lundi 12 novembre 2007

Cergy-Saint-Christophe (95) : le Parc du Chat Perché

Le 06.11.07 à 12H15

Bien des chemins mènent de notre quartier de Cergy-le-Haut (rebaptisé les "Hauts-de-Cergy") à celui de Cergy-Saint-Christophe. Les marchés forains des mercredi et samedi matin sont un bon motif de se rendre à Cergy-Saint-Christophe. Il faut 20mn à pieds. Alors, il est possible de traverser le Parc du Chat Perché qui est à mi-chemin. Le parc est piétonnier. Il s'étend sur 5ha. Inauguré en 1985, il est doté d’un beau plateau de sports et d’une butte artificielle. Cette dernière est le point culminant de Cergy. Elle offre une très belle vue sur le Vexin, le Parisis et la Défense.
Cette photo, prise d’un parking en périphérie, est intéressante. Elle illustre la séparation des circulations automobile et piétonne qui, autrefois plus que de nos jours, était une constante priorité des villes nouvelles.
Encore une frontière, imperméable cette fois uniquement aux véhicules à quatre roues...



This park is located halfway between the district of Cergy-le-Haut where we live, and the one of Cergy-Saint-Christophe where sometimes I go by feet to the market. The Parc du Chat Perché (Perched Cat Park) is a vast and pedestrian space. The automobile vehicles cannot enter, so it is quite pleasant to have a walk there...

25 commentaires:

  1. Bonjour cergie.
    Je remarque l'amoncellement de feuilles, j'ai bien envie d'aller les ramasser. Par contre, où est donc le chat perché, j'ai eu beau regarder plusieurs fois, je ne l'ai pas trouvé. :-) Les parcs sont quelque chose d'important dans le villes, sans arbres, sans nature, je crois que je dépérirais bien vite en habitant en ville. Toutes les villes se réclament du label vert, et c'est tant mieux. Maintenant que nos politiques ont compris l'importance d'un urbanisme intelligent, on peut croire qu'habiter en ville comportera aussi des avantages verts. Mais un parc, si beau soit-il, ne remplacera jamais la vraie nature, à l'état brut. Bonne semaine à toutes et tous

    RépondreSupprimer
  2. Le chat est perché tellement haut qu'on ne l'aperçoit pas. Ou peut-être est il enfoui sous les feuilles. Les chats aiment bien se cacher.

    RépondreSupprimer
  3. Alors, ton opinion est qu’avant on pensait plus à la séparation des piétons et la circulation qu’aujourd’hui ? J’avais quand-même l’impression du contraire ? Nos autorités nationales, régionales, communales… ne sont-ils pas devenus un peu plus écologiques dans leur planning aujourd’hui ? Rue piétonnes, nouveaux parcs… ? Si je regarde Paris d’aujourd’hui et il y a 30 ans, je vois une ville bp plus verte. C’est différent dans les villes nouvelles ? Je pensai que le problème se trouvait surtout dans les villes créées dans les années 60/70 ?
    Toi, tu te dépêches comme bp de monde en ce moment, de prendre les dernières photos avec les belles feuilles d’automne ! Un temps aussi pour des belles ballades, à pieds bien sur !

    RépondreSupprimer
  4. Delphinium, il y a feuille et feuille. Je ramasse les feuilles de chêne qui s'accumule devt chez moi. Le chêne permet du très bon compost à la différence du platane ou du marronier. Tu sais, à Cergy en plus nous avons des bois dans la ville. Il parait d'ailleurs que Cergy a trop d'espace vert. Des terrains trop grands pour les maisons. Et puis, nous avons la chance d'avoir de très beaux parterres fleuris.

    Hpy, cet endroit est aussi zone chattière... Rien ni personne ne peut empêcher un chat d'aller où il veut. Lorsque cela leur est interdit, cela les attire encore plus.

    Peter, je parle des villes nouvelles et non des villes ancestrales qui remontent à Haussman pour la rénovation des rues. Oui, on ne traite plus de la même façon la séparation voiture-piéton en dessinant les plans d'urbanisme, c'est très net. Ns avons vêcu à Eragny sur Oise ville nlle des années 70 et c'était plus net. Certaines fois les garages sont même à l'écart. Les camions d'éboueurs ne pouvaient accéder ds les rues et on déposait les sacs poubelles à un coin prédéfini par exemple.
    Dis moi, Peter, tu ne vas pas me reprocher de prendre des photos d'actualité ? Je ne vais pas tjrs mettre des photos de mes vacances quoique j'en aie encore bcp sous le coude. L'automne, le bel automne ne durera pas. Pourquoi s'en priver ?

    RépondreSupprimer
  5. delphinium12/11/07 11:15

    trop d'espaces verts? pouah, ce n'est pas possible! On n'a jamais assez d'espaces verts!

    RépondreSupprimer
  6. Ce sont les NORMES. Du moins en ce qui concerne les jardins individuels. Et oui ! On n'a jamais assez, mais si les jardins st grands (nous avons 450m2 et la norme est plutôt 200m2), cela veut dire une ville plus étendue et un réseau de dessertes plus étendu et donc plus cher à créer et à entretenir. Et puis de plus grands jardins cela fait moins d'espace libre pour tous...

    RépondreSupprimer
  7. Ce n'est peut-être pas pareil partout. Ici les lotissements montent partout, on n'arrête pas de bétonner, les maisons sont construites très près les unes des autres, sans beaucoup de place pour de la verdure. Pas d'arbres, juste une petite pelouse avec les jouets pour les gamins et surtout de la place pour les voitures. J'ai même l'impression qu'on ne réfléchit pas, car les routes d'accès ne permettent pas toujours aux voitures de se croiser. Un sacré bordel en persepctive quand toutes les maisons seront habitées et que chaque habitant aura sa voiture... puisqu'il n'y a pas de transports en commun.

    RépondreSupprimer
  8. a evry je me plains pas, il y a pas mal de verdure,mais c'est que les villes nouvelles étaient pensés de manière bizarre. Notre plus grand quartier (les pyramides) est totalement refermer sur lui même, son propre système de bus, centre commercial, école, and co, ce qui petit a petit nous a fait un très beau ghetto, et maintenant on revient en arrière et on essaye de les re-ouvrir a l'extérieur.
    La question est de savoir, comment toutes ces nouveautés vont évoluée dans les 30 prochaines années.

    Sinon je suis d'accord avec Peter, en plus si cela se trouve c'est une photo recyclée de l'année derniere ;o)).

    RépondreSupprimer
  9. C'est bien agreable de pouvoir se balader sans avoir la crainte de se faire renverser par une voiture. Meme chez nous loin des grandes villes, la circulation est terrible, et marcher au bord d'une route est devenu du suicide, alors on va se balader dans des coins plus retirés, mais la le risque d'agression plane ... snifff il devient difficile de se balader en paix et serein ...
    Bises et bonne soirée
    Adré

    RépondreSupprimer
  10. Tu as mal compris la dernière partie de mon commentaire; pardon, je me suis sans doute mal exprimé! Je voulais dire que tu avais raison de profiter des dernières feuilles!

    RépondreSupprimer
  11. Je ne pense pas, comme on a pu, assez naïvement le croire un temps, que l'on puisse construire d'un trait la cité idéale. Je crois que la ville se bonifie en vieillissant, et elle le fait en se reconstruisant sur elle même, à une échelle de temps qui n'est pas celle d'une ou deux générations, apprenant de ses erreurs, et profitant de ses points d'ancrage pertinents. Celui-ci, avec sa frontière, en est un, j'en suis persuadé.

    RépondreSupprimer
  12. du ciment on veut du ciment ! y'en a marre de touts ces feuilles ;)

    RépondreSupprimer
  13. Ces couleurs d'automne, rondes sous le soleil frais, c'est exactement celles que nous avons ici à Avignon. Ca faisait six ans que je n'avais pas vu d'automne, les eucalyptus, dominants en Australie, ont des feuilles persistantes.

    J'aime beaucoup la réflexion de Maxime sur le mûrissement des villes, ça me semble très pertinent.

    RépondreSupprimer
  14. Il est un peut trop facile de diaboliser l’automobile… j’ai toujours utilisé les transport en commun pour me rendre a nom travail même si pour ce là la durée était beaucoup plus longue.
    Il faut penser, maintenant que tout a était fait pour privilégier la voiture individuelle, à tous ceux qui n’ont vraiment pas d’autre moyen pour aller travailler, je le déplore …

    RépondreSupprimer
  15. L'histoire n'est pas autre qu'un continu se répéter, non seulement d'événements mais aussi de comportements.
    Après l'idée qui pussent coexister différents styles de vie, différentes exigences, on revient
    , inévitablement, à la défense des propres priorités, des choses qui, dans ce cas, nous croyons essentiels pour vivre et ne pas survivre, sur cette planète.
    Voilà alors que les réseaux de clôture, les murs et les défenses d'accès naissent, de tous le demi qu'ils empêchent aux nouveaux barbares d'influencer notre vie négativement.

    RépondreSupprimer
  16. Et voilà, je vais quitter l'automne parisien pour un court été de quelques semaines en Afrique du Sud
    A mon retour en janvier on tache de se connaitre un peu plus

    RépondreSupprimer
  17. Juste rapidement , j'avais oublie de dire que j'aimais beaucoup le nom "Le Parc du Chat Perché" c'est vraiment un beau nom pour un parc

    RépondreSupprimer
  18. bonjour cergie
    la photo transpire le calme et le bonheur de vivre à cet endroit
    patrick

    RépondreSupprimer
  19. There should be many more pedestrian only places. Cars should be banned from cities!

    RépondreSupprimer
  20. Quand j'étais écolier il y a très longtemps, nous lisions en classe les contes du Chat Perché. Je les ai retrouvés dans le grenier l'autre jour. Je ne savais pas qu'un parc avait un nom de conte ou l'inverse.

    RépondreSupprimer
  21. And walks are good for the soul. :)

    RépondreSupprimer
  22. Tout d’abord, parlons nom de rue à Cergy. Je mets un LIEN que je résume. Il y a très peu de noms de rue faisant référence à un personnage. Toutes sont imagées. Le quartier du lycée des enfants fait allusion à des œuvres de Jules Vernes. Il y a des noms du style, rue des météores de paille. Il y a une école du Chat Perché et sans doute le nom du par cet de cette école réfère à Marcel Aymé. Autour du parc il y a la rue des entre-chats, celle des ballerines, de l’arabesque, de la fantaisie

    RépondreSupprimer
  23. Hpy, l’exemple que tu cites n’est pas celui d’une ville nouvelle. C’est du chacun pour soi sans concertation générale. Nous sommes arrivés en avril 88, nous étions les pionniers du quartier. Nos enfants ont fait la rentrée suivante dans l’école du Hazay qui s’est construite dans la foulée. Les équipements étaient prévus et ont suivis.

    Olivier, cela était le cas à Eragny-sur-Oise construite avant Cergy-Saint-Christophe et Cergy-le-Haut. Tout un quartier où il y avait une pyramide aussi quasiment toute la ville nouvelle en fait où les voitures accédaient en périphérie sans pouvoir traverser. Il fallait donc faire tout le tour. Oui, tout évolue et faut voir comment. L’an dernier, Olivier, je ne faisais pas de photos (ou depuis si peu de temps)

    Adré, nous avons vécu en proche banlieue traversée par une nationale. Et bien les enfants se méfiaient. Lorsque nous avons de la visite d’amis venant de là, ils n’en reviennent pas que les voitures fassent attention aux piétons. Les règles ne sont pas les même partout. Il faut s’y adapter.

    Peter, et voilà faut profiter et c’est donc ce que j’ai fait !

    Maxime, bien sûr, on ne peut penser à tout dès le départ avec un organisme aussi complexe qu’une cité. Pour faire un protozoaire il a fallu des milliards et des milliards d’années (je dis ça au pif). Les villes nouvelles ont des lieux d’expérimentation. En ce qui concerne le point d’ancrage, nous avons fait attention en choisissant l’emplacement de notre maison : près de la,coulée verte (promenade des deux bois) et entre les deux bois. Des points d’ancrage.

    L’asiate, ici c’est plutôt béton !

    Nathalie, les eucalyptus renouvellent leurs feuilles comme nous nos cheveux : petit à petit. L’Australie ne peut tout avoir, ce serait trop injuste. (Maxime est toujours pertinent lorsqu’il n’est pas impertinent)

    Daniel, en l’occurrence il s’agit de ne pas amener la voiture partout. Il faut prévoir des circulations différentes. Comme la circulation sanguine dans les poumons.

    Nazzareno, là oui, c’est encore un autre problème. La création de ghetto de riches et de pauvres. On n’en est pas là heureusement à Cergy. Nous arrivons assez bien à vivre ensemble.

    Magali, tu reviendras donc avec les hirondelles !

    Patrick, c’est paisible et il y fait bon vivre, c’est vrai

    SN, and travel by bus as you do !

    Imparfait, je regrette de ne pas t’avoir tagué pour la couverture de livre ! Cependant n’oublie pas que tu as accepté en demandant un délai (ainsi que Delphinium d’ailleurs) de dire dix points que tu aimes en toi

    Tim, you are right and yet hiking is better !

    RépondreSupprimer
  24. Sans doute que les points que je n'aime pas, ça aurait été plus facile...

    RépondreSupprimer
  25. C'est simple alors: tu dis tes défauts, ce sont tes qualités !

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives