lundi 1 février 2010

Saint-Laurent-du-Maroni : "l'echappee belle" de Jerome Mesnager

Le 16.11.09 à 8H35
Rive gauche du fleuve Maroni (en face) : le Surinam
Palmier bâche
Historique de Saint-Laurent-du-Maroni, sous-préfecture de la Guyane
Statue de Bertrand Piéchaud : la peine du bagnard.




Découvrir "Papillon" griffé dans le sol d’une cellule du camp de la transportation ne m'a pas surprise.
Par contre, rencontrer les "libres corps blancs" de Jérôme Mesnager [miens "pays" de Belleville ou Montmartre ; l'un tentant d'échapper au fleuve qui peu à peu le ronge, l'autre blotti dans un recoin du camp vers lequel je m’étais égarée seule], m’a stupéfiée...

Le 14.11.09 à 12H30

[Camp de la transportation 1/3]

25 commentaires:

  1. Artiste-touriste qui laisse ses traces pour le plus grand plaisir d'une photographe !
    Tu as du éprouver comme une impression de deux mondes qui se télescopent ?
    Image forte, celle de la cellule !!!

    RépondreSupprimer
  2. Hi!
    Haven't been around in a while and discovered these vibrant new photos. Wonderful. Here in Northern Cal it's just so winter. Rain Rain Rain. However, we need it and that's good even if it makes one feel blue.

    RépondreSupprimer
  3. tient en direct/live (il est 8h34) au moment ou je vais écrire mon "SUPERBE" commentaire, il se met a neiger dans la cour de mon bureau, c'est beau....et merde je suis au bureau et je pourrais pas courir dans Evry pour faire des photos....
    et bien tu vois, je trouve cette neige qui tombe, va a ravir avec ta photo (en + j'écoute du Saez), un cote nostalgique, un temps rétro (tient un peu de vent, des flocons rentrent dans mon bureau (oui comme j'ai pas froid naturellement, la porte extérieure de mon bureau est ouverte) ). Elle est belle cette statue, elle représente l'abandon, les désillusions, de la vie...tient je vais me prendre un café

    RépondreSupprimer
  4. il ne neige plus et la cour intérieure redevient grise et triste ,o(

    RépondreSupprimer
  5. Et tu ne dis rien sur le bateau?
    Ici il a neigé, la neige reste au sol (c'est pour rendre Olivier jaloux) mais point de corps de Mesnager ou d'un autre dans les environs. Ou alors, caché par la neige et on ne retrouvera le cadavre après la fonte. Très belle composition, la première photo.

    RépondreSupprimer
  6. Super tes photos. Vraiment suprenants. Ceci dit, Mesnager a aussi le droit de partir en vacances!

    RépondreSupprimer
  7. Tu ne dis rien sur la statue et sur le bateau rouillé ?
    Jérome Mesnager, je suis un de ces fans, ai pris des photos de sa production sur les murs de Ménilmontant, Belleville, la Butte aux Cailles…., ai eu le plaisir de le rencontrer et ai même un de ces tableaux sur un mur dans ma petite salle-à-manger… Tu viens prendre une photo pour ta collection ?

    RépondreSupprimer
  8. Fifi, Mesnager s'est déplacé dans beaucoup de pays dont la Chine et sa muraille (voir biographie sur son site). La Guyane c'était en 2005, il en a tiré un livre préfacé par Denis Seznec

    Princess, yes whe need rain and you know that especially in California. This winter we have a lot of snow in France.
    Thank you for passing by

    Olivier, la neige comme le soleil a le don d'enjoliver les choses ; du soleil il y en aura encore plein cette année et de la neige on en a eu pas mal.
    Positivons

    Hpy, ce bateau est échoué et pas loin de la rive et envahi de plantes, que dire de plus ? Il y en a un autre à droite qu'on ne voit pas sur la photo plus éloigné de la rive et plus grand qui se transforme en île. Disons qu'il y a tant d'épaves en Guyane qu'elles font le paysage et que le paysage s'y fond.

    Adam, comme tout le monde. Et de mettre son empreinte ? Il a eu l'accord au moins pour l'homme blotti l'ai-je lu dans son livre, il a aussi peint des cailloux, des feuilles, des arbres (un fromager)...

    Peter, on aura l'occasion de reparler de ton tableau.
    la statue d'un bagnard avec sur le socle des briques fabriqués par eux, et as tu remarqué que la peinture (car ce n'est pas un pocghoir) a la même attitude ?
    Je ne veux pas faire trop long, tu le sais : juste un aperçu et une chose que j'ai ressenti.

    Ici j'ai été troublée de trouver qqn que je ne m'attendais pas à trouver et cela est sans doute arrivé à tout le monde. A moi, par ex, l'appariteur du conservatoire des enfants ds au jardin exotique de Roscoff ou à mon frère des amis aux Dunes de Merzouga au Maroc.

    RépondreSupprimer
  9. Vient envie de désaltérer l'illustration de la peinture sur le mur avec cette bouteille d'eau...
    La suggestion de la photo est incroyable!!!

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour, Cergie.
    En regardant ces photos et en m'appuyant sur tes renvois, je suis bouleversé.
    La deuxième de tes phoos m'étreint énormément.
    Se souvenir, ici où là , des atrcités.
    Merci beaucoup.
    et pour tout
    Le t'embrasse

    RépondreSupprimer
  11. je suis pas d'accord avec toi, je trouve pas que les photos en Sténopé rendent glauques le bois coquibus, justement elle lui donne une forme de dynamisme.

    Sinon, en effet le vintage revient très a la mode...j'ai ressorti mon vieux Polaroïd pour faire des photos d'Ebena, cela rend très bien, moi j'adore...et puis on s'emmerdait pas avec les aspect techniques ;o)) (bien que le Sténopé, il faut bien gérer les temps de poses et de développement, et c'est pas facile).

    RépondreSupprimer
  12. sinon, je pensais pas rencontrer une oeuvre de Mesnager dans un ancien bagne, j'adore cette idée, une tres belle trouvaille

    RépondreSupprimer
  13. odile b.1/2/10 16:55

    Etait-il bien nécessaire d'en "rajouter" au pouvoir évocateur tellement fort de cette cellule aux murs écaillés, salpêtrés, verdis par les ans ?...
    La bouteille d'eau oubliée là, comme une offrande déplacée... :(

    RépondreSupprimer
  14. Nazzareno, je n'avais pas vu cette bouteille lorsque j'ai pris la photo

    Herbert, je montrerai une partie du camp qui se visite comme un sanctuaire avec un guide.

    Olivier, je privilégie en ce moment la photo légère avec mon compact, faut dire que je ne suis pas une vraie photographe, juste une photographe de circonstance. Le reflex permet cependant des images différentes, il faut avoir les deux avec soi. J'ai trouvé cette peinture tout à fait par hasard.

    Odile, je ne pense pas qu'il y ait du sacrilège dans cette démarche, certains de ces bâtiments sont rénovés et réaffectés, pas celui-ci encore. Cette image est éphémère d'ailleurs celle qui est sur la bateau s'efface : il y avait auparavant une sirène et un oiseau. Mesnager a fait un livre préfacé par Denis Seznec qui parle de la Guyane et du bagne ; il faut en parler et que cela bouge pour préserver ce "patrimoine" et en même temps laisser la ville évoluer et vivre.

    RépondreSupprimer
  15. Merci pour ton adorable commentaire Cergie.

    Ce billet évoque pour moi une souffrance qui me touche de très près, aussi je ne peux pas vraiment commenter...

    RépondreSupprimer
  16. Les monuments commémoratifs, on se demande souvent quel message ils veulent transmettre.
    J'aime bien les corps blancs, mais pas partout.

    RépondreSupprimer
  17. On a vraiment un passé peu glorieux mais cette statue réhabilité presque tous ces pauvres bougres enfermés et humiliés dans ce bagne, mêmle si la plupart d'entre eux étaient des criminels,
    J'aime bien le dessin blanc dans le couloir du bage de St-Laurent du Maroni.
    Tu sais, quand je vais à la Martinique, j'ai toujours un peu honte d'être métropolitaine.

    RépondreSupprimer
  18. J'aime cette image du prisonnier sur le mur.quel dommage que la lumière ne soit pas mieux équilibrée

    RépondreSupprimer
  19. Le bagne semble omniprésent dans les lieux que tu nous fait découvrir!!
    Et dire que les prisonniers actuels se plaignent de leurs conditions qu'auraient ils dit à cette époque???
    Bonne journée A + ;o))

    RépondreSupprimer
  20. Beaucoup de force dans les similitudes et les contrastes des deux photos ...

    RépondreSupprimer
  21. Bravo pour le parallèle.
    On sent dans les deux photos une langueur, un désespoir.
    Ton voyage en Guyane me fait rêver et je vois maintenant toutes les similitudes et différences avec la Calédonie.
    Quand viens tu pour toi aussi t'amuser à les découvrir?

    RépondreSupprimer
  22. Le penseur, j'ai pensé en voir la première photo, désespoir, me dit la deuxième.

    RépondreSupprimer
  23. Très émouvant... le coeur qui se sert. L'enfermement intérieur quelque soit le lieu.

    RépondreSupprimer
  24. bonjour je pourrais avoir slp!! la hauteur et la largeur des murs?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Regiane
      Je n'en sais rien, désolée.

      Supprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel