dimanche 15 juin 2008

The Mirror Lake (Yosemite Park ) : Réflexion ** Reflection

Le 09.05.08 à 15H25

Avant 1849 et la ruée vers l’or, seuls les peuples Miwok ou Paiute arpentaient les rives du Mirror Lake. Ils collectaient les rhizomes de ses fougères pour décorer leurs paniers.

N’avez-vous jamais ressenti cette étrange impression de retour en arrière ou de déjà vécu en découvrant une scène ?
Je me suis revue en Côte d’Ivoire, petite fille aux cheveux raides coupés au carré, méduses aux pieds, pataugeant dans les eaux du marigot Banco...



I found these words on a sign near the lake :
"Just above Mirror Lake, bracken ferns grow in large tracts. The root-like portion of the fern is favored for making the black design in Southern Miwok and Mono Lake Paiute baskets..."

When I discovered this stage, I was projected, not only in the past of the local area, but also in my own memory, when I was a little girl playing near the Banco marigot, Ivory Coast...

25 commentaires:

  1. je ne sais pas si c'est un retour en arrière mas c'est une très jolie photo avec cette tache de couleur adorable : elle a un peu le type indien cette migonne fillette dans un décor magnifique.

    RépondreSupprimer
  2. Il y aurait beaucoup à dire sur les indiens d'amérique. Encore un peuple qui a eu laz malchance de tomber sur les visages pâles. Sais-tu que l'Utah a été le dernier état à protéger les indiens, En 1985 ils étaient libres. On pouvait les croiser dans la rue, il y avauit une famille qui vivait dans une petite maison pas très loin de chez nos amis, avec voiture et truck dans la cours. En 1996, il étantient dans des réserves, dans les années Carter, l'homme aux cacahuètes.
    Pour en revenir à ce que tu disais au sujet des 24 heures, l'autoraout Tours/Le mans a été ouvert en décembre 2006 et depuis on ne voit pratiquement plus un anglais dans les rues de Chateau-du-Loir pour les 24 heures. Avant les Hotels étaient pleins à craquer, les terrasses des cafés pleines, il y avait une certaine ambiance qui n'existe plus. C'est un manque à gagner pour les hôteliers, les magasins de toute sorte et les bistrots de la Ville.
    Les anglais venaient avec leurs belles autos, c'était chouette !

    RépondreSupprimer
  3. Voici la photo tant attendue, très belle ,par tous ses contrastes
    - interne :ombre/lumière
    -et externe: l'eau /la roche; la vie/le décor aride quasi lunaire de la précédente.
    L'impression dont tu parles s'appelle la paramnésie, elle s'explique scientifiquement , mais je préfère y voir une trace de métempsychose ...
    La pièce de René de Obaldia "Genousie" brode dans une certaine mesure sur ce thème ...
    Sur un de mes blogs jeudannan, je me suis amusée à réécrire un texte d'Italo Calvino extrait de les Villes invisibles" développant cette troublante impression de "déjà vu"
    Pour les licornes, j'ai pensé aussi faire (faire) un deuxième montage, avec une licorne dans les nuages !
    le peintre symboliste G .Moreau a superbement mis en scène licornes et chimères ...le pouvoir de l'imagination
    miss Yves

    RépondreSupprimer
  4. Il y a un merveilleux livre intitule "American Indians" ecrit par Jack Utter qui repond a bien des questions. Soit dit en passant il n'y a pas de definition reelle pour le mot "indien" ici ce sont les "Native Americans" ce qui sonne plus juste.

    Oui il est beau ce Moma et les expostions sont souvent originales. Je me souviens d'une exposition Yoko Ono ou l'on pouvait eventuellement lui parler en direct en decrochant le combine d'un telephone rouge... ou d'un jeu d'echec ou tous les pions sont blancs... ou d'une autre expostion ou nous avons du faire appel a un gardien pour savoir si la mouche posee sur cet immense tableau "rouge uni" faisait oui ou non partie du tableau! Dommage pour le tableau, elle n'en faisait pas partie...

    Je ne sais si ce sont les effets des depaysements mais l'idee du "deja vecu" nous a egalement rattrape ces derniers jours. Croire en la reincarnation facilite cette pensee bien sur.

    Image eloquente et emouvante que cette petite fille si proche des elements naturels.

    RépondreSupprimer
  5. delphinium15/6/08 18:55

    Coucou ma chère cergie. J'étais presque sûre que tu allais faire une photo avec de ce lac avec quelqu'un dessus. Pas une simple photo de paysage sur laquelle tout le monde aurait dit que c'était joli, mais tu intègres de nouveau l'élément humain dans ta composition. Le minéral, le végétal, l'eau et la petite fille. Très belle composition qui me rappelle que moi aussi j'ai été petite fille et que j'allais aussi tremper la main dans l'eau des lacs et rivières pour voir comment c'était. Sans me douter que je faisais partie intégrante du paysage, sans voir même ce paysage et sans comprendre combien il est important de préserver la nature.
    Hier j'ai regardé un reportage à la télévision sur les Bolivie et les Cordillère des Andes. Là-bas, les hommes pensent que les sommets, les glaciers sont les demeures des Dieux et ils prêtent donc aux montagnes un caractère sacré. Avec les changements climatiques, les glaciers reculent et les croyances populaires sont mises à mal. Pour ces peuples qui parent les sommets de vertus divines, où le simple fait de boire un morceau de glace équivaut à une communion spirituelle avec l'"apu" (la montagne), comment est-ce qu'on peut encore envisager la vie dès lors que l'apu est en colère ?
    Beaucoup d'endroits dans le monde souffrent de l'inconscience des hommes et les croyances que certains peuples mettent dans la nature sont incompatibles avec les explications scientifiques. Il est temps de se rendre compte de nos erreurs, de notre arrogance. Cette petite fille, pour moi, représente, tous ces peuples, loin ou près, qui souffrent de notre mode de vie destructeur. Je t'embrasse chère cergie et passe une bonne soirée et une bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  6. Bonne fin de dimanche, à toi aussi.
    Miss Yves

    RépondreSupprimer
  7. Bon, c'est pas vraiment un lac, ton Mirror Lake, ou alors tu ne nous en montres qu'un tout petit bout.
    Tous les enfants aiment patouiller dans l'eau et chacun de nous se reconnait dans ta photo ; tu as cliqué juste.
    Moi, cela me fait aussi penser à Peter Pan et a ses "enfants perdus".

    RépondreSupprimer
  8. En voyant ta photo, je suis revennue en arrière, j'y étais à Yosémite, j'ai rencontré un ours qui traversait sagement la route, une belle migale grande comme une assiette qui avait perdu une patte, une biche, des merles bleus qui disputaient aux écureuils avec une petite ligne dans le milieu du dos, les cacahuètes que je leur donnais.

    RépondreSupprimer
  9. "N’avez-vous jamais ressenti cette étrange impression de retour en arrière ou de déjà vécu en découvrant une scène ?" Si mais en retournant sur des vieux endroits de mon enfance, des flashback dans ces moments là. Je suis d'accord avec miss delphinium et remarque sur ta photo. tu intègres si bien les gens dans tes photos.
    Un Gros Big Bisou pour aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Lucie,

    Inflexions de l'eau..

    C'est retrouver l'eau, indifférente, libre, son reflet revêt chaque jour des couleurs différentes.

    Libre...

    Revenir en arrière c'est me souvenir de l'ombre lumineuse des enfants qui ne sont plus.

    Et cette petite fille… l'ombre d’un bonheur à la surface du miroir.

    Bonne journée Lucie

    RépondreSupprimer
  11. Que de bonheur dans cette photo, beaucoup de nostalgie dans les commentaires (la grande sœur est adorable !) !

    Je trouve déjà des commentaires tellement complets et justes … je ne sais pas quoi ajouter, sauf à dire que je t’embrasse très fort aujourd’hui, encore plus que d’habitude !

    RépondreSupprimer
  12. Il y a des moments où on a plus que d'habitude besoin de retourner en arrière. Besoin? Finalement, je ne sais pas. Est-ce simplement le passé qui déferle sur nous? Des moment où nous sommes fragilisés par quelque chose qui vient de se passer, peut-être?
    Est-ce utile de te dire que ta photo est belle?

    RépondreSupprimer
  13. Formidable que tu te soies 'reconnue' dans ce paysage. Tout à coup il prend une nouvelle dimension !

    RépondreSupprimer
  14. Nous sommes parti dans un voyage philosophique !!!!!!!
    Miroir à double sens … de l'autre côté du miroir …
    De très belles photos savamment distribuées pour faire durer le plaisir.
    Bise bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  15. Les enfants ont le cadeau de réfléchir partout la beauté de l'innocence, d'un monde où il n'existe pas le mot impossible et la limite unique il est dans leur imagination ...Un monde que nous pouvons regarder seulement.

    RépondreSupprimer
  16. Moi c'est plutôt les odeurs qui me font remonter le cours du temps car le visuel de notre quotidien a tellement changé.
    Une jolie photo mais tu devrais déboucher un peu le visage de la petite fille

    RépondreSupprimer
  17. Un petit ilot de sable entre deux eaux...
    Une petite fille entre deux mondes...

    Tu aurais voulu organiser un tel scenario, tu n'aurais pu mieux faire.
    Tes photos et tes textes font toujours courrir l'imagination,et c'est un regal.
    Bonne soiree,Cergie.

    RépondreSupprimer
  18. Elle est belle et émouvante, ta compo, et elle dit beaucoup de choses; elle parle du temps qui passe, indifférent, comme l'eau, et de la fragilité de la petite fille, sous le gros rocher. Mais elle n'est pas triste, elle est juste tranquille, paisible.

    RépondreSupprimer
  19. Une petite fille qui joue du bout des doigts avec l'eau, on l'a tous fait, la tête dans les nuages se mettant à rever à une vie de princesse, ou de grand prince ... elle est toute douce ta photo j'aime cette ambiance calme !!!
    Bisous
    Adré

    RépondreSupprimer
  20. Beautiful photo! Makes me want to see it for myself. :)

    RépondreSupprimer
  21. Narcisse? une bien jolie reflexion dans l'eau

    RépondreSupprimer
  22. Je viens de réaliser, la petite fille c’est: Alice…

    « Jouant dans sa maison, Alice aperçoit un lapin vêtu à la mode victorienne. Elle décide alors de le suivre jusque dans son terrier souhaitant voir ce qu'il y a 'de l'autre côté du miroir'. Dans ce nouveau monde fantastique tout est inversé, elle devient le sujet d'un jeu d'échec entre une Reine rouge et une autre blanche. De rencontres fantastiques en scènes cocasses, le récit pose la question du rêve et de sa réalité. Sommes-nous rêveurs ou sommes-nous rêvés ? »

    Bisous bonne journée.

    RépondreSupprimer
  23. Passer après tous ces beaux commentaires n'est pas facile. Je crois que je ne vais rien dire et admirer...

    Quelle jolie petite fille tu étais.

    RépondreSupprimer
  24. Merci de nous faire partager ces merveilleux paysages. Bientôt ce sera mon tour !

    RépondreSupprimer
  25. Je ne répondrai pas à chacun.
    Pourtant chacun à votre façon m'avez touchée et émue.
    Alex a relevé tous vos commentaires magnifiques. Elle a raison.

    Merci à tous de la tendresse que vous avez montrée envers cette petite fille, un peu solitaire, et en même temps se fondant dans ce lieu.
    Chacun d'entre vous a retrouvé en elle une part de son enfance, je pense.
    Oui. Merci d'être passés et de m'avoir fait signe.

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives