mardi 23 janvier 2007

La tour, la girouette et la feuille

Prises le 16/10/06 et le 21/01/07.

Lorsque l’on marche en ville, il ne faut pas seulement regarder ses pieds ou les vitrines, il faut surtout lever le nez. La tête en l’air, on voit plein de choses. A la couleur du ciel, à la forme des nuages, le temps qu’il fait, qu’il va faire, qui passe. On découvre aussi les trésors disposés à l’intention des distraits attentifs.
Depuis dix jours il faisait toujours mauvais dans la matinée. Et j’attendais une lumière, propice à photographier cette tour que j’ai mise sur ce blog déjà deux fois. La première fois, pour la girouette et le vent. La deuxième, pour l’ampélopsis et l'automne.
Il y a dix jours, j’avais remarqué que le vent avait balayé les feuilles et dénudé la façade. Dimanche le vent avait changé. Le soleil magnifiait la feuille persistante, d’ordinaire scellée par un couvert caduque...
I showed this tower twice yet. The first time, I spoke about the wearthercock and the wind, the second one about the leaves and autumn. Ten days ago, I noticed how the wind blew the leaves and swept the naked façade. I must wait a suny morning and a good light to take a picture of the permanent leaf usually hidden behind the temporary ones.

21 commentaires:

  1. Alors ça, ça m'épate ! Les photos avant/après, je trouve ça magique ! Mais on retrouve si rarement l'angle et le cadrage exact... là, c'est comme si tu avais laissé son appareil sur pied tout ce temps au même emplacement, c'est absolument parfait ! En plus le sujet est superbe, il y a autant à voir en automne qu'en hiver... avec la surprise de cette feuille sur le mur !

    RépondreSupprimer
  2. Quant à mon commentaire chez Imparfait Présent, oui, son texte m'a bouleversée. Face à ce thème de la douleur en fin de vie, je me retrouve ramenée au choix très fort qu'a fait mon père. J'ai envie d'en parler pour dire haut et fort que les soins palliatifs ne sont pas la seule réponse, que quelquefois une aide à passer de l'autre côté serait plus humaine que la simple gestion de la douleur.
    Mon père a demandé de l'aide, n'a trouvé aucune écoute auprès des médecins qui se sont drapés dans leur serment d'Hippocrate pour ne pas abréger la vie. Il leur en a voulu, beaucoup. Mais bien sûr, selon la législation d'aujourd'hui, ils sont dans le droit.
    Alors il a dû se débrouiller tout seul. Ca n'a pas été le choix d'un déprimé, mais celui d'un indépendant qui voulait vivre debout et non pas écrabouillé de douleur et diminué. Mourir étouffé par un cancer du poumon, ce n'est pas une bien jolie mort. Il en a choisi une autre. Liberté, liberté chérie... je l'admire, je le soutiens, mais je souffre de ce qu'il a souffert.

    (si tu veux éliminer de tes commentaires ce message très personnel et qui n'a rien à voir avec tes photos, je le comprendrai fort bien)

    RépondreSupprimer
  3. Nathalie, je te remercie de ces deux commentaires

    Je te remercie du deuxième surtout que je vais conserver très précieusement pour le lire et le relire
    Je souhaite que ceux qui seront de passage ici puisse le faire aussi...

    RépondreSupprimer
  4. Je voulais commenter tes photos et dire que le vent a tourné, et puis j'ai lu le deuxième commentaire de Nathalie.
    Là je ne peux que lui dire que je suis tout à fait d'accord avec elle. Mon père aussi et mort d'un cancer généralisé qui entre autre faisait qu'il fallait vider ses poumons pour qu'il ne se noie pas. Lui aussi avait souhaité de l'aide pour mourir, mais personne n'a voulu l'aider.
    Je ne peux donc que souhaiter que les vents tournent aussi dans ce domaine, car il n'est pas humain de laisser les gens souffrir comme ils le font, que ce soit physiquement ou moralement.
    On pique bien les chiens et les chats, non? Et on dit que c'est pour qu'ils ne souffrent pas!

    RépondreSupprimer
  5. I think that I love the top photo more. Nature makes leaves more perfect than man could ever create. Nature spoils us.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis de tout cœur avec Nathalie qui dit tout haut ce que nous sommes beaucoup à vivre et à espérer...

    RépondreSupprimer
  7. Magnifiques photos cergie, comme à votre habitude. Mais si on marche en ville, attention aussi de regarder parfois où on met les pieds, et ceci afin de ne pas louper les trottoirs.

    J'ai lu le commentaire de nathalie sur le blog d'imparfait et ici. La douleur reste quelque chose pour moi dont je n'arrive pas à vraiment parler, parce que j'ai trop vu certains de mes proches souffrir en partant. Le sujet est grave, et il mérite réflexion. Il existe en Suisse une association: "Exit"qui est une association qui aide les gens à mourir dans la dignité. Pour ma part, j'estime que chaque personne a le droit de gérer sa vie, de savoir quand il veut partir et prendre les dispositions nécessaires pour le faire.

    RépondreSupprimer
  8. L'herboriste masquée23/1/07 17:03

    Du chanvre!!!! ?????????

    RépondreSupprimer
  9. imparfait Présent23/1/07 18:35

    Et bien! si j'avais sur que ce texte ferait parler comme ça au-delà des frontières...

    Je reviendrai sur ce thème avec une réponse chez moi.

    Pour le moment revenons en au message de Cergie:
    Comme Nathalie, le concept Avant/après est toujours quelque chose qui me plait. C'est toujours intéressant de pouvoir comparer et mesurer des changements, sur des tours, des plantes et aussi sur des personnes.
    Cergie, tu peux utiliser ce concept autant que tu le souhaites. Je suis client.

    RépondreSupprimer
  10. belle trouvaille l'amie cergie. ces deux photos sont tres belles. Amusant, on a quelque chose en commun, dans un quartier d'Evry (Les Epinettes - bientot sur mon blog) on a aussi une maison avec une feuille d'erable.

    RépondreSupprimer
  11. Mais où toutes ces feuilles sont-elle parties ?
    Sans doute pas trop loin puisqu'elles reviendront/sont revenues dès le printemps.
    A la fois là et loin, absentes et pourtant toujours présentes pour ennoblir la façade nue où les projette notre souvenir.

    RépondreSupprimer
  12. Pffutt... Quelle lumière ! Quel ciel bleu !

    RépondreSupprimer
  13. Hey, that's really cool!!! Why is there a leaf on the side of the tower? Is it a company symbol?

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,
    Je suis fascinée devant ce ciel si bleu et cette lumière et dire qu'on est au mois de Janvier...

    Excellente journée à tous

    Lynn

    RépondreSupprimer
  15. Que de contrastes, la feuille peinte est là pour nous rappeler la verdure, le rythme des saisons... Très jolies couleurs.

    RépondreSupprimer
  16. Comme il m'est difficile aujourd'hui de répondre sous ce message !
    Je n'ai aucune légitimité pour renchérir sur les prises de paroles de Nathalie, HPY, Delphinium, Chamamy.
    Imparfait présent a lui même tenu à commenter mon message sans s'attarder plus avant. Je l'en remercie.

    Je tiens à souligner que je trouve bien que nous puissions nous exprimer et ainsi mieux nous connaitre, nous avons une vie en dehors du blog et cette vie peut influer sur la façon dont nous percevons les messages que nous recevons. Il faudrait pouvoir s'en souvenir, toujours en rédigeant nos propres messages.

    nathalie, j'avais un lot de photos et j'ai recadré la photo d'avant qui me semblait le mieux convenir. Il y avait donc un truc
    La feuille m'a surprise bien que j'aie souvent photographié ce mur
    On la voit sur la première photo pourtant

    hpy, le vent a tourné et juste avant que la neige ne tombe, j'ai eu une belle accalmie. L'oeil du cyclone ?

    san nakji, nature is more imaginative
    If not, impossible to create all these form of living

    delphinium, il faudrait donc des yeux au bout des chaussures, certains les ont bien au bout des doigts

    nina louve, de rien

    herboriste, dans certains coins ont été planté des champs de chanvre textile, ils ont été pillés... inutilement bien sûr.
    Cette feuille là tu peux la laisser au mur : nul paradis artificiel pour celui qui la fumerait

    imparfait, merci pour le début de ton intervention
    Je ne sais quoi te dire pour la fin, sinon merci de ta confiance et de tes encouragements.

    olivier, aurais je aujourd'hui loupé la feuille d'érable ? J'ai rien vu. il faut dire que ce n'était pas la maison de quartier

    maxime, le souvenir des absentes, mais j'ai du mal maintenant pourtant à me les figurer
    Chaque printemps pour moi, le renouveau, les arbres qui se rhabillent de feuilles tendres, l'exhubérance des herbes folles et l'assaut des mauvaises me sidèrent... Et puis je m'habitue... un peu

    second souffle, un souffle et les nuages ont fui, un souffle et ils sont revenus
    La girouette a tourné depuis, le ciel est gris

    heather, it's just for the fun. We have some of them in other walls of the town

    lynn, il n'y a pas un jour sans soleil à Cergy, c'est ce que je dis touours mais ces derniers temps il était plutôt présent mais furtif

    reflex, merci, pour les couleurs, secrets de photographe que je commence à piger
    Tu as noté que la première photo est moins belle du niveau couleurs ?

    RépondreSupprimer
  17. Beautiful photos and structure!

    RépondreSupprimer
  18. Thank you tim
    It's a chance to find such pretty building near home sometimes instead of going to take a photography

    RépondreSupprimer
  19. i love the colour hue....it gives a sense of timelessness...

    RépondreSupprimer
  20. Merci beaucoup à ceux qui m'ont exprimé leur soutien.
    J'ai le sentiment qu'il est temps que le débat devienne public et plus visible qu'il ne l'est aujourd'hui. La douleur se vit dans le secret des familles et c'est dommage. On verrait que nous sommes nombreux à partager des expériences similaires.

    Cependant j'adresse à Cergie mes excuses pour avoir ainsi phagocité avec un débat extérieur ces si jolies doubles photos, qui méritaient qu'on ne parle que d'elles !

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives