mercredi 25 juin 2008

Le lac Tahoe (Sierra Nevada Mountains) : Hue Dia ! *** Gee up !

Le 07.05.08 à 11H50, vers Esmeralda Bay

Imaginez les pionniers laissant derrière eux leur parentèle, la maison qu’ils avaient bâtie, les terres qu’ils avaient défrichées et dessouchées ; emportant leur vie sur leur chariot bâchés, le chien trottinant dessous ; traversant la prairie, les rivières avant la débâcle ; ensuite affrontant la montagne, ses fourrés inextricables, comme ceux-ci, les embûches, les dangers. Avançant à tout prix, sans savoir ce qu’ils trouveraient devant eux ; des indiens, des pumas, des loups, des abeilles ; avec dans la tête des rêves d’Eldorado, non seulement ; des rêves tout simplement d’une vie simple et meilleure en atteignant les côtes du Pacifique.

C’est ainsi que nous avançons tous sans savoir ce que demain nous réserve. Nous ne sommes pas toujours maître de notre temps ni de notre énergie. Cependant, comme les pionniers il nous faut y croire.
La vie devant de toute façon ne peut être que belle...



Try to imagine the pioneers leaving their relations, the house they had built, the grounds they had cleared and cultivated ; carrying all their worldly goods by their covered chariot, their dog running along ; across the meadow, the ice rivers, then through the mountain forest, its unknown dangers ; towards the Pacific Coast, and a dreamed life...

22 commentaires:

  1. J'imagine un billet sur le western, les indiens, l'évolution du regard porté sur eux dans le cinéma américain ...
    Miss Yves

    RépondreSupprimer
  2. je pensais souvent à ces pionniers et découvreurs, quand j'ai voyagé dans 7 états des USA, ils avaient un sacré courage et une grande soif d'aventures, car ils n'avaient pas de guide touristiques pour les renseigner sur les dangers et la météo.

    RépondreSupprimer
  3. "Prends tes chevaux , ta femme et tes gosses
    Là-bas, il y a de l'or
    Prends ton fusil et n'oublie pas tes bottes
    Viens il en est temps encore

    Jette ta clé, laisse la porte ouverte
    Achète-toi un chariot
    Prends une pelle et aussi une pioche
    Là-bas c'est l'Eldorado

    C'est la course vers l'or
    C'est la course vers l'ouest
    Et c'est la grande course pour la vie
    C'est la course des hommes
    Des espoirs et du reste
    Vers l'inconnu des grandes prairies

    En 1800 presque 92
    L'aventure nous appartient
    Garde ton eau
    Ne perds pas tes cartouches
    Fais attention aux indiens

    Car c'est la course vers l'or
    C'est la course vers l'ouest
    Et c'est la grande course pour la vie
    C'est la course des hommes
    Des espoirs et du reste
    Vers l'inconnu des grandes prairies"
    La ruée vers l'or de J.Hallyday

    en regardant ta photo, je me disais plus tôt, imagine une allumette dans cette foret, le feux destructeur doit démarrer en deux secondes.

    A l'epoque, c'etait un grand voyage, un grand changement, tout devenait different , plus de nouvelles des amis et de la famille.
    Maintenant quand tu pars vers un autre eldorado, avec la voiture, l'avion, internet, le téléphone, tu ne pars vraiment dans l'inconnu et tu restes en contact constant, donc tu dois moins de sentir moins seul. Je dis cela, mais quand je suis parti faire ma ruée vers la l'or-raine, j'étais bien content au bout d'un an de revenir sur Evry et re-vivre a coté de mes amis et de ma famille. Je dois pas avoir l'âme aventurière (hors NYC, mais j'ai quand même mis 10 ans avant d'oser faire mon premier voyage).

    Bon mon commentaire pars en coui..e, alors j'ose dire STOP.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai visité deux fois un petit musée sur les colons à Grantville près de Salt Lake City. J'ai même le récit d'une femme colon que j'avais commenc"é à traduire, mais je n'ai jamais terminé. Pour ceux qui sont arrivés au bout de leur rêve, ils ont vécu une passionnante aventure, sans ausun doute, faite de rires et de pleurs.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Lucie,

    J'aime beaucoup cette photo, j'imagine que cela ne te surprends pas.

    Surtout, je voulais savoir si tu allais mieux? Ces petits points dans les yeux... est-ce qu'on endort les yeux? ça doit être douloureux.

    Je te souhaite un bon rétablissement et rapide surtout...

    Bonne journée à toi et à bientôt.

    RépondreSupprimer
  6. delphinium25/6/08 17:05

    "Je suis comme Papa, moi aussi j'aimerais bien aller encore plus loin dans l'ouest mais il faut penser à Marie et au fait qu'elle va bientôt rentrer au collège pour aveugle, à Carie et à Grace qui est encore petite."
    Cela te rappelle quelque chose ma chère cergie?
    Et puis Jack le chien qui trottait toujours sous le charriot. Je ne m'imagine pas faire cela, tout quitter pour aller encore plus loin, le goût de l'aventure... je crois que je ne pourrai jamais vivre très très loin de mes montagnes. Et c'est comme cela.
    C'était des gens courageux. Mais les Indiens ont souffert de ce courage. triste page de l'histoire des USA.
    Je t'embrasse grande soeur et merci pour tout. J'ai bien de la peine à commenter aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  7. Bon alors ! Tu es acheteuse !
    Alors, pour la chaise paillée pour bébé avec accoudoirs, faut prendre une chaise haute de bar et attacher le petit dessus.
    Pour la petite table, on fait sur mesure, c'est sûr.
    Et c'était le premier jour today, ça dure jusqu'au 5 aout.

    RépondreSupprimer
  8. Malheureusement, on ne fait pas dans la puériculture, il faut que tu ailles dans des maisons pécialisées. Pour mon premier petit fil j'avais trouvé une superbe chaise en plastique, costaude, en couleur, et qui après se transforme en petit bureau avec sa petit chaise. Ou alors, tu as l'éternelle chaise en bois.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai lu un roman suédois(?) intitulé "les émigrants" qui raconte leurs rêves , leurs déceptions avec beaucoup de force .
    Ce paysage rend bien compte de l'inconnu et des menaces qui les guettaient
    Miss Yves
    Pour les autres sujets, j'ai répondu sur mon blog

    RépondreSupprimer
  10. Bon,
    Je vais commenter la photo, parce que sur les pionniers et les indiens...je risque de ne pas être dans le ton.
    Une partie claire et désordonnée, en bas, une partie plus sombre, en haut rythmée par les troncs des pins et coupée par les branches.
    Derrière les arbres on devine d'autres buissons, des rochers, peut-être. Le terrain est en pente, en bas il y a sans doute le fameux lac Tahoe. C'est une jolie mise en scène pour nous préparer à d'autres découvertes.

    RépondreSupprimer
  11. You speak of dreams, of the hopes for tomorrow. How often can we go back, always moving forward whether our decisions have made things worse or proved inspired. The thought that what we do will lead to better things drives most of us blindly forward...

    RépondreSupprimer
  12. Je dois dire que ce bois j'inquiète et je ne réussis pas à imaginer les difficultés et les dangers de qui a affronté tout ceci - et de pire - avec des femmes et enfants, et à la désespoir et à la misère qui devaient avoir pour affronter ces risques. Comment je fais à comparer mes petites difficultés avec tout ceci? Je peux tâcher seulement de l'imaginer….
    PS
    Malheureusement en ne connaissant pas bien ta langue je perds beaucoup de les choses qui viennent dites aussi importants, comme celle qui dis à Mathilde, et j'en regrette.
    J'espère qu'il soit tout résolu. Une grand embrassade

    RépondreSupprimer
  13. Ca, ça s'enflamme facilement! Faites attention avec vos allumettes.

    RépondreSupprimer
  14. ok ! Je bvois ce que tu veux dire, je demande à mon chef ce midi et te tiens au courant. On doit bien pouvoir trouvé cela chez un de ses fabricants de chaises.

    RépondreSupprimer
  15. C'est dans le Nevada que l'Oregon trail se sépare entre la branche qui remonte vers l'Oregon, et l'autre qui descend vers la Californie. Car l'Eldorado, comme la côte pacifique est vaste, et chacun pouvait poursuivre le même rêve, tout en empruntant des chemin différents.
    Ces buissons desséchés sont magnifiques, même s'ils étaient d'un maigre réconfort pour le voyageur !

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir Lucie! De retour à la blogosphere après une semaine ennuyante…
    Lac Tahoe est un bon pretexte pour l'aventure des pionniers! «California Dreamin'»!!
    Pour le moment, en attendant l’Algarve Blogtrotter continue à se promener dans les rues de Saint Jacques de Compostelle… Jouit et bonne fin de semaine!

    RépondreSupprimer
  17. Je vois des références à la « petite maison » et au livre suédois (les Emigrants)… Les Olsons (ou Olesens… ) n'allaient en général pas trop loin, vers le Minnesota, , l’Illinois… Moins aventureux ?

    Oui, ta photo fait penser au danger de feu. Ce n’est pas là que je dois laisser tomber mes mégots !

    (Sur quoi, je te dis au revoir pour une petite semaine !)

    RépondreSupprimer
  18. Je n'ai trouvé que des chaises de bar, mais je continue mes recherches !

    RépondreSupprimer
  19. Etant atteinte d'une grande flemme en ce moment (je suis en convalescence suite à une opération à l'oeil qui s'est bien passée), je vais encore répondre collectivement. J'aurai sans doute l'occasion de montrer des images qui me permettront de parler des voies qui ont été défrichées à la fin du 18ème siècle par de courageux pionniers, hommes, femmes avec leur famille.
    Nous avons pris la route historique qui les a mené au Pacific, au dessus du lac Donner. Le nom de lac Donner vient de l'expédition Donner qui a survêcu en mangeant ses malheureux membres décédés : l'expédition avait été bloquée par la neige.
    Ces buissons ne sont pas morts. Ils ont une magnifique teinte argentée qui brille au soleil. Bientôt ils allaient se couvrir de feuilles tendres. Mais nous sommes passés là tout juste après la fonte des neiges, tout au début du printemps.

    Nous allons vivre bientôt d'autres aventures dans ce Far West. Si vous le voulez bien...

    RépondreSupprimer
  20. Soigne bien ton oeil chère Lucie, ménage-le. On te reverra plus tard.
    Merci pour cette évocation de la rude vie de pionniers.
    Nul doute que cela forge un pays et qu'on en retrouve une forme détournée dans la société américaine d'aujourd'hui : la cour suprême qui réaffirme le droit de porter une arme pour tout citoyen, fût-il citadin de Washington DC...

    La cour suprême ne fait que dire la constitution, ce n'est pas son rôle d'inventer une autre amérique, celle que j'appelle de mes voeux, qui cesserait de jouer aux cowboys sur la planète entière...

    RépondreSupprimer
  21. Je vais en reculons pour rattraper mon retard. « Sierra Nevada « cela fait rêver les épopées des pionniers… malgré les atrocités qui ont été commise lors de la conquête de l‘ouest.

    RépondreSupprimer
  22. Well said. Very moving words and picture for me, a former American. When I fly over the western desert I also wonder how the pioneers crossed it, to a new and hard life.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives