir ce qui recommencera demain. Mais je me rapelle à Nancy, les volets etaient fermes tôt aussi.

    Bonne Journee

    RépondreSupprimer
  6. This is lovely! I attempted a window shot just yesterday, but it didn't turn out they way I imagined. I love this shot!

    RépondreSupprimer
  7. Enigmatique et joyeuse,celà ne va pas vraiment ensemble,mais les couleurs sont tellement jolies que je préfère imaginer une Belle recluse qui lit l'avenir dans le globe laiteux de le lune...

    RépondreSupprimer
  8. Wow, beautiful window, wish I have one.

    RépondreSupprimer
  9. Une merveilleuse fenêtre pour venir y chanter la sérénade.
    Elle me rappelle la dernière pantoufle que j'ai reçue sur le museau !

    Belles couleurs, Cergie.

    RépondreSupprimer
  10. Gorgeous window photo! Gotta love it.

    RépondreSupprimer
  11. lynn, bonjour, j’aime beaucoup tes coucous matinaux
    C’est vrai, la lumière change la vision des choses. De même que le maquillage ou l’habillement.
    Il y a aussi le regard que l’on porte : un regard amoureux transforme et embellit
    Merci pour ce commentaire chaleureux sur mon travail
    Ton regard, vois tu, l’as embelli à mes yeux
    hpy, ce livre est passionnant, très facile à lire. Je ne l’ai pas retrouvé car je suis encombrée de livres Je ne me souviens plus s’il parle de ce point précis du barricadement en France, j’avoue que cela venait de ma propre observation
    Chez moi non plus, bien qu’ayant des porte fenêtres, je n’ai pas de rideaux : j’ai seulement collé des faux oiseaux de proie sur les vitres pour éviter ce qui était fréquent que les oiseaux (mésanges, merles, et même une fois chouette chevêche) s’y heurtent
    all seeing eye, tu chantes bien, l’ami
    san nakji, thank you, I do like how you are always believing my stories
    reflex, je suis contente que tu l’apprécies, de cette fenêtre en tout cas (à l’ouest), on ne peut prendre que des couchers de soleil et des derniers quartiers de lune
    ;)
    olivier, des fois je dors, la nuit (que personne ne rigole, ça arrive, oui)
    J’ai bien aimé l’ombre sur la boule aussi
    On pourrait étudier les us suivant les différentes régions: ds les vosges, tu entres dans un long couloir à cause du froid, et dans l’ouest directemt dans la cuisine. Le climat aussi forge les comportements
    stephen, you must try again; it’s the same than for the moon. Nevertheless, the window needs just a sunny day
    chamamy, on peut imaginer ce qu’on veut d’après une photo, on a le droit
    Ton interprétation me plait beaucoup aussi
    godknows, thank you for complimenting
    The leaves have disappeared now. Would you still like to have this window?
    maxime, donne moi un nom, sous quelle fenêtre ces derniers temps chantes tu la sérénade ? Et quelle sorte de pantoufle as tu reçue ?
    tim, thanks, I’m glad you enjoyed it

    RépondreSupprimer
  12. Great windows and Verginia creeper, cool colors! Mary :-D

    RépondreSupprimer
  13. Superbe photo qui incite à l'introspection.

    Mon amoureux me parle parfois de ces volets de la France qui lui manquent ici. Au Québec, on en voit très rarement. Dommage!

    RépondreSupprimer
  14. Very beautiful and tranquilizing view. Excellent colours and composition.

    RépondreSupprimer
  15. Mary and lha64 -> Virginia creeper is really a beautiful plant and so generous

    Vertige -> oui, je pense que les volets peuvent anquer comme tous les petits détails de signalisation, les repères familiers et que l'on retrouve dès que l'on sort de l'aéroport comme si on ne les avait jamais quittés

    RépondreSupprimer
  16. Comme tu as raison, la lumière change tout ! Je me le dis souvent à Sydney où parfois la lumière est si crue qu'elle rend les objets difficiles à photographier, c'est brûlant ou noir. Je pense aussi à Van Gogh et aux autres peintres qui ont eu du mal à s'habituer à la lumière des mers du sud. Mais toi, tu as sû prendre la lumière ici de façon divine, cette fenêtre est une petite merveille ! Bravo pour ta patience et ta persévérance.

    RépondreSupprimer
  17. pour te repondre, j'en profite pour regarder un message du temps où nous n'etions pas encore voisin de blog. Entre autre belle fenetre.
    Je te trouve n'importe quel message quand tu veux, où tu veux, cela s'apelle aussi la memoire (bon ok, j'emmagasine des choses completement inutiles).
    Plus tard quand tu reliras les commentaires, tu te demanderas ce que celui là fait la ;o))).
    Viva la France et qu'on ecrase ces moucherons d'anglais

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel