dimanche 2 mai 2010

Vaureal (95) : le temps des jacinthes des bois *** wild hyacinth time

Le 27.04.10 à 11H00

Lorsqu’il revient le temps du muguet, je chausse mes souliers de marche et vais inspecter les couleurs du bois de Vauréal (dont je sais le nom mais je le tais). Je n’ai pas très loin à marcher. Je pars à droite, tournant le dos à la gare terminus du RER. Je descends la coulée verte qui mène au village. Je monte la grande tranchée herbue qui sépare le bois des pavillons de la ville nouvelle implantés sur les anciennes terres agricoles des hauts. Un sentier souple du pas des promeneurs s’y est tracé. De nombreuses sentes récentes en partent se perdre dans les taillis, menant sans doute à des camps retranchés de petits loups à deux pattes comme ces trois là que j’avais autrefois dans ma meute. Enfin, je m’enfonce dans le bois par le chemin bien aménagé qui le traverse. Ouf ! Une grande nappe bleue est là où je la trouve chaque année. Dans une clairière éloignée des orées et encerclée de ronces, des troncs moussus sont couchés. Pas de cabane de charbonnier, juste les fleurs de jacinthe, les feuilles des sceaux de Salomon et des fûts.
Le temps du muguet ramènera le bleu des jacinthes tant que les arbres les cerneront à distance et tamiseront la lumière. Mais combien de temps encore ? Cette espèce est protégée. D’ailleurs, lorsqu’on la cueille et l’emmène loin des bois, dans la main ou même dans un vase, très vite elle se fane...


"Passant, arrête-toi un instant, lave-toi le regard des beautés qui t'entourent, assieds-toi si tu veux sur cette racine affleurante, fais taire tes pensées du monde, et goûte ce bonheur simple et gratuit d'une beauté offerte. Elle est pour toi, si tu la veux, si tu sais la contempler et l'aimer..."

-Bifane-

Cliquer sur l'image
► la sente de p'tit loup


25 commentaires:

  1. Bonjour, Cergie.
    Je viens avec un brin de muguet...
    Mais je préfère te suivre dans cette natute que tu connais si bien et j'entends les mots que tu viens d'écrire....
    Merci beaucoup pour cette promenade délicieusement colorée.
    Bon dimanche.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. Charmant et bucolique à souhait, un endroit où il doit faire bon rêver!
    Bon Dimanche A +

    RépondreSupprimer
  3. C'est la punition des fleurs sauvages cueillies : elles se fanent pour te dire que tu n'aurais pas du.
    Joli billet du dimanche, que je te souhaite doux !

    RépondreSupprimer
  4. Alors figure toi que mon déjeuner est prêt, na na na nère...
    Cela dit, je peux venir ? J'adore la brandade. Mais alors, c'est quoi ce truc avec les patates ? Ma grand mère la faisait juste avec du lait, de l'huile d'olive et de l'ail...

    RépondreSupprimer
  5. Quelle magnifique nappe bleue et quel beau bouquet de mots !
    Connais-tu la poésie de Novalis et le commentaire que fait Bachelard de son oeuvre:
    "Elle est rouge, la petite fleur bleue!"
    Chez toi aussi peut-être, le feu couve , inconsciemment !
    (Réponse sur mon blog)

    RépondreSupprimer
  6. une superbe photo et avec une chûte : on croit que tu nous amènes à Chaville cueillir du muguet...et surprise c'est une mer de fleurs bleues que tu nous fais découvrir...merci pour cet océan de fraîcheur

    RépondreSupprimer
  7. pourquoi cueillir les plantes sauvages, elles sont si bien dans leur milieu . Un bon petit weekend, cela fait du bien, maintenant le plus long, il faut ranger et trier les photos, des fois je me demande si le plaisir n'est pas seulement de prendre des photos et apres elles devraient disparaitre ;))

    RépondreSupprimer
  8. Euuh oui, vu comme ça, alors je redis ma phrase : il ne faut pas cueillir de FLEURS sauvages, mais on a le droit aux mures, groseilles, fraises, etc... sauvages, de toute façon, on les manges avant d'arriver at home, donc la question du temps de survie ne compte pas ;o)

    RépondreSupprimer
  9. Quel joli tapis sauvage! Un lieu tout léger avec des couleurs qui malgé leur douceur reveillent la vue!On tombe sous le charme. Quelle différence de végétation entre là-bas et ici. Peut-être même entre là-bas et votre propre jardin. La preuve c'est que tu y vas comme en pélerinage.

    RépondreSupprimer
  10. Finalement, les plus belles fleurs sont peut-être les « sauvages » ? J’ai constaté, avec plaisir, que les paysagistes de Paris laissent maintenant la place pour des fleurs sauvages dans certaines parties de parcs et squares, mais le mieux c’est bien sur de les retrouver à la campagne et dans les forêts.

    RépondreSupprimer
  11. Hier justement je regardais le bleu pointer dans les bois. C'est très joli, et ça remplace aussi les anémones blanches que l'on voyait jusque là.
    Sur la colline, au dessus de la maison, il y a un endroit qui est bleu chaque printemps. Je le sais, bien que je n'y aille plus, car la pente est trop raide et il y a aussi trop de ronces.

    RépondreSupprimer
  12. C'est très bien qu'elles se fanent quand on les cueille : juste punition ! On ne devrait jamais les cueillir, les fleurs, celles-ci ou les autres : c'est dans leur domaine qu'elles sont les plus belles, qu'elles sont à leur place !
    J'aime bien, moi aussi, ces endroits perdus au coeur des bois, quand on s'écarte un peu des sentiers. Y'a des surprises magiques à découvrir. Je me dis que ça doit te faire pareil : comme un sentiment de privilège, avec du respect. On est reçu là, en invité, on est bienvenu, pour autant qu'on ne casse rien. C'est tout cadeau pour les yeux.
    Passant, arrête-toi un instant, lave-toi le regard des beautés qui t'entourent, assieds-toi si tu veux sur cette racine affleurante, fais taire tes pensées du monde, et goûte ce bonheur simple et gratuit d'une beauté offerte. Elle est pour toi, si tu la veux, si tu sais la contempler et l'aimer...
    Bien mon bonjour, Cergie !

    RépondreSupprimer
  13. c'est bifane qui m'envoie, il m'avait promis que je me régalerai, c'est vrai!

    RépondreSupprimer
  14. Herbert, merci pour ce brin de muguet qui se garde des années entre les pages d'un livre.

    Daniel, un endroit bien tranquille et isolé

    cieldequimper, à certaines heures je suis d'humeur gourmande.
    De l'ail , du laurier et du lait pour pocher 8mns la morue dessalée
    De l'huile d'olive, une cocotte ainsi qu'un pilon pour écraser sur feu d'eau morue et pomme de terre préalablement cuite avec la peau à l'eau
    Le grill pour gratiner...

    Miss Yves, je n'ai pas encore cherché la poésie de Novalis mais connais tu ces deux kôan zen :
    -Le saule est vert
    Les fleurs sont rouges
    -La fleur n'est pas rouge
    Pas plus que le saule n'est vert

    Marguerite marie, tu as raison s'il n'était du titre et de la photo qui dévoilent la chute, ce texte est ambigu

    Olivier, deux koan zen à toi seul (voir réponse à Miss Yves)

    Thérèse, j'ai des jacinthes simples dans le jardin, même quelques des bois qui me viennent de ma grand'mère (je n'aurais pas prélevé de bulbes moi-même) mais cela ne donne pas une telle (petite) immensité, comme lorsque le désert fleuri.

    Peter, le respect des plantes adventices lorsqu'elles ne gênent pas... Ou même les jachères fleuries.

    Hpy, tu as remarqué aussi que les anémones sylvie sont un peu plus précoces et que les jacinthes aiment se cacher et coloniser les pentes.

    Bifane, une beauté offerte comme un clair de lune.
    :)

    Saadou, Bifane a (presque) toujours raison.
    Merci à vous deux d'être passés.

    (Cergie Lucie Marguerite)

    RépondreSupprimer
  15. Des jacinthes bleues... C'est en voulant les cueillir que Boucle d'or s'est perdue... La maison des trois ours n'est pas loin :-)

    RépondreSupprimer
  16. Coucou chere Cergie -- bravo pour cette grande nappe bleue ! Superbe avec ce tapis de bleu partout. Mais Giverny avec ses jardins, ses fleurs, son pont, sa maison rose ... toujours un regal aussi. Merci pour tous les deux ... et bonne continuation !!! Nous avons ici le temps d'ordinaire pour ces jours de mai -- c'est extraordinaire ou quoi ???!! ;>) Bisous et bonne journee.

    RépondreSupprimer
  17. Il faut laisser les fleurs sauvages là où elles poussent de façon à les voir et à les revoir chaque année. Un beaux tapis bleu, c'est beau. Ma Maman a plein de jacinthes sauvages chez elle et moi pas une.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Marguerite! Les jacinthes sont belles; bleues et sauvages... mais j'aime plutôt les marguerites... qui possèdent des propriétés antispasmodiques, calmantes, digestives... ;)

    Alors, Ephèse? Tu l’a trouves à Blogtrotter 2… ;) Amuse-toi et bonne semaine!!

    RépondreSupprimer
  19. Dans le petit bois derrière chez moi il y en a plein aussi, mais je les laisse pour les revoir l'année prochaine.

    RépondreSupprimer
  20. Merci pour cette belle photo, Marguerite. Les couleurs du bois sont merveilleuses.

    Amitiés
    Olivia

    RépondreSupprimer
  21. "vauréal, parce que tu le vaux bien". ouarf, ouarf, je sais, mon humour laisse un tout petit peu à désirer mais bon... c'est la fin de la journée. Enfin la fin de la journée et quelle journée mes aïeux.
    Très belle photo et le texte va à merveille avec. Un tapis bleu pour se reposer les yeux. La nature est tellement importante à préserver. Quand elle se présente à nous dans une telle splendeur, il faut savoir se faire tout petit et accueillir le bonheur d'être un être vivant sur cette bonne vieille terre. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  22. je reviens me régaler plus tard :-)
    Merci pour tes jolis mots:"Doux,furtif,échange..."
    T'as pas trouvé la petite fourmi qui se cache :o)

    RépondreSupprimer
  23. How much I prefer this photograph to the one of Giverny! Although the colours and tonality are similar. This one evokes perfectly the cool, early canopy of spring in the woods, and brings, I suppose to everyone, a personal memory. In the Giverny photo of course, we cannot rid ourself of it's shared history

    RépondreSupprimer
  24. C'est un plaisir de retrouver chez toi ce tapis discret que tu sais si bien photographier. J'ai des souvenirs magnifiques de tes images des années précédentes. En nous emmenant encore, tu ravives ces bons souvenirs. Merci.

    RépondreSupprimer
  25. Ton texte a quelque chose du gestomètre,( exercice oulipien créé par Jacques Jouet)


    http://zazipo.net/Le-gestometre

    RépondreSupprimer

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

Archives

Suivre par Courriel